Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

2045

Colloque De l’imitation dans les musées

< précédent | suivant >

Le "Musée bleu" : le modèle nationaliste des musées sous le franquisme (Espagne, 1939–1959)
Maria Bolaños (universidad de Valladolid)

5 décembre 2007

Dès le moment même de la victoire sur l’Armée républicaine, et surtout pendant la période d’isolation internationale, entre 1939 et 1951, la dictature franquiste a utilisé les musées comme lieux de propagande. Elle s’était fixé comme objectif de démonter les institutions culturelles républicaines et d’"inculquer le sentiment religieux et patriotique qui a présidé à notre glorieux passé". La personne chargée d’accomplir cette tâche sera Eugenio D’Ors, une des figures de l’intelligentsia fasciste européenne.
Ce dessein donnera lieu a un programme nationaliste, sur la base des racines chrétiennes, de la mystique de la patrie et de la célébration des gloires de l’Empire. De là la prééminence des typologies qui pouvaient promouvoir l’exacerbation du sentiment d’affirmation nationale et le refus de tout ce qui venait de l’étranger : les musées d’architecture, symbole de la construction d’un État autoritaire ; les musées du patrimoine religieux et d’art sacré, surtout l’art de la monarchie chrétienne wisigothe, phase décisive dans la formation de la "conscience unitaire du peuple espagnol" ; et les musées ethnologiques et d’arts populaires, dédiés à l’exaltation de la tradition, de la collectivité et de l’"idiosyncrasie" espagnole.

Écouter
pictogrammeformat audio mp3 - 0 O

Non disponible Maria Bolaños (universidad de Valladolid)
Maria Bolaños est professeur d’histoire de l’art et de muséologie à l’université de Valladolid, Espagne. Elle est notamment l’auteur de La Memoria del Mundo, 100 años de museologia internacional (2000) et de Historia de los museos en España : memoria, cultura, sociedad (éditions Trea, 1997, 2e éd. 2008).

En savoir plus

Autres conférences

en histoire

en sciences sociales et économiques

en histoire de l’art