Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

Colloques et journées d’études

École d’été bio-image

organisé par Antoine Triller (INSERM/ENS), Jean-Pierre Henry (IBPC), Richard Lavery (IBPC), Maxime Dahan (CNRS), Vincent Croquette (ENS), Marc Baaden (IBPC), Claude Boccara (ESPCI) et Jean Herscovici (ENSCP)

The main objective of this summer school is to give scientists, especially young researchers, the opportunity to explore new frontiers in biological imaging at a site where high-level scientists i chemistry, physics and biology actively collaborate. The proposed summer school New Frontiers in Biological Imagery, (bio-image) is not intended as a review of available equipment or of current technologies, but rather as an opportunity to provide the scientific community with cutting edge expertise concerning new and emerging technologies. This objective will be reached by bringing together chemists, physicists and biologists who are implicated in the development of hardcore imaging technologies.


Éthique à l’ENS

organisé par Claude Debru (ENS)

Atelier Éthique et connaissance :
En octobre et novembre 1967 a eu lieu à l’École normale supérieure une série de Cours de philosophie pour scientifiques donnés par Louis Althusser et certains de ses élèves et amis. Dans l’un de ces cours, Louis Althusser a effectué une critique de la leçon inaugurale de Jacques Monod au Collège de France, qui venait d’être publiée, leçon dans laquelle Jacques Monod développait le thème de l’éthique de la connaissance. Quarante ans après, les termes des débats ont profondément changé. L’image de la science, la perception de la vérité scientifique, celle de l’unicité du rationnel, celle du consensus et de la pluralité de points de vue également légitimes, la relation entre science et valeurs, ont été modifiées. L’éthique s’est imposée comme exercice distinct de la science, et destinée à en contrôler les applications. Des scientifiques, médecins, spécialistes des sciences humaines, philosophes, contribueront à éclairer ces questions en les abordant sous des aspects généraux ou plus spécifiques (comme la question du consensus en sciences sociales, le clonage reproductif et la tentative coréenne, la question du consensus à propos du changement climatique).
Avec Monique Canto-Sperber (Directrice de l’Ecole Normale Supérieure), Anne Fagot-Largeault (Professeur au Collège de France),Didier Sicard (Président du Comité Consultatif National d’Ethique),Claude Debru (Professeur à l’Ecole normale supérieure),Evelyn Fox-Keller (MIT, Chaire Blaise-Pascal ENS-Université Paris 7 Denis Diderot),Pierre-Cyrille Hautcoeur (Professeur à l’Ecole normale supérieure : sur le consensus en sciences sociales), Michel Morange (Professeur à l’Ecole normale supérieure), In-Sok Yeo (Professeur à l’Université Yonsei de Séoul)


5e journée de protohistoire celtique : les Celtes à l’époque de la Tène moyenne

organisé par Katherine Gruel (CNRS)


Atelier La recherche philosophique et l’organisation des masters en Europe

organisé par Claude Debru (ENS)

Atelier organisé par l’Ecole normale supérieure en coopération avec le Ministère de la Recherche et de la Technologie, les 16 et 17 janvier 2004.


Atelier sur la transdisciplinarité

organisé par Michel Morange (ENS), Claude Debru (ENS) et Charles Alunni (ENS)

Les participants (venant de plusieurs pays européens) tentent d’obtenir certains résultats concernant la manière dont la transdisciplinarité peut être mise en oeuvre dans les institutions consacrées à l’éducation supérieure aussi bien qu’à la recherche.


Bergson et Jaurès : Métaphysique, politique et histoire


Bergson professeur

Organisé par Alain Panero, Sylvain Matton et Mireille Delbraccio. Avec le soutien de l’UPR 76 (CNRS) et du CAPHÉS (CIRPHLES-USR 3308, CNRS-ENS) et la collaboration du CIEPFC (CIRPHLES-USR 3308, CNRS-ENS).


Catastrophe et Récit

Organisé par le Cirphles USR 3308 CNRS/ENS et le groupe "2040". - La catastrophe dans le récit Avec Jean-Pierre Dupuy, professeur et chercheur au Centre d’Étude du Langage et de l’Information de l’université Stanford - « Heureux qui peut dire : ‘avant que’, ‘pendant que’, ‘après que’». Réconfort et refus du récit Avec Jean-Claude Monod, professeur à l’École normale supérieure - Les subjectivités inauthentiques des catastrophes Avec Pierre Zaoui, philosophe, professeur à l’Université Paris VII - Diderot


CAVOUR L’EUROPEEN et la "révolution diplomatique"

organisé par Gilles Pécout (ENS) et Roberto Balzani (Université de Bologne)


Colloque Éthique et esthétique de la corrida

organisé par Jean-Loup Bourget (ENS) et Francis Wolff (ENS)

Colloque Éthique et esthétique de la corrida coordonné par Jean-Loup Bourget (directeur de la Passerelle des arts de l’ENS) et Francis Wolff (directeur du département de philosophie de l’ENS) avec le soutien de la Ville de Nîmes et de Simon Casas Productions.
Loin de toute polémique, le colloque se propose d’étudier la corrida d’une part comme espace d’expression moderne de vertus héroïques et de relations inestimables entre l’homme et l’animal — en somme comme une éthique complète ; d’autre part comme mode d’expression artistique vivant et motif d’inspiration inépuisable pour les autres arts — en somme comme un objet esthétique total.


Colloque Évaluer, dévaluer, réévaluer l’évaluation

organisé par Michel Blay (CNRS) et Michel Espagne (CNRS)

Colloque des laboratoires de sciences humaines et sociales de l’École normale supérieure


Colloque "École 2.0 ?"

organisé par Groupe Compas (éducation, cognition et nouvelles technologies)

En quoi les technologies de l’information et de la communication (TIC) changent-elles la manière dont les élèves et les enseignants se rapportent aux apprentissages et à l’institution scolaire ? En quoi les recherches menées dans les différents domaines des sciences cognitives nous permettent-elles de comprendre et d’anticiper ces changements ?
Ces deux questions seront au centre de cette journée « École 2.0 ? », organisée par le groupe Compas.
Ce titre signifie trois choses : il dit d’abord que le numérique est déjà au coeur de nos préoccupations éducatives ; il force ensuite à réfléchir à l’éventuel changement de paradigme pédagogique que ce contexte numérique propose ; il demande enfin à ce que ces questions soient abordées avec prudence, sous l’angle d’une réflexion collective et non dogmatique.
C’est dans cette perspective que le groupe Compas entend partager ses pistes de recherches avec les différents acteurs de l’enseignement.

Comité scientifique du groupe Compas:
Edith Ackermann, Daniel Andler, Élisabeth Caillet, Roberto Casati, Anne Christophe, Richard-Emmanuel Eastes, Nicolas Gaume, Bastien Guerry, Marc Kirsch, Gabriel Ruget, François Taddei, David Wilgenbus
Unité administrative du groupe Compas:
Responsable scientifique : Daniel Andler
Secrétaire général : Marc Kirsch
Animateurs : Thierry de Vulpillières (directeur des partenariats Éducation, Microsoft)
Stéphane Gaultier (publications et conduite de projets Edition.fr)
Coordinatrice : Elsa Marpeau
Coordinateur scientifique : Bastien Guerry


Colloque "De Brunschvicg à Bachelard"

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Mauro Carbone (Università degli studi di Milano) et Miguel de Beistegui (University of Warwick)

Un programme international de recherche sur la philosophie en France au XXe siècle, autour de ses figures majeures associées et opposées sur "l’être, la vie, le concept", est organisé par le "European Network in Contemporary French Philosophy". Ce réseau associe l’École normale supérieure (CIEPFC, Département de philosophie), l’université de Warwick (GB), l’université de Milan (Italie) et les universités de Pise (Italie) et Chicago (USA), met en œuvre entre 2008 et 2010 Après l’Angleterre (Londres) et l’Italie (Milan et Pavie), le présent colloque est la première étape parisienne de ce parcours. Il propose un éclairage sur deux figures majeures de la philosophie des sciences en France, Brunschvicg et Bachelard.


Colloque "J’ai tué" : Violence guerrière et fiction

organisé par Déborah Lévy-Bertherat (ENS) et Pierre Schoentjes (Gand)

Les conflits contemporains ont conduit à sensibiliser simultanément les écrivains et le grand public à la thématique de la guerre. Organisé les 26 et 27 mars 2009 à l’École normale supérieure, ce colloque réunit, autour des questions de la représentation de la violence guerrière dans la fiction, des spécialistes de la littérature, du cinéma et des historiens en s’efforçant de favoriser des perspectives croisées. La formule célèbre "J’ai tué" de Blaise Cendrars balise le champ d’étude, celui de la violence directe infligée de près, au combat ou dans son contexte immédiat, lors des deux guerres mondiales, des guerres de décolonisation et quelques autres grands conflits du XXe siècle.
À l’écoute des spécialistes universitaires, la rencontre donne également la parole aux créateurs dont les œuvres ont abordé la problématique de la représentation de la violence directe sur le champ de bataille. Leur point de vue permet de prendre la pleine mesure des différents aspects esthétiques et éthiques qu’impliquent la mise en scène du geste de tuer. Une table ronde animée par Pierre Schoentjes réunit Gilbert Gatore et Laurent Mauvignier du côté de la littérature, tandis que François Bernard intervient pour aborder le cinéma et Patrick Chauvel pour la photographie.


Colloque "Le déni de l’Holocauste" / "Holocauste Denial" Conference

organisé par Katherine Fleming (Remarque Institute, Europe), Tony Judt (Remarque Institute, New York Univ.) et Zvi Ben-Dor (New York Univ.)

Holocaust denial is as old as the crime it disavows: the Holocaust’s perpetrators not only engaged in criminal activity but also worked to eliminate the evidence. Just as the criminals thought ahead, so did their victims. As is well known, many – in the ghettos as well as in the camps, privately and collectively – were engaged in gathering and preserving evidence of their own projected disappearance. In this respect, Holocaust research is also as old as the crime itself. Denial of the crime, however, has received little scholarly attention, despite the fact that Holocaust denial has this long history: traceable in some cases even to the prewar period.
Organized on November 14–15, 2008 by the Remarque Institute (New York University) at École normale supérieure, this conference explores the scope of Holocaust denial, the peculiar and multiple ways in which Holocaust deniers have engaged the event they deny, and the contexts in which denial has attempted to minimize and challenge the contemporary significance and centrality of the Holocaust.
Le déni de l’Holocauste est aussi vieux que le crime qu’il désavoue : non seulement ses auteurs étaient engagés dans une activité criminelle, mais ils avaient également travaillé à en éliminer les preuves. Mais, tout comme les criminels, leurs victimes ont pensé à l’avenir. Comme on le sait, nombreux sont ceux qui se sont attachés – dans les ghettos comme dans les camps, à titre personnel ou collectivement – à rassembler et préserver les preuves de leur disparition programmée. À cet égard, la recherche sur l’Holocauste est aussi vieille que le crime lui-même. En revanche, le déni de ce crime a reçu peu d’attention de la part des érudits, en dépit du fait qu’il a une histoire dont la trace remonte parfois à l’avant-guerre.
Organisé les 14–15 novembre 2008 par l’Institut Remarque (New York University) à l’École normale supérieure, ce colloque examine l’ampleur du déni de l’Holocauste, les façons multiples et diverses dont ceux qui l’ont pratiqué ont mis en avant l’événement qu’ils niaient, et les situations dans lesquelles ce déni a cherché à minimiser et contester la signification et la centralité contemporaine de l’Holocauste.


Colloque "Vous avez dit Hopper ?"

organisé par Jean-Loup Bourget (ENS) et Elizabeth Glassman (TFA, MAAG)

Colloque organisé par le Musée d’Art Américain Giverny en collaboration avec la Passerelle des Arts de l’École normale supérieure.
Ce colloque sur l’effet Hopper pose la question de la circulation et de la superposition d’images dans des domaines artistiques différents qui caractérisent l’art d’aujourd’hui. Ce phénomène mérite aussi une analyse de l’image en tant que dépositaire d’une mémoire collective dans laquelle s’infiltrent des contenus identitaires et nationalistes. Les lieux et les personnages peints par Hopper sont devenus des icônes de la vie américaine, bien qu’ils relèvent d’un vocabulaire très personnel. Questionner le pourquoi de la projection d’américanité sur son œuvre permet de mieux comprendre certaines relations entretenues par le public français envers une Amérique imaginaire.


Colloque Alain, littérature et philosophie mêlées

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS) et Michel Murat (Paris IV)

Préfaçant en 1956 l’édition des Propos d’Alain dans la Pléiade, André Maurois y voyait un des grands livres de l’humanité. Mais Gracq, qui avait été son élève, estimait qu’il "n’avait pas d’avenir dans l’esprit". De fait Alain, qui fut de son temps une grande figure, s’est effacé. Son œuvre abondante avait pour ambition de "changer la philosophie en littérature et, au rebours, la littérature en philosophie" : elle fut d’abord celle d’un journaliste (3498 Propos quotidiens de 1906 à 1914) et d’un professeur de philosophie, normalien, agrégé, en charge de la khâgne d’Henri IV pendant plus de vingt ans. Elle touche à la littérature par de grandes études sur Balzac et Stendhal, à la politique, et à tous les domaines de la philosophie, de la métaphysique à l’esthétique et à la philosophie morale, à travers des sujets comme Mars ou la guerre jugée, Le Citoyen contre les pouvoirs, Le Système des Beaux-Arts, Propos sur le bonheur. Elle demande aujourd’hui à être située dans l’histoire de la culture française, et interrogée en tant qu’exemple caractéristique d’une philosophie du sens commun.
Colloque organisé par l’équipe de recherche "Littératures du XXe siècle" de l’université Paris IV (Paris-Sorbonne) dans le cadre du programme ANR "Histoire de l’idée de littérature", conjointement avec le Département "Littérature et Langages" et le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC) de l’École normale supérieure.


Colloque Albert Camus : littérature, morale, philosophie

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Michel Murat (Paris IV), Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS) et Lissa Lincoln (The American University of Paris)

Colloque international et interdisciplinaire organisé par le Département littérature et langages et le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (Département de philosophie) de l’École normale supérieure, avec le soutien du Programme « Littérature, Philosophie et morale » (ENS) et de l’American University of Paris.


Colloque Architectures au-delà du mur, Berlin-Varsovie-Moscou, 1989–2006

organisé par Ewa Bérard (CNRS) et Corinne Jaquand (EACF)

Liés par des conflits mais aussi par de multiples attaches politiques et culturelles tout au long des derniers siècles, Berlin, Varsovie et Moscou ont partagé certains modèles urbains et formes architecturales. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, Varsovie et Berlin-Est se sont retrouvés, avec Moscou, dans le même camp socialiste ; leurs architectures et leurs fonctions urbaines en furent refaçonnées. La « chute du Mur » les affecta immédiatement dans leur bâti même. Placées au centre de sociétés proclamées démocratiques, capitalistes et ouvertes, elles s’adaptent chacune à sa manière aux impératifs de la globalisation.
Par-delà les discours officiels, comment s’expriment, dans le langage de la pierre, la rupture avec le passé, les ambitions de l’avenir, l’émergence de groupes sociaux et la diversification des modes de vie ? Quelles références historiques, quels modèles internationaux véhicule l’architecture contemporaine ?
Ce colloque couvre le domaine de l’architecture et celui des sciences sociales. Il s’agit de lire, au travers d’architectures concrètes, les transformations de la société et des pouvoirs ainsi que l’impact des processus internationaux sur les capitales d’Europe.

Cette manifestation est organisée conjointement par UMR 8547, Transferts culturels du CNRS et Ecole nationale supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand, avec le soutien du Sénat, et des institutions suivantes : Ministère de la Culture et de la Communication, Direction de l’Architecture et du Patrimoine, Bureau de la Recherche architecturale, urbaine et paysagère, Délégation générale à la langue française et aux langues de France, CNRS, département des Sciences de l’Homme et de la Société, Maison des Sciences de l’Homme - Paris, Centre de Civilisation française à Varsovie, Centre franco-russe en Sciences sociales et humaines de Moscou, Ambassade de Pologne à Paris, Ambassade de France à Moscou, Service de coopération universitaire, Ambassade de France à Berlin, Bureau de coopération universitaire de Berlin, Institut d’études slaves.


Colloque Autour de "Logiques des Mondes" d’Alain Badiou

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS) et David Rabouin (CNRS)

Le colloque Autour de Logiques des Mondes de Alain Badiou a été organisé conjointement par l’ENS (CIEPFC) et par American University of Paris ("Critical-Theory-Collective").


Colloque Cavaillès, Lautman, Canguilhem : le concept, l’être, la vie

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS)

Dans le cadre du Réseau européen de recherche sur la Philosophie française contemporaine (European Network in French Contemporary Philosophy), dont il est membre est fondateur avec les universités de Warwick, Milan et Pise, le CIEPFC (Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine, ENS) organise les 22 et 23 janvier 2010, à l’École normale supérieure, un colloque consacré à Jean Cavaillès, Albert Lautman et Georges Canguilhem.


Colloque Ceci tuera cela : Autour de Victor Hugo

organisé par Ségolène Le Men (univ. Paris X)

Colloque Ceci tuera cela : autour de Hugo. L’avènement de nouveaux supports de la pensée au Centre culturel canadien à Paris et à l’ENS.
La sentence Ceci tuera cela que profère un personnage de Notre-Dame de Paris, l’archidiacre de la cathédrale Claude Frollo, est développée par Hugo en un chapitre qui précise le sens de ces "paroles énigmatiques" situées en 1482 : "Le livre va tuer l’édifice". Prophète à sa manière de "la galaxie Gutenberg", l’auteur affirme que l’invention de l’imprimerie est le plus grand événement de l’histoire.


Colloque Celtes et Gaulois : L’archéologie face à l’histoire

organisé par Christian Goudineau (Collège de France), Vincent Guichard (Bibracte), Colin Haselgrove (univ. Leicester), Gilbert Kaenel (Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne), Daniel Paunier (univ. Lausanne), Sabine Rieckhoff (univ. Leipzig), Miklos Szabo (univ. Budapest) et Daniele Vitali (univ. Bologne)

Ce colloque constitue la phase finale et le couronnement d’un travail collectif qui s’est concrétisé en 2005 par cinq tables rondes tenues à Leipzig, Bologne, Budapest, Cambridge et Lausanne. Celles-ci se proposaient d’insérer dans des perspectives historiques les acquis obtenus par la recherche archéologique depuis environ un quart de siècle. Cinq thèmes avaient été retenus : quelle place ont occupée Celtes et Gaulois dans l’historiographie et l’idéologie modernes ? À partir de quand peut-on parler de Celtes ? En quoi le regard des civilisés sur les barbares a-t-il influencé les analyses historiques sur Celtes et Gaulois ? La fin de l’âge du Fer représente-t-elle une période de vastes mutations ? La romanisation a-t-elle éradiqué le passé, ou bien peut-on définir un héritage celtique ou gaulois ? Ces thèmes ont fait l’objet de soixante-quatorze communications. Les cinq séances du colloque sont consacrées, thème par thème, à des discussions qui s’organisent à partir du rapport de synthèse présenté par le Président de chacune des tables rondes. La préoccupation constante est de cerner les conséquences historiques des travaux archéologiques et d’en tirer des conclusions accessibles à un public non spécialisé.
Colloque international à l’initiative du Collège de France et de Bibracte, en partenariat avec les universités de Bologne/monterenzio, Budapest, Cambridge, Lausanne et Leipzig. Colloque en partenariat avec l’École normale supérieure, Histoire, le musée gallo-romain de Lyon-Fourvière et Pour la science.


Colloque Continuous Dynamics and Computability

organisé par Giuseppe Longo (CNRS)

Colloque organisé dans le cadre du projet ANR Singularités physiques et calculabilité effective


Colloque Daniel Arasse

organisé par Nadeije Laneyrie Dagen (ENS), Danièle Cohn (EHESS), Frédéric Cousinié (INHA), Philippe Morel (univ. Paris I), Yves Hersant (EHESS), Giovanni Careri (EHESS), Maurice Brock (univ. Tours) et Philippe Dagen (univ. Paris I)

Le colloque organisé par l’Institut national d’histoire de l’art, l’École des hautes études en sciences sociales, l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, l’École normale supérieure, l’ARIAS et le Centre d’études supérieures de la renaissance, avec le soutien de l’Istituto Italiano per gli Studi Filosofici (Naples), réunit des intervenants qui, amis, éditeurs, collègues ou anciens étudiants, ont tous bien connu Daniel ARASSE. Dans leurs communications, ils s’attachent à dégager sur des points précis la portée historique, théorique et méthodologique de ses travaux.
Disparu prématurément le 14 décembre 2003, Daniel ARASSE laisse derrière lui une production scientifique abondante et variée. Il a essentiellement travaillé sur l’image de la peinture mais ne s’est jamais cantonné à un domaine de spécialité. Si la plupart de ses recherches portaient sur l’Italie du XIVe au XVIe siècle, Daniel ARASSE s’est aussi intéressé à la Hollande du XVIIe siècle, à la France du XVIIIe et, plus récemment, à divers artistes contemporains. Une telle diversité procède d’une curiosité toujours en éveil et d’une insatiable envie de connaître et de comprendre, mais on y perçoit une profonde unité : elle est sous-tendue par une évidente cohérence intellectuelle. Le petit recueil intitulé On n’y voit rien (2000) fait ainsi écho au gros livre sur le détail (1992) : dans l’un et l’autre ouvrage, si différents que soient les objets étudiés, l’analyse a pour ressort ce qui arrête le regard et sollicite la sagacité de l’observateur. Ainsi retrouve-t-on à l’œuvre l’attention que Daniel ARASSE a constamment portée à ce qui relève de l’affleurement parfois à peine perceptible, qu’il s’agisse de la foi d’un peintre catholique vivant en milieu réformé (Vermeer, 1993) ou de la trace que le moi de l’artiste ou du commanditaire laisse dans l’œuvre (Le sujet dans le tableau, 1997).
Responsables scientifiques : Maurice Brock, Giovanni Careri, Danièle Cohn, Frédéric Cousinié, Philippe Dagen, Yves Hersant, Nadeije Laneyrie-Dagen, Philippe Morel
assistés de Marie-laure Allain et Sara Longo


Colloque De l’imitation dans les musées

organisé par Hanna Murauskaya (université Paris I-Panthéon Sorbonne) et Anne-Solène Rolland (musée du quai Branly)

De l’Imitation dans les Musées. La diffusion de modèles de musées, XIXe–XXIe siècles.
Organisé par le département "Histoire et théorie des Arts" de l’École normale supérieure, le colloque abordera la question des musées sous l’angle du modèle. Qu’est-ce qu’un musée ? Comment crée-t-on, rénove-t-on un musée, et d’après quels modèles ? Comment réinvente-t-on le musée ? À travers l’histoire de musées du monde entier, du XIXe siècle à nos jours, chercheurs et professionnels se demanderont quels musées sont devenus des modèles, pour quelles raisons et comment ces modèles se sont diffusés, adaptés, transformés.
Les actes du colloque font l’objet d’une double publication :
• A.-S. Rolland & H. Murauskaya, dir. Musées de la nation : créations, transpositions, renouveaux. Europe, XIXe–XXIe siècles. Éditions l’Harmattan, 2008
• A.-S. Rolland & H. Murauskaya, dir. De nouveaux modèles de musées ? Formes et enjeux des créations et rénovations des musées en Europe. XIXe–XXIe siècles. Éditions l’Harmattan, 2008


Colloque Derrida, la tradition de la philosophie

organisé par Francis Wolff (ENS), Jean-François Courtine (Paris IV) et Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS)

Organisé par les Archives Husserl, le Département de Philosophie de l’ENS et le Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine


Colloque Einstein chez les philosophes : La réception philosophique de la relativité

organisé par Élie During (Paris X / ENSBA) et Fabien Chareix (univ. Paris IV)

Colloque organisé par l’École normale supérieure (Paris) - CIEPFC (Centre International d’Études de la Philosophie Française Contemporaine) et l’Université de Paris 4 Sorbonne (EA 3559 Rationalités contemporaines / École doctorale 5 Concepts et Langage), dans le cadre de l’Année mondiale de la physique – 2005.
La théorie de la relativité formulée par Einstein dans sa version restreinte puis générale ne se distingue pas seulement par son remarquable pouvoir unificateur ; elle s’accompagne d’une véritable révolution conceptuelle qui dépasse le strict domaine de la physique. Cent ans après sa première formulation, elle continue à forcer le sens commun à un violent effort de réajustement de ses catégories les mieux établies. Bergson ne s’y était pas trompé : il y reconnaissait, mieux qu’une nouvelle théorie physique, une nouvelle manière de penser.


Colloque en l’honneur du bicentenaire de la publication de Philosophie zoologique de Lamarck

organisé par Michel Morange (ENS), Jean-Jacques Kupiec (Inserm) et Stéphane Tirard (Nantes)

Le Centre Cavaillès (ENS) organise une journée d’études, lundi 29 juin 2009, pour situer l’apport de Lamarck dans l’histoire et engager une discussion sur la pertinence de l’utilisation contemporaine du lamarckisme.
L’élaboration de la théorie de l’évolution a connu une étape décisive en 1859 lors de la publication de l’Origine des espèces de Darwin et elle s’est poursuivie au XXe siècle avec la synthèse évolutive. Dans cette histoire, Lamarck tient une place importante qu’il n’y a aucune raison d’oublier. Le reconnaître et le célébrer n’impliquent pas une adhésion au lamarckisme et un rejet du darwinisme, mais tout simplement la reconnaissance d’un fait historique. Dans la mesure où son œuvre, comme celle de Darwin d’ailleurs, a souvent été caricaturée, et parce qu’aujourd’hui des thèses lamarckiennes sont parfois mobilisées pour interpréter ce qu’il est convenu d’appeler l’épigénétique, il nous semble opportun d’organiser cette journée d’études qui a pour objet de situer l’apport de Lamarck dans l’histoire et d’engager une discussion sur la pertinence de l’utilisation contemporaine du lamarckisme. Ce colloque international nous semble d’autant mieux venu que cette année 2009 voit le bicentenaire de la publication de la Philosophie zoologique de Lamarck (1809).


Colloque Enseignement des sciences à l’école primaire : Éducation à l’environnement pour un développement durable

organisé par David Jasmin (INRP/Lamap)

Ce colloque constitue une partie des journées des rencontres annuelles des centres pilotes de La main à la pâte. Il offre, sur un thème dont l’intérêt dépasse le seul milieu scolaire, un débat avec des scientifiques animés par le désir de faire partager les connaissances construites par la communauté scientifique et d’en faire comprendre les enjeux économiques et sociaux à un public élargi. Comme chaque année, il sera couplé avec une animation pédagogique inscrite au plan académique de formation, rassemblant les enseignants du primaire du département des Pyrénées-Orientales.
Cette année c’est le thème de l’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) qui a été retenu. Il correspond à un intérêt local du centre pilote et peut s’appuyer sur un contexte favorable en termes d’implantation scientifique, en particulier sur les énergies renouvelables (four solaire d’Odeillo).
L’éducation à l’environnement et au développement durable est maintenant inscrite dans les programmes scolaires et le colloque se propose de dégager les enjeux d’une telle éducation en distinguant deux volets : éducation à l’environnement, découverte de sa diversité, de sa richesse, mais aussi de son évolution dans le temps, et éducation au développement durable dans ses aspects locaux mais aussi à l’échelle de la planète.
L’articulation entre les enjeux, l’intérêt et la conscience collective à faire naître, les comportements attendus des élèves futurs citoyens, les connaissances à construire, les techniques à découvrir, sont à discuter pour penser un curriculum en termes d’ « éducation à » et enrichir une réflexion didactique et pédagogique afin de construire des pratiques enseignantes pertinentes.


Colloque Figures de l’imposture, entre philosophie, littérature et sciences

organisé par Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS)

Colloque organisé à l’École normale supérieure les 5 et 6 juin 2009 par Jean-Charles Darmon (ENS, UVSQ) et le Centre de recherches sur les relations entre littérature, philosophie et morale (CRRLPM/ENS) en collaboration avec l’équipe "États, sociétés, religions, Moyen Âge-Temps modernes" de l’université de Versailles-Saint-Quentin.


Colloque Fonctionnement cérébral et apprentissage

Colloque scientifique Fonctionnement cérébral et apprentissage scolaire : Quel impact des recherches scientifiques sur les méthodes d’enseignement ?
Ce colloque donne la parole à des intervenants, acteurs de la recherche sur le fonctionnement du cerveau. Ils présentent l’état actuel de la recherche dans des termes accessibles au grand public. Ils s’efforcent de répondre à la question : quel impact peuvent avoir les recherches scientifiques sur les méthodes d’enseignement ?
Colloque organisé par l’association Famille-Ecole-Education, sous la présidence de Lucien Israël, Vice-président de l’Académie des sciences morales et politiques.


Colloque Fractures et recompositions

Colloque organisé par les équipes de recherche du CNRS et de l’ENS


Colloque Jean Deny : Les relations culturelles et scientifiques entre Turquie et France au XXe siècle

organisé par Emmanuel Szurek (EHESS), Güneş Işıksel (Collège de France) et Nathalie Clayer (CNRS-EHESS)

Dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, le colloque, fruit d’une collaboration entre l’EHESS (Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques), l’ENS, l’INALCO et l’Institut français d’études anatoliennes (Istanbul), propose une réflexion sur la France et la Turquie au temps de Jean Deny (1879–1963), éminent orientaliste et linguiste. Dans un premier temps, il s’agit d’analyser la réception des savoirs scientifiques français en Turquie à travers des courants d’idées (positivisme, bergsonisme, école des Annales) ou des figures (Georges Dumézil, Albert Gabriel, Henri Prost). L’accent est mis ensuite sur les enjeux diplomatiques associés aux transferts de savoir entre la France et la Turquie, à travers des activités mi-politiques, mi-scientifiques ou des transferts directs dans l’enseignement supérieur turc (science policière, science militaire…). Il s’agit enfin de s’intéresser aux formes de curiosité scientifiques, avec l’autonomisation de la turcologie française, ou profanes, avec l’objectivation de la Turquie dans les milieux journalistiques, littéraires et artistiques français émergeant en France.
Colloque international organisé avec le concours de :
– la Saison de la Turquie en France,
– l’École normale supérieure (ENS Paris),
– l’Institut français d’études anatoliennes (Istanbul),
– le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (UMR 8032, EHESS-CNRS-Collège de France),
– l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO).
Déroulement du colloque :
– La circulation des savoirs et des savants français dans la Turquie contemporaine
1. Trajectoires de scientifiques français en Turquie (modérateur : Francis Prost, Paris I)
2. Courants de pensée et appropriations disciplinaires (modérateur : François Georgeon, CNRS/EHESS)
– Science et diplomatie, coopération scientifique et rivalités internationales
1. À l’ombre des tensions européennes : militaires et archéologues français en Turquie (modérateur : Gilles Pécout, ENS)
2. Français dans l’Université turque (modérateur : Francis Richard, BULAC)
– Autour de Jean Deny : pratiques profanes et savantes de la Turquie en France
1. De l’Orient à la "Turquie nouvelle" : inventaires (modérateur : Pierre Chuvin, Paris X)
2. De l’orientalisme à la turcologie, genèse sociale et intellectuelle d’une discipline (modérateur : Gilles Veinstein, Collège de France/EHESS)
3. La turcologie française après Jean Deny (modérateur : Jean-Louis Bacqué-Grammont, CNRS/Société asiatique)


Colloque Jean-Paul Sartre : De L’Être et le Néant à la Critique de la raison dialectique

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS)

Colloque Jean-Paul Sartre De L’Etre et le néant à la Critique de la raison dialectique
Colloque international et interdisciplinaire organisé par le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (ENS), le Département Littérature et langages (ENS), le Centre Eric Weil (Lille III, séminaire interuniversitaire Lille III-Université libre de Bruxelles-Université de Liège) et le Groupe belge d’études sartriennes (Groupe de contact FNRS)


Colloque L’œuvre d’art totale, un simple décor ?

organisé par Thierry Chabanne (Ensad) et Jean-François Poirier (écrivain/traducteur)

Colloque organisé par l’Ensad.
Les deux axes du colloque sont, d’une part, la synthèse des arts et, d’autre part, l’esthétisation totale du monde, soit l’organisation des apparences ou pour recourir à un synonyme, la propagande.
La synthèse des arts, l’abolition des frontières entre les genres s’est produite parce que le monde des hiérarchies avait été englouti, sans elle l’abandon de la frontière qui régissait le monde des arts n’aurait pas été possible. Il ne reste qu’un seul art, une symphilosophie pour parler comme les romantiques allemands dont la clé de voûte est la poésie, ce qui signifie que ce qui anime l’œuvre d’art est le verbe, la parole.


Colloque L’amitié et les sciences, de Descartes à Lévi-Strauss

organisé par Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS) et Françoise Waquet (CNRS)

Colloque international organisé par le Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale (CRRLPM) de l’École normale supérieure et le Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF) de l’université Paris IV (Paris-Sorbonne) et du CNRS (UMR 8599), avec la collaboration de l’équipe "États, sociétés, religions du Moyen Âge aux Temps modernes" de l’université Versailles-Saint-Quentin.


Colloque L’art et la mesure : Histoire de l’art et approches quantitatives, sources, outils, méthodes

organisé par Béatrice Joyeux-Prunel (ENS)

L’utilisation d’outils et de méthodes quantitatives en histoire des arts est loin de rejoindre la multiplication des bases de données informatisées constituées dans ce domaine à une échelle internationale : répertoires d’images et de textes, de catalogues de ventes et d’expositions, de collections, de données biographiques et bibliographiques, etc. Il manque souvent, en effet, une fois ces bases constituées, le temps, l’énergie peut-être, et surtout les moyens – techniques et méthodologiques – d’exploiter toutes les ressources potentielles de ces énormes gisements d’information. Plus généralement, les jeunes chercheurs ayant constitué des bases de données doivent souvent constater leur isolement – quand, en histoire, en sociologie, en anthropologie de l’art, nombreux sont ceux qui croisent des problématiques similaires dans l’analyse quantitative de la création.
Le Département "Histoire et théorie des Arts" de l’École normale supérieure propose de susciter une réflexion collective, pluridisciplinaire et internationale sur L’art et la mesure, sur L’art de la mesure. "Art" s’entend d’une manière large : non seulement la création plastique, mais aussi tout autre type de création, littéraire, musicale, cinématographique, scénique, etc., que celle-ci s’adresse à des publics plutôt "savants" ou "populaires". Sans négliger le champ contemporain, le propos sera de mêler des chercheurs d’époques et de méthodologies différentes pour examiner les questions spécifiques à l’approche métrique de l’histoire de la création : de l’époque antique à la Renaissance, de l’art moderne à la création contemporaine, les questions suscitées par l’analyse quantitative de l’art ne sont-elles pas souvent similaires ? Que fait l’approche quantitative à l’art et à son histoire ?
Comité scientifique :
Christophe Charle (Paris I /IHMC), Catherine Chevillot (Musée d’Orsay), Pierre François (CNRS-CSO), Robert Jensen (Univ. Kentucky), Béatrice Joyeux-Prunel (ENS), Claire Lemercier (CNRS-IHMC), Pierre-Michel Menger (EHESS), Ségolène Le Men (Paris X), Gisèle Sapiro (CSE), Blaise Wilfert (ENS).


Colloque L’essor des neurosciences, France, 1945–1975

organisé par Claude Debru (ENS), Michel Imbert (ENS / EHESS), Jean-Gaël Barbara (CNRS), Céline Cherici (univ. Paris VII), David Romand (univ. Bordeaux I) et Frédéric Wieber (univ. Paris VII)

Le projet Histoire des neurosciences en France dans le contexte international, sous la direction de Claude Debru, a pour but de comprendre les conditions de la formation et de l’expansion du champ de recherche des neurosciences après la deuxième guerre mondiale. Émergence de nouveaux domaines scientifiques, ouverture de champs institutionnels, internationalisation de la recherche, formes nouvelles de l’interdisciplinarité : comment ces facteurs et bien d’autres sont-ils à l’orgine de l’essor décisif des neurosciences en France ?
Ces questions sont discutées en croisant les regards des scientifiques acteurs de l’histoire et des historiens et philosophes des sciences.


Colloque L’histoire des sciences, des techniques et de la médecine en Europe

organisé par Claude Debru (ENS)

Colloque international d’histoire des sciences organisé par la Société européenne pour l’histoire des sciences - Comité de pilotage, le Comité national français d’histoire et de philosophie des sciences, l’École normale supérieure, l’Institut Pasteur et la Fondation Mérieux.
L’Histoire des Sciences, des Techniques et de la Médecine en Europe : histoire des sciences et société, accessibilité, enseignement, diffusion.


Colloque La critique / Le critique

organisé par Jean-Loup Bourget (ENS) et Emilienne Baneth-Nouailhetas (univ. Rennes 2)

Colloque international organisé par le laboratoire Intermedia (UMR 7109 - CNRS - Paris III - ENS), les 12 et 13 mars 2004. Intermedia propose d’aborder les questions de la définition et des fonctions de la critique.
L’ambition de ce colloque, au lieu de séparer les champs de la critique littéraire, de la critique cinématographique et de celle des arts plastiques, sera de dégager les axes communs dans les approches et les conceptions de la critique et du critique.


Colloque La pensée de Pierre Boulez à travers ses écrits

organisé par François Nicolas (IRCAM), Jean-Jacques Nattiez (univ. de Montréal) et Jonathan Goldman (univ. de Montréal et Mc Gill University, Montréal)

La pensée de Pierre Boulez à travers ses écrits
Colloque international organisé par l’Ircam et l’École normale supérieure. Paris, 3-5 mars 2005
Dans le cadre des célébrations du quatre-vingtième anniversaire de Pierre Boulez, et à l’occasion de la publication, chez Christian Bourgois éditeur, de deux ouvrages de Pierre Boulez, Regards sur autrui (Points de repère, II) et Leçons de musique (Points de repère, III), mis en vente le 11 février 2005, l’IRCAM et l’École Normale Supérieure se sont associés pour présenter un colloque sur la pensée de Pierre Boulez à travers ses écrits.


Colloque La philosophie du soin - Éthique, médecine et société

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Céline Lefève (Paris VII), Lazare Benaroyo (Lausanne) et Jean-Christophe Mino (Centre François-Xavier Bagnoud)

La philosophie du soin que ces journées voudraient esquisser ne vise ni à dénoncer la technique médicale pour elle-même, ni à attendre qu’elle résolve par son évolution les problèmes éthiques. Elle cherche à penser les manières dont les techniques peuvent, y compris dans leur matérialité, s’intégrer à la visée du soin. Elle ne vise pas à ajouter de l’extérieur une dimension soignante à la médecine technique existante, mais à penser le soin au cour même de la technique et de la médecine.
Organisées par le Centre Georges-Canguilhem (université Paris VII), le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC, École normale supérieure) et Ethos (plateforme interdisciplinaire d’éthique de l’université de Lausanne), en association avec le Centre de ressources national sur les soins palliatifs François-Xavier Bagnoud, ces trois journées des 10–12 juin 2009 visent à établir des échanges et un réseau de recherches qui réuniraient praticiens et chercheurs en philosophie et en sciences humaines et sociales autour de la question du soin.


Colloque La physiognomonie à la Renaissance / The Arts and Sciences of the Face 1500–1850

organisé par Nadeije Laneyrie Dagen (ENS), Lina Bolzoni (Scuola normale superiore di Pisa) et Colin Jones (univ. London)

Physiognomonie : arts et sciences du visage, 1500-1850, un colloque organisé par le réseau international Leverhulme Trust [Queen Mary (UL), École normale Supérieure (Paris) et Scuola Normale Superiore (Pisa)]
A Leverhulme Trust International Network workshop [Queen Mary (UL), École normale supérieure (Paris), and Scuola Normale Superiore (Pisa)] History of Physiognomony: The Arts and Sciences of the Face 1500-1850
Organisé par/Organised by Lina Bolzoni (Scuola Normale Superiore di Pisa), Colin Jones (Queen Mary University of London) et/and Nadeije Laneyrie-Dagen (École normale supérieure, Paris)

The History of Physiognomy Website is run by the international network ’Physiognomy: The Arts and Sciences of the Face, 1500-1850’, established in 2007 and based in the History Department of Queen Mary University of London (QMUL). The international network is supported until 2010 by an ‘Academic Collaboration – International Network’ grant from the Leverhulme Trust.
The International Network’s Principal Investigator is Professor Colin Jones (QMUL). Professor Nadeije Laneyrie-Dagen (École Normale Supérieure, Paris) and Professor Lina Bolzoni (Scuola Normale Superiore, Pisa) are Co-investigators.
The network seeks to explore the history of the physiognomy in Europe in an interdisciplinary manner. The first phase of our activities is the period running roughly from the Renaissance until the emergence of Darwinism, in the middle of the nineteenth century. Subsequently, we hope to extend the boundaries of the investigation to periods both before and after this date, and to non-European physiognomical traditions.


Colloque La terminologie, discipline scientifique

organisé par Loïc Depecker (univ. Paris III)

Colloque organisé à l’initiative de la Société française de terminologie et placé sous le patronage de M. Pierre-Gilles De Gennes, Prix Nobel de physique.
Organismes partenaires :
Afnor (Association française de normalisation) ; Délégation générale à la langue française et aux langues de France - ministère de la culture ; École normale supérieure de la rue d’Ulm ; Union latine ; Université de la Sorbonne nouvelle - Paris III (EA 1483 - LEA).


Colloque Le corps souffrant sur la scène contemporaine

organisé par Christian Biet (Paris X), Julie de Faramond (Paris X, IES abroad), Cécile Falcon (ENS) et Sara Harvey (Paris X)

Organisé par les équipes d’accueil HAR ("Histoire des arts et des représentations", Paris X Nanterre), FIRL ("Formes et idées de la Renaissance aux Lumières", Paris III Sorbonne-Nouvelle), VALE ("Voix anglophones : littérature et esthétique, Paris IV Sorbonne), le Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale (CRRLPM, ENS), le département Histoire et théorie des Arts (DHTA, ENS), le Théâtre de la Ville et le Théâtre de l’Odéon, ce colloque se propose de réfléchir sur la représentation du corps (physique/psychique) souffrant en termes esthétiques (à quelles formes la représentation d’un tel objet s’articule-t-elle ?) mais aussi anthropologiques (à quelles attentes un tel phénomène répond-il ?). Conçue de manière transversale, sa problématique débordant la seule sphère esthétique, la manifestation est donc ouverte à des chercheurs en études théâtrales et arts du spectacle mais aussi en d’autres disciplines des sciences humaines et sociales.


Colloque Le dialogue ou les voies du dissensus : Philosophie et théâtre contemporains

organisé par Alain Badiou (ENS) et Dimitra Panopoulos (univ. Paris VIII)

Colloque du CIEPFC (Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine) organisé par Dimitra Panopoulos et Alain Badiou


Colloque Le rayonnement de la philosophie polonaise au XX° siècle

organisé par Wioletta Miskiewicz (CNRS) et Jan Wolenski (univ. Jagellon de Cracovie)

Colloque franco-polonais LE RAYONNEMENT DE LA PHILOSOPHIE POLONAISE AU XX SIÈCLE. L’HÉRITAGE PHILOSOPHIQUE DE KAZIMIERZ TWARDOWSKI
Coordination : Wioletta Miskiewicz (CNRS/ENS) & Jan Wolenski (Université Jagellon de Cracovie)
Assistantes/traductrices : Paula Bucholc (doctorante à l’IHPST/Université de Varsovie) & Anna Zielinska (doctorante à l’Université de Grenoble II/Université Jagellon de Cracovie)
NOVA POLSKA, ENS (DRI, Département de philosophie), IHPST, Archives Husserl de Paris, Institut Polonais de Paris
Sous le haut patronage de Son Excellence M. Jan Tombinski Ambassadeur de Pologne en France


Colloque Le terrorisme : Un défi à la pensée politique

organisé par Cyrille Bégorre-Bret (ENS)

Colloque organisé par l’École normale supérieure, l’Institut des hautes études sur la justice et l’École nationale d ela magistrature, en collaboration avec The Program on Security, Democracy and the Rule of Law et The Floersheimer Center for Constitutional Democracy at the Cardozo School of Law in New York City.
Le terrorisme n’est ni phénomène radicalement neuf, ni même un fait seulement récent. Toutefois, il revêt aujourd’hui des formes inédites et a désormais acquis une importance nouvelle. Le terrorisme international a profondément marqué les opinions publiques et nettement modifié les agendas politiques. Les citoyens ont changé leurs façons de vivre, les décideurs publics et privés, leurs discours, leurs programmes et leurs actes.
Il s’agit de bouleversements structurels : le terrorisme est en train de transformer profondément les sociétés contemporaines. Pour relever affronter les difficultés soulevées par le terrorisme actuel, elles sont engagées dans un changement de paradigme qui concerne aussi bien la structuration du système politique démocratique, l’organisation de la société civile que l’orientation d’une partie considérable de l’appareil économique.
Analyser les raisons, examiner les manifestations et mettre en évidence les conséquences de ce changement de paradigme général est l’ambition de ces deux journées d’études. Elles réunissent des acteurs et des analystes venant d’horizons différents et possédant tous une expertise internationale en la matière. Comme les mutations en cours sont multiples et complexes, le dialogue entre juristes et hauts fonctionnaires, entre responsables économiques et leaders politiques est indispensable ainsi qu’entre universitaires et intellectuels. Il est seul susceptible de relever les défis lancés chaque jour par le terrorisme.


Colloque Les défis d’Hilary Putnam

organisé par Christiane Chauviré (univ. Paris I)

Colloque de l’université Paris I organisé avec le soutien du département de philosophie de l’Ecole normale supérieure.


Colloque Les disciplines face à leur histoire

organisé par Charles Alunni (ENS), François Nicolas (IRCAM) et Yves André (CNRS-ENS)

Colloque organisé les 9 et 10 octobre 2008 par le collectif "Histoire et Philosophie des Sciences" de l’École normale supérieure. Il s’agit de viser à une double confrontation : l’histoire des historiens d’une discipline face aux représentations "historiques" que s’en font ses praticiens, et la confrontation des disciplines entre elles sur la question de leur rapport à leur histoire. Trois disciplines sont envisagées : les mathématiques, la musique, la philosophie.


Colloque Les engagements ontologiques des sciences

organisé par Ulises Moulines (univ. de Munich / ENS)

Colloque organisé par le Département de philosophie, la Chaire Blaise Pascal (Fondation de l’ENS) et le Collectif Histoire Philosophie Sciences de l’Ecole normale supérieure.


Colloque Levinas et la philosophie du XXe siècle en France

organisé par Jean-Michel Salanskis (univ. Paris X) et Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS)

Colloque Un siècle avec Levinas : Levinas et la philosophie du vingtième siècle en France
Colloque organisé par le Centre International d’étude de la philosophie française contemporaine.
En collaboration avec l’Association pour la Célébration du Centenaire d’Emmanuel Levinas (ACCEL), Paris.
Comité d’organisation : Frédéric Worms (Université de Lille III et ENS) et Jean-Michel Salanskis (Université de Paris X-Nanterre et Collège International de Philosophie).
Avec le soutien et le parrainage du Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et le haut patronage de l’Organisation Internationale de la Francophonie.
Sous le parrainage de la Ville de Paris.
Le but du colloque est de prendre la mesure à la fois de la singularité d’Emmanuel Levinas au sein de la philosophie du vingtième siècle en France, et de la forte et profonde relation qui le lie aux différents moments de celle-ci, caractérisés par des problèmes, des courants et des auteurs. C’est pourquoi nous proposons un plan chronologique pour nos travaux, organisé en quatre étapes :
1. L’entrée de Levinas en France, ses premiers écrits. Ce que Levinas a pris de la génération immédiatement antérieure (Bergson, Brunschvicg, etc.). L’introduction décisive de la phénoménologie, Levinas à Strasbourg, la montée du nazisme, les premiers textes politiques dans les années 1930.
2. Le moment de la seconde guerre mondiale. Les premiers livres (Le temps et l’autre, De l’existence à l’existant), le lien avec Sartre, Merleau-Ponty, Jean Wahl, Jankelevitch).
3. Les années 1960 et l’œuvre de maturité, strictement contemporaine dans sa différence d’une configuration où interviennent notamment Derrida, Lyotard, Deleuze, Foucault et Ricœur.
4. Levinas aujourd’hui, à la fois du point de vue du commentaire qui s’organise et se développe de son œuvre dans tous ses aspects, et du point de vue des inspirations qu’on peut y trouver ou des chemins qu’elle peut suggérer.


Colloque Littérature et vanité : La trace de l’Ecclésiaste de Montaigne à Beckett

organisé par Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS)

Parmi les grands textes bibliques sans cesse commentés et repris par la littérature, la philosophie et les arts, l’Ecclésiaste occupe, dans notre mémoire, une place singulière. Cette singularité ne tient pas seulement à la richesse foisonnante de ses disséminations. Elle résulte aussi d’une série d’indéterminations plus spécifiques auxquelles l’Ecclésiaste dut, pour une large part, son énigmatique plasticité. Par cette capacité à se fondre dans les traditions les plus différentes, voire les plus opposées – des plus "orthodoxes" et topiques aux plus hétérodoxes et marginales –, l’Ecclésiaste, d’une métamorphose à l’autre, intrigue et fascine. Il s’agira, en cette enquête collective, de faire état de certains de ses déplacements majeurs, entre des moments de l’histoire de la pensée et des représentations où sa trace fut particulièrement marquante. Comment interpréter, à chaque fois, cette trace ?
De Montaigne à T.S. Eliot et à S. Beckett, en passant par l’Ecclésiaste des libertins, celui des philosophes des Lumières, des Romantiques, des Décadents..., on se demandera notamment comment ce texte biblique, séminal à tant d’égards, put être associé à une méditation continue sur les fondements de la pensée morale et sur ses variations mêmes, dans l’horizon mouvant de la Vanité. Et l’on réexaminera dans cette perspective les différentes valeurs associées à ce terme – contesté, on le sait, par bien des traducteurs – et à la série de "cellules idéelles" issues également de l’Ecclésiaste, qui connurent des cheminements propres (ainsi "Il y a un temps pour tout", ou encore "Rien de nouveau sous le soleil").
Le dialogue de la littérature avec la théologie, avec la philosophie, et avec les autres arts (peinture et musique notamment) constituera l’une des "entrées" les plus éclairantes pour ressaisir, en ses variations successives, la trace de l’Ecclésiaste.

Colloque international organisé par le Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale (CRRLPM) de l’École normale supérieure de Paris, en collaboration avec l’équipe "États, sociétés, religions – Moyen Âge – Temps modernes" de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et l’équipe "Littérature et philosophie" du Centre d’études de la langue et de la littérature française des XVIIe et XVIIIe siècles (CELLF, Paris IV-CNRS), et avec l’aide de la Communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines (CASQY).


Colloque Mathématiques, Sciences expérimentales et d’observation à l’école primaire

Colloque organisé à l’occasion de la Rencontre des centres pilotes/sites Internet La main à la pâte et dans le cadre du programme européen Scienceduc.
Pendant neuf années, l’action de La main à la pâte s’est focalisée sur la science, entendu comme la science de la nature, celle des phénomènes, celle des objets fabriqués par la technique. Cette science n’existe pas seule, et le choix fut fait de mettre prioritairement en valeur ses liens avec le langage (apprentissage du français) : rôle du cahier d’expériences, précision du lexique, correction de la syntaxe ont ainsi fait pendant à la découverte du monde, au questionnement devant la nature, aux réponses rationnelles progressivement construites. Le moment est venu de s’interroger sur le lien entre l’action de La main à la pâte, la rénovation de l’enseignement des sciences à l’école et les mathématiques.


Colloque Mutations de l’écriture : Arts et sciences

organisé par François Nicolas (IRCAM)

Colloque organisé par François Nicolas et les membres du collectif Histoire Philosophie Sciences de l’École normale supérieure.

Au seuil du XXIe siècle, et même du IIIe millénaire, la musique pose une question aux autres arts comme aux sciences : comment ajuster les différentes écritures (musicale, mathématique, chorégraphique, biologique…) - qui sont au fondement des modes de pensée concernés - , comment les ajuster aux nouvelles exigences des matières sur lesquels ces pensées embrayent ?
La musique, ainsi, dispose d’un système d’écriture autonome (le solfège) fondé sur une lettre particulière (la note) qui, inventé au début du IIe millénaire, s’avère désormais en partie inadapté aux nouveaux matériaux sonores (en particulier électroinformatiques) qu’il s’agit de modeler musicalement au moyen d’une nouvelle conjonction entre instruments et partition.
En ce point, la prolifération empirique des simples notations (graphiques, illustratives, explicatives…) à laquelle on assiste en musique ne saurait dispenser de réformer l’écriture musicale proprement dite (ou pensée "à la lettre") s’il est vrai qu’il en va, en matière d’écriture musicale, de logique : de la logique même de ce que veut musicalement dire qu’un discours ou qu’un développement musical. Penser la mutation en cours de l’écriture musicale, et pas seulement arranger provisoirement les choses, c’est donc tout aussi bien penser les mutations en cours en matière de "logique musicale" et leurs exigences en matière de nouvelles algèbres et de nouvelles "lettres" musicales.
Si ceci est vrai, qu’en est-il de mutations équivalentes dans les autres arts - singulièrement dans ceux qui entreprennent de se doter (enfin ?) d’une écriture qui leur soit propre (la chorégraphie) - mais aussi dans ces nouveaux champs de pratiques interactives mêlant images, sons et gestes corporels et ayant donc intrinsèquement affaire au mixte des différents sens physiologiques ?
Qu’en est-il aujourd’hui surtout dans les sciences, singulièrement dans la seule science à s’être dotée (comme la musique l’a fait parmi les arts) d’une écriture autonome : les mathématiques ?
Qu’en est-il également en matière de logique où le calcul aveugle sur la lettre doit régulièrement être ressaisi en pensée dans de nouvelles modalités d’inscription ?
Qu’en est-il dans les sciences confrontées au problème d’avoir à nouer leurs propres lettres à l’impératif galiléen inentamé de s’écrire mathématiquement ? Comment ce double dispositif (écriture mathématique importée / modes endogènes d’inscription) tend-il aujourd’hui à se nouer en physique, en chimie, et bien sûr en biologie ?


Colloque Neurosciences cognitives du développement

organisé par Emmanuel Dupoux (EHESS), Franck Ramus (CNRS) et Heather van der Lely (UCL, UK)

Open Symposium Cognitive neuroscience and neuro-imaging of development, Hosted by the Département d’études cognitives, École normale supérieure, Paris.
Bristish Council France and Science and Technology Department, French Embassy in the United Kingdom.
Leading experts from across Europe and the United States have agreed to participate in a special one-day symposium on Cognitive Neuroscience and Neuro-imaging of Development to be held at the Ecole Normale Supérieure in Paris.
The neuroscience of cognitive development has recently made major advances. Research has been converging across different domains within cognitive psychology, neurosciences and genetics, and new imaging techniques have been adapted to the human infant. It has become possible to use a range of imaging techniques - ERPs (Event related potentials), MEG (Magneto-encephalography), FMRI (Functional magnetic resonance imaging), and more recently NIRS (Near-infrared spectroscopy) - in newborns or very young infants. These techniques open up a fascinating area of research, allowing the study of both normal and pathological development, in order to chart the complex network of factors linking genetics to behaviour in cognitive domains that are unique to the human species (like language, reasoning, etc). This symposium is an exceptional opportunity to take in the broad sweep of these developments, hearing from leading international experts on the very latest developments in behavioural, neuropsychological and physiological studies of cognitive development and brain plasticity.


Colloque Origines de la vie : auto-organisation et/ou évolution biologique ?

organisé par Maryvonne Gerin (ENS Paris), Marie-Christine Maurel (Paris VI), François Raulin (Paris XII) et Anne-Marie Lagrange (Grenoble I)

L’étude des origines de la vie est l’un des défis scientifiques majeurs qui mobilise plusieurs champs conceptuels et de nombreuses connaissances disciplinaires. Le CNRS a décidé de poursuivre et de renforcer sa politique de prospective et de programmation sur ce thème dans l’interdisciplinarité. Le colloque Origines de la vie : Auto-organisation et/ou Évolution biologique ? est organisé à l’École normale supérieure dans le cadre du programme Origines des planètes et de la vie.
Lors de ce colloque interviendront des spécialistes en biologie, en physique, en chimie, en mathématiques, en astrophysique, en sciences humaines qui aborderont, chacun dans son champ respectif, des concepts liés à l’auto-organisation et à l’évolution. La confrontation des différentes approches disciplinaires doit permettre de délimiter la pertinence de ces concepts.


Colloque Ouvrir la logique au monde

organisé par Giuseppe Longo (CNRS), Thierry Paul (Ecole polytechnique) et Jean-Baptiste Joinet (univ. Paris I et univ. Paris VII-CNRS)

Colloque dans le cadre du Collectif Histoire Philosophie Sciences et du Séminaire Philosophie et Mathématique de l’ENS.


Colloque Penser la catastrophe : Entre nature et politique

Colloque organisé par le groupe« 2040 » en collaboration avec le Ciepfc (Département de philosophie, École normale supérieure), l’IHEJ et l’École polytechnique
Le moment d’aujourd’hui semble être celui non pas seulement de "la" mais des catastrophes, climatiques ou politiques, sociales ou médicales. Cependant, il se peut que cette diversité de catastrophes non seulement nous oblige, plus que jamais, mais nous permette, plus que jamais aussi, de les penser. Tel est en tout cas le défi du présent colloque, issu des travaux d’un groupe interdisciplinaire, qui se propose de lancer ainsi publiquement une réflexion appelée à se poursuivre.
Une catastrophe n’est-elle pourtant par principe un événement absolu ? Non pas un risque un peu plus grand qui ébranlerait un peu plus la vie, et contre lequel il faudrait un surcroît relatif de protection, mais au contraire autre chose qu’un simple risque, qui menace jusqu’à l’existence de la collectivité, de l’espèce ou de la nature, et qui ébranle non seulement l’efficacité de la protection mais sa possibilité et ses principes mêmes, éthiques, juridiques, politiques ? Mais justement, qu’il y en ait "plusieurs" et la catastrophe deviendra une catégorie générale, celle peut-être de notre présent. Non seulement chacune de ces catastrophes devra être étudiée, et prévenue, voire évitée! de manière concrète et différente, mais chaque catastrophe impliquera de manière différente, et sans les confondre, la nature et la politique, dans leurs principes, nous obligeant donc, mais nous permettant bien, aussi, d’en tirer la leçon, de les penser. C’est pourquoi, pour relever ici ce défi, chaque exposé abordera "une" catastrophe, sous un angle double et même triple : celui des faits, celui des modèles (pour la penser), celui des enjeux, notamment éthiques, politiques, historiques.
"Nature" et "Politique" ne désigneront donc pas deux types de catastrophes, même si on traite le matin de catastrophes plutôt "naturelles" : la pandémie, l’alimentation, la technique ou le nucléaire, et l’après-midi plutôt du politique, terrorisme, guerre ou krach économique. Nature et politique seront en fait, de manière à chaque fois différente, deux dimensions présente dans chaque catastrophe, et permettant non seulement de les penser, mais de penser aussi le changement d’époque ou de moment dans lequel, ensemble, elles nous font entrer. C’est ce que tenteront de dégager, après les exposés analytiques, deux tables rondes synthétiques en fin de journée.


Colloque Promenade dans la physique d’aujourd’hui / A Stroll through Today’s Physics

organisé par Etienne Guyon (ESPCI), Vincent Hakim (CNRS), Basile Audoly (CNRS), Éric Pérez (CNRS) et Martine Ben Amar (ENS)

Colloque en l’honneur d’Yves Pomeau
Qu’y a-t-il de commun entre les modèles théorie cinétique puis de gaz sur réseau, le papier froissé, la dispersion dans les milieux poreux, les instabilités de convection ou de digitation et l’intermittence, les superfluides, et d’autres sujets tout aussi divers et dignes, semblerait il d’un inventaire à la Prévert ?
Réponse : Yves Pomeau
et son immense curiosité qui a motivé de nombreuses collaborations entre expérimentateurs et théoriciens, créé des ponts entre la physique et les mathématiques et entre la physique et la mécanique. Yves Pomeau, atteint par la limite d’âge, prend sa retraite du laboratoire. Nous souhaitons marquer ce départ en organisant à l’École normale supérieure un colloque portant sur les multiples aspects de son activité qui mobilisent les efforts de nombreux chercheurs de par le monde et constituent des enjeux majeurs pour la physique actuelle.
Les thèmes :
- Mécanique statistique
- Fluides quantiques et classiques
- Instabilités
- Chaos et turbulence
- Elasticité et singularités

Comité scientifique : B. Audoly (LMM, Paris VI), M. Ben Amar (LPS, ENS), P. Clavin (IRPHE, Marseille), P. Coullet, E. Guyon (PMMH, ESPCI), V. Hakim (LPS, ENS), P. Manneville (Ladhyx, Polytechnique), E. Perez (LPS, ENS)

This conference is organized in honor of Yves Pomeau on the occasion of his 65th birthday. Numerous scientists, friends and collaborators of Yves, will present recent developments in the very active fields of physics, mathematics and mechanics where Yves has made key contributions.


Colloque Proust dans l’œil des philosophes

organisé par Maël Renouard (univ. Paris I)

Colloque proposé par le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine et organisé par Maël Renouard.
Proust a souvent été lu par les philosophes. Mais peut-être leur intention n’était-elle pas tout à fait d’en donner une interprétation plus neuve ou plus juste, comme si « A la recherche du temps perdu » était un objet d’étude attendant d’être placé « sous l’œil » d’une inquisition philosophique. Si Benjamin, Merleau-Ponty, Deleuze, Vincent Descombes, et bien d’autres encore, ont été sous le charme de ce grand livre, sans doute est-ce parce qu’ils y trouvaient des éclaircissements, ou des difficultés aussi bien, dont tirait parti leur propre formation de concepts. En ce sens, ils avaient Proust « dans l’œil », à la manière d’un instrument d’optique ou d’une lentille spéciale. Ils affinaient leur perception grâce à lui plutôt qu’ils ne le scrutaient. C’est au principe de ces lectures que nous avons voulu être fidèles : nous nous sommes demandé si Proust pouvait encore être dans l’œil de quelques travaux actuels, interrogation que soutenait aussi le désir d’entendre à nouveau des paroles philosophiques sur son œuvre.


Colloque Qu’est-ce qui est réel ?

organisé par Claude Debru (ENS), Giuseppe Longo (CNRS) et Thierry Paul (Ecole polytechnique)

De la micro-physique des 25 dernières années à l’approche philosophique de la perception du réel. Colloque organisé par le collectif Histoire-Philosophie-Science.


Colloque Raymond Aron : Genèse et actualité d’une pensée politique

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Serge Audier (univ. Paris IV) et Michel Murat (Paris IV)

Colloque international


Colloque Roland Barthes : Littérature et philosophie des années 1960

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Michel Murat (Paris IV) et Marielle Mace (CNRS)

Jamais un philosophe ne fut mon guide
Si jamais un philosophe ne fut son guide – jamais un guide, jamais un philosophe, jamais un seul – c’est d’abord parce que Barthes a opposé à la philosophie une pratique particulière de la pensée, un rapport singulier aux concepts, aux catégories, à leur sérieux et à leur durée, à leur incarnation et à leur "couleur". Mais c’est aussi qu’il a voulu emprunter à trop de doctrines "un peu de leur projet et un peu de leur langage" pour n’en élire qu’une seule.
Barthes invite à une pluralité de lectures et de relations, où les influences, retours d’"idées-phrases", modulations d’une première rencontre, s’observent en tous sens : Barthes sceptique, Barthes anti-humaniste, phénoménologue, moraliste ; ou encore : Barthes et Marx, Derrida après Barthes, Barthes et Lacan, les quatre ou cinq Sartre de Barthes... Sans doute se succèdent-elles au long des trois périodes que l’on décèle dans le parcours de Barthes : le moment de la critique sociale, le moment de la structure, le moment "romanesque". Mais leur irréductibilité nous encourage aussi à défaire ces étapes pour y voir de plus près, à apprécier les entêtements de Barthes et ses infidélités : qu’était "le réel" avant qu’il n’apparaisse, tardivement, comme un mot clef ? qu’est devenue "la structure" lorsque Barthes est revenu vers Sartre ? comment ont dérivé en lui la notion de plaisir ou celle d’utopie ?
Suivant l’exemple de Jean-Claude Milner, qui a observé "le pas" que Barthes avait fait vers la philosophie et à l’intérieur de celle-ci, nous voudrions rendre une pensée à la pluralité de ses vies possibles, et éclairer de ces multiples feux un moment complexe de la culture philosophique française.
Colloque international organisé par le département "Littérature et langages" et le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC, département de Philosophie) de l’École normale supérieure, sous la responsabilité de Michel Murat (ENS/Paris IV-Sorbonne), Frédéric Worms (ENS/Lille 3) et Marielle Macé (CNRS)


Colloque Science, technologie et créativité

Colloque organisé à Poitiers le 8 décembre 2004 dans le cadre des rencontres des centres pilotes La Main à la Pâte.


Colloque Simone Weil et la philosophie du XXe siècle

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Emmanuel Gabellieri (Univ. Catholique de Lyon) et Robert Chenavier (Assoc. Simone Weil)

Colloque organisé les 15 et 16 mai 2009 à l’École normale supérieure par le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC, ENS) et l’Association pour l’étude de la pensée de Simone Weil, avec le soutien de l’Université catholique de Lyon.
On ne peut comprendre ni Simone Weil sans la philosophie, ni la philosophie du XXe siècle – et pas seulement en France – sans Simone Weil. Telle est la double hypothèse de ce colloque qui se tient à la charnière des célébrations du centenaire de sa naissance, en 2009. Qu’il s’agisse du mysticisme, de l’action politique et des autres aspects qui frappent tous ses lecteurs dans sa vie et son œuvre, aucun ne peut se comprendre chez Simone Weil sans la philosophie, à la fois dans sa dimension éternelle et dans la nouveauté qui est celle de sa pensée. C’est ce qui assure aussi sa place – centrale – dans le siècle, dans tous les domaines, de la métaphysique à la politique, selon le parcours de nos deux journées, lequel passe aussi par la science et la morale. Le colloque comprend également deux tables rondes sur ses relations avec divers penseurs philosophiques et politiques du XXe siècle et un séminaire de lecture libre des Écrits de Marseille.


Colloque Temps long : De la physique aux sciences humaines

organisé par Claude Debru (ENS) et Thierry Paul (Ecole polytechnique)

Colloque organisé à l’ENS les 25 et 26 septembre 2008 par le collectif ’Histoire et philosophie des sciences’.
Le temps est habituellement considéré sous deux angles : l’instant et la durée, le premier sans épaisseur, la seconde sans origine. La théorie des systèmes dynamiques, initiée par Poincaré, a fait entrevoir une troisième dimension, celle du temps long, potentiellement infini. Mais qu’en est-il également de la présence et du traitement du "temps long" dans d’autres disciplines, des sciences de la terre et de la biologie à la psychologie et à l’histoire ?


Colloque Vladimir Jankélévitch : Actuel inactuel

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Françoise Schwab (historienne) et Jean-Marc Rouvière (Association V. Jankélévitch)

Colloque organisé par l’Association Vladimir Jankélévitch et le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine – ENS avec le soutien financier de la Ville de Paris et du Ministère de l’Education Nationale.
Modératrice : Françoise Schwab
Avec la participation de Christian Delacampagne (Université Johns Hopkins, Baltimore) et Jürgen Brankel.


Colloque Voyage au centre du récit

organisé par Michel Murat (Paris IV) et Thomas Pavel (univ. Chicago)

Qu’est-ce qui m’attend au centre du récit ? des paysages dangereux, des monstres du passé, les tourbillons d’une mer intérieure — ce par quoi je suis moi et qui n’est pas ma vie.
La formule, empruntée à Jules Verne, évoque à la fois le côté aventureux de la lecture et l’intimité des rapports entre lecteur et œuvre. Cette question est ici reprise en hommage à Thomas Pavel, dont les travaux récents ont remis en lumière la dimension éthique et existentielle des œuvres narratives, leur puissance d’idéalisation, leur sagesse et leur folie.
Organisé par le département littéraire de l’École Normale Supérieure, le colloque réunit des universitaires, littéraires et philosophes, et des écrivains, Antonia Byatt et Richard Millet, dont les récits sont habités jusqu’à la « possession » par la mémoire des lettres.


Conférence sur les travaux de la commission Sen-Stiglitz

Conférence organisée par le Master PPD (Politiques publiques et développement) et le CEPREMAP (Centre pour la recherche économique et ses applications) dans les locaux de l’École d’économie de Paris (Campus Jourdan de l’ENS) avec trois membres de la Commission sur la mesure de la performance économique et du progrès social, dite commission Sen-Stiglitz (créée au début de 2008 sur l’initiative du président Sarkozy), afin de présenter les travaux de cette commission et la discussion en cours.


De-Teleologising History of Money and Its Theory


Des psychanalystes face à la politique française à l’égard des Roms et des Gens du Voyage

organisé par Bénédicte Reynaud (Cepremap) et Bernard Toboul (Espace Analytique)

Cibler une population pour l’exclure et l’expulser, comme le gouvernement français l’a fait envers les Gens du Voyage, français, et les Roms, étrangers membres de la communauté européenne est un acte illégal comme l’ont souligné les experts de l’Union européenne, du Conseil de l’Europe et de l’ONU. La politique gouvernementale française actuelle a une double dimension. - Sur le plan intérieur, elle laisse entendre que la nationalité ne confère plus la citoyenneté de plein droit. Ainsi, en effaçant le fait que les Gens du Voyage vivant en France sont des citoyens français, elle teste des techniques de suspicion sur l’ « identité nationale » d’une partie des Français. - Sur le plan extérieur, elle déconnecte des étrangers relevant du droit communautaire, les Roumains ou Bulgares dits « Roms », de leurs attaches nationales. Elle contribue à accélérer les expropriations en Europe centrale et orientale et à fabriquer une catégorie politique unique de « roms migrants », ethniquement responsable de leurs discriminations. Dans une Europe fragilisée par une crise économique et sociale majeure, une telle politique fondée sur la désignation d’un bouc émissaire, peut transférer le malheur quotidien en vindicte populaire. Plus grave encore : sans adhérer à une vision téléologique de l’histoire, celle-ci nous incite à une vigilance extrême face au risque d’un engrenage politique fatal. La tentation partagée par tous les États européens de l’« ethnicisation politique » remet en cause les principes de la souveraineté nationale ; elle met en péril le fonctionnement démocratique de notre société, tel qu’il s’est bon an mal an établi depuis la Seconde Guerre mondiale. Face à cette situation critique pour les démocraties européennes, Espace Analytique, association de psychanalystes, organise une journée de réflexion à partir des regards croisés entre la psychanalyse, l’histoire et l’anthropologie, à la Lumière … du cinéma. La psychanalyse a cerné la tendance à la ségrégation, relevée par Lacan après la Massenpsychologie de Freud, propre au fonctionnement de l’inconscient individuel. Espace Analytique en avait fait le thème de son Congrès de 2004. Il importe d’y revenir aujourd’hui puisque fonctionne cette "exclusion interne" en suscitant une réflexion collective et citoyenne, principalement autour d’Henriette Asséo, historienne, professeur à l’EHESS et de Patrick Williams, anthropologue, Directeur de recherches au CNRS dont les recherches font autorité sur l’histoire et l’anthropologie des Tsiganes. Programme - 13h30 : Présentation du colloque par Bénédicte Reynaud (chercheur au Département de sciences sociales de l’ENS, Directeur de recherches au CNRS) et Bernard Toboul, psychanalyste (Espace Analytique, en abrégé EA) - 13h45-16h : Projection du film de Raphaël Pillosio (réalisateur, anthropologue) : « Des Français sans histoire » (2010, 84 minutes), suivie d’une discussion avec le réalisateur. La France a interné des hommes, des femmes et des enfants catégorisés comme "Nomades" durant la Seconde Guerre mondiale. Une trentaine de camps disséminés dans tout le pays, ont emprisonné environ 6 000 personnes de mai 1940 à mai 1946. Qui sont ces « Nomades » internés ? Pourquoi ont-ils été internés ? Quelles étaient leurs conditions de détention ? Ce film part à la recherche des dernières traces de ce passé pour reconstituer l’histoire méconnue d’une population qui est marginalisée, stigmatisée depuis plus d’un siècle par l’État français. - 16h-16h15 : Pause. - 16h15-18h : Interventions de : Henriette Asséo (historienne, professeur à l’EHESS) : mise en perspective historique de la politique de ségrégation des Roms et des Gens du Voyage Patrick Williams (anthropologue, Directeur de recherches au CNRS) : Approche anthropologique de la culture des Tsiganes. Modérateurs : Catherine Saladin (psychanalyste, EA) et Bernard Toboul 18h-19h : Table ronde et discussion générale. Interventions de Marcel Drach (économiste, Maître de conférences à l’Université Paris Dauphine), Françoise Moscovitz (psychanalyste, EA) Jean-Jacques Moscovitz (psychanalyste, EA) Jean-Christophe Saladin (historien, dir. de collection aux Belles Lettres) Guy Sapriel (psychanalyste, EA) Catherine Vanier (psychanalyste, EA) Alain Vanier (psychanalyste, EA) 19h : Conclusion musicale : concert tsigane (sous réserve).


Ecole d’été Langues et langage : compréhension, traduction, argumentation

organisé par Francis Wolff (ENS)

Le thème retenu pour cette Université européenne et francophone d’été consiste à envisager la relation entre la diversité des langues et l’unité du langage dans toutes ses dimensions, comme le montrent d’abord les trois opérations retenues en sous-titre, mais comme le montreront aussi les différents domaines abordés, de la linguistique à la politique en passant par la logique et les divers aspects de la philosophie.


Enfance et littérature : colonies et colonisation

organisé par Anne-Marie Chartier (INRP), Déborah Lévy-Bertherat (ENS) et Mathilde Lévêque (SHE-INRP)


Ethnografeast II : La fabrique de l’ethnographie

organisé par Loïc Wacquant (New School for Social Research, CSE), Benoît de l’Estoile (ENS), Florence Weber (ENS) et Alban Bensa (EHESS)

Conférence internationale organisée par la revue Ethnography, Ethnografeast a pour objectif de stimuler la réflexion sur la démarche ethnographique et d’activer les réseaux de coopération entre ethnographes tout en favorisant les échanges entre anthropologues et sociologues.
Cette édition s’inscrit dans le double mouvement actuel d’ouverture de l’ethnographie française à la recherche internationale et de diffusion de la méthode ethnographique à l’ensemble des sciences sociales. Méthode canonique de l’anthropologie, l’ethnographie est d’abord venue à la rescousse de méthodes moins légitimes dans d’autres disciplines – la recherche dite ‘qualitative’ en sociologie, longtemps en retrait par rapport à la recherche quantitative ; les archives dites ‘orales’ en histoire, longtemps laissées de côté par les historiens qui s’appuyaient sur des documents écrits ou matériels. Tandis qu’elle se diffuse aujourd’hui dans des disciplines de plus en plus lointaines, comme la psychologie, les sciences politiques et, récemment, la gestion et la science économique, son extension alimente doutes et polémiques au sein même des deux disciplines qui l’ont vue naître et en ont standardisé l’usage, l’anthropologie et la sociologie.


Forum de la régulation 2003

organisé par Robert Boyer (CNRS)

Le Forum 2003 s’est tenu les 9-10 octobre 2003 à l’ENS.
Comme en 2001, cette rencontre visait à favoriser l’information mutuelle, les échanges et la collaboration entre tous les chercheurs et enseignants qui travaillent sur les changements institutionnels et la transformation des économies contemporaines, dans les approches de la régulation ou les problématiques en dialogue avec elle.


Journée Économie et sciences sociales

organisé par Florence Weber (ENS) et Jérôme Gautié (univ. Reims)

À l’occasion de la venue de Viviana Zelizer, professeur de sociologie économique à Princeton, comme professeur invité au Département de sciences sociales de l’ENS, et dans le cadre des Journées Jourdan, nous nous proposons d’organiser deux journées Économie et sciences sociales. L’objectif de ces journées est de faire dialoguer entre eux et avec V. Zelizer les différents chercheurs du site Jourdan qui travaillent sur des domaines aux frontières entre l’économie et les autres sciences sociales, ainsi que tous les chercheurs extérieurs qui viendront assister aux conférences.


Journée Agriculture, forêts, pêche : nature exploitée et ingénierie écologique

organisé par Lionel Charles (Fractal), Bernard Kalaora (université d’Amiens) et Luc Abbadie (univ. Paris VI/ENS)

Le programme Environnement, Vie et Sociétés du CNRS organise le Séminaire d’ingénierie écologique.
L’écologie, dans le contexte d’approfondissement mais aussi d’investigation et de compréhension croissante des multiples aspects de la crise environnementale que nous connaissons, est conduite à jouer un rôle de plus en plus important. Ce rôle est non seulement cognitif dans l’appréhension des processus bio-physico-chimiques à toutes les échelles qui animent le monde vivant et ses interactions, dont les sociétés humaines sont de plus en plus perçues comme partie intégrante, mais s’élargit à un champ en plein développement d’interventions à caractère proprement technique et ingénierial. Schématiquement, celles-ci se font dans deux directions : d’une part la production de technologies éco-compatibles dérivées de la connaissance du fonctionnement des systèmes écologique — des systèmes d’épuration des eaux, de traitement des déchets ou la transformation de l’habitat à la reconfiguration des systèmes industriels –, d’autre part la restauration voire le pilotage des systèmes naturels à partir d’exigences et de finalités définies socialement, à l’aide d’une palette très large d’outils de plus en plus sophistiqués (satellite, modélisation à toutes les échelles, bilans, etc). Cette situation nous confronte à un ensemble de questions inédites, scientifiques, sociales, éthiques, politiques quant à la nature exacte des dynamiques en cours, des acteurs et des processus sociaux qui les animent, des conditions de leur validité, des menaces et des risques nouveaux auxquelles elles nous exposent et du contrôle qu’il est possible ou souhaitable d’exercer à leur égard.


Journée Architectures imaginaires

organisé par Jean-Loup Bourget (ENS)

Journées d’études organisées par la Passerelle des Arts de l’ENS.


Journée Aspects historiques et philosophiques de la théorie des Catégories

organisé par Charles Alunni (ENS) et Andrei Rodin (univ. de St-Petersbourg / ENS)

Impact des catégories. 60 ans de théorie des Catégories : aspects historiques et philosophiques.
La fameuse crise des fondements mathématiques du début du XXème siècle constitua une période où la frontière qui séparait les mathématiciens-philosophes des philosophes-mathématiciens devait s’estomper. Si les mathématiciens travaillaient traditionnellement autour de notions philosophiques telles que le concept d’existence, nombre de philosophes se trouvaient fortement impliqués dans les discussions mathématiques contemporaines. À cette époque, la théorie des ensembles formait un pont central entre les différentes disciplines. D’anciennes questions philosophiques, par ailleurs difficilement traitables, comme les concepts d’un et de multiple, de fini et d’infini, de continu et de discret étaient ré-articulées de manière inattendue, et les positions arrêtées à leur égard affectaient profondément la manière dont des pans entiers des mathématiques étaient à la fois formulés et développés. On peut voir, rétrospectivement, comment les préoccupations des philosophes et des mathématiciens de cette période purent déterminer le développement futur de ces deux disciplines. Pourtant, dès les années ’30, la communication fructueuse entre ces deux communautés de mathématiciens et de philosophes subit un rétrécissement drastique. La théorie des ensembles de Zermelo-Fraenkel, aujourd’hui largement étudiée dans les départements de philosophie, n’a plus de signification particulière pour le courant dominant de la recherche mathématique. Nombreux sont les philosophes des mathématiques qui se retrouvent dans l’étrange situation de travailler sur les fondements des mathématiques que les mathématiciens eux-mêmes ne reconnaissent plus comme étant pertinents pour leur discipline. Souvent les philosophes redécouvrent des faits ou des idées déjà connus des mathématiciens depuis des décennies. Or, se manifestent aujourd’hui des signes d’efforts croissants déployés en vue de remédier à cette situation et de restaurer les voies de communication entre historiens et philosophes des mathématiques d’un côté, et mathématiciens soucieux de questions philosophiques soulevées par leur propre discipline de l’autre.


Journée Conservation, restauration, évaluation écologique

organisé par Lionel Charles (Fractal), Bernard Kalaora (université d’Amiens) et Luc Abbadie (univ. Paris VI/ENS)

Le programme Environnement, Vie et Sociétés du CNRS organise le Séminaire d’ingénierie écologique.
L’écologie, dans le contexte d’approfondissement mais aussi d’investigation et de compréhension croissante des multiples aspects de la crise environnementale que nous connaissons, est conduite à jouer un rôle de plus en plus important. Ce rôle est non seulement cognitif dans l’appréhension des processus bio-physico-chimiques à toutes les échelles qui animent le monde vivant et ses interactions, dont les sociétés humaines sont de plus en plus perçues comme partie intégrante, mais s’élargit à un champ en plein développement d’interventions à caractère proprement technique et ingénierial. Schématiquement, celles-ci se font dans deux directions : d’une part la production de technologies éco-compatibles dérivées de la connaissance du fonctionnement des systèmes écologique — des systèmes d’épuration des eaux, de traitement des déchets ou la transformation de l’habitat à la reconfiguration des systèmes industriels –, d’autre part la restauration voire le pilotage des systèmes naturels à partir d’exigences et de finalités définies socialement, à l’aide d’une palette très large d’outils de plus en plus sophistiqués (satellite, modélisation à toutes les échelles, bilans, etc). Cette situation nous confronte à un ensemble de questions inédites, scientifiques, sociales, éthiques, politiques quant à la nature exacte des dynamiques en cours, des acteurs et des processus sociaux qui les animent, des conditions de leur validité, des menaces et des risques nouveaux auxquelles elles nous exposent et du contrôle qu’il est possible ou souhaitable d’exercer à leur égard.


Journée d’études : Dessiner le monde, une exploration des imaginaires cartographiques

organisé par Robin Beaumont (ENS)

Le Département de géographie de l’École normale supérieure organise une journée d’études consacrée aux représentations cartographiques de l’imaginaire. Il s’agira d’y analyser le recours à l’espace et à l’instrument géographique par excellence qu’est la carte, dans toutes sortes de processus d’imagination – littéraire, philosophique, politique. L’approche pluridisciplinaire permettra en outre, dans une démarche très expérimentale, d’interroger la reterritorialisation de la carte dans les sciences sociales et les humanités, où elle prend aujourd’hui valeur de concept.


Journée d’études autour de Richard Shusterman

organisé par Mathias Girel (univ. Paris I)

La somaesthétique: du pragmatisme philosophique aux arts transdisciplinaires. Journée d’études autour de Richard Shusterman DATE: 11 février 2011, 10h15-18h45. LIEU: Salle Dussane, ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. 10h15: Accueil et présentation de la journée, Mathias GIREL (ENS). 10h30-11h00. Jean-Pierre Cometti (Université de Provence): "Le pragmatisme et la question du corps" 11h00-11h20: Questions 11h20-12h10: Richard Shusterman (Florida Atlantic University) — "Du Style somatique". 12h10-12h30: Questions Pause déjeuner 13h45-14h15: Mathias Girel (ENS): "Le corps dans les lettres: la ligne jamesienne chez Richard Shusterman" 14h15-14h35: Questions 14h35-15h05 : Bernard Andrieu (UHP Nancy) : "Sentir son corps : Proprioception ou immersion ?". 15h05-15h25: Questions 15h25-15h55: Marielle Macé (CNRS-EHESS): "Vivre un style" 15h55-16h15: Questions. 16h15-16h30: Pause 16h30-17h00: Yann Toma (CERAP, Université Paris 1) : "Somaesthétique et flux radiant" 17h00-17h20: Questions. 17h20-18h45: Table ronde, avec C. Hanna, D. Zerbib, Th. Mondémé et M. Richez, dialogue transdisciplinaire avec Richard Shusterman. 18h45: Fin de la journée Responsable : Mathias Girel


Journée d’études L’anneau des disciplines

organisé par Giuseppe Longo (CNRS)

Francis Bailly (10 février 1939–5 février 2009) a été chercheur, physicien du solide, au CNRS (Laboratoire de physique du solide de Meudon-Bellevue) de 1962 à 2004. Il est l’auteur de nombreux articles scientifiques traitant de l’épistémologie de la physique. Cette journée d’études est organisée à sa mémoire par l’École normale supérieure dans le cadre du Collectif Histoire Philosophie Sciences avec le support du Département d’informatique. Son titre, L’anneau des disciplines, reprend l’intitulé d’un numéro spécial de la Revue internationale de systémique (vol. 5, n° 3, 1991) par Francis Bailly.
Publication :
F. Bailly et G. Longo, Mathématiques et sciences de la nature. La singularité physique du vivant, Hermann, Paris, 2006.


Journée d’études sur la représentativité

organisé par Avner Bar-Hen (Paris V/SFdS) et Marion Selz (CNRS)

Cette journée est organisée par la Société française de statistique (SFdS) et le Centre Maurice Halbwachs (séminaire M2S3 : Modélisation et méthodes statistiques en sciences sociales).
Le concept de représentativité a eu, au départ, du mal à s’imposer, comme le montre l’histoire de la statistique (Alain Desrosières, Emmanuel Didier). Aujourd’hui encore, plusieurs statisticiens hésitent à l’employer. Une certaine ambiguïté vient sans doute du fait que le terme représentatif n’appartient pas spécifiquement au vocabulaire des statistiques. En statistique le terme de représentativité est lié à la possibilité de passer d’une partie (échantillon) au tout (population de référence). Mais faut-il que l’échantillon ressemble à la population pour bien la représenter ? Si oui, sur quels critères et jusqu’à quel point ? Qu’en est-il dans la pratique de constitution des échantillons rassemblés par les producteurs de données ? De nombreuses questions se posent lorsqu’on ne dispose pas de base de sondage, lorsque la population étudiée comporte une grande diversité et qu’on s’intéresse en particulier en son sein à une minorité difficile à cerner, lorsqu’on suit des cohortes dont la composition se modifie au fil des vagues. Diverses autres circonstances sont l’occasion de problèmes dont la résolution ne fait pas l’unanimité : les analyses multi-niveaux, les comparaisons internationales, le choix de cas témoins…


Journée Empirical Study of Juridical Review

organisé par Jean-Louis Halperin (ENS) et Claire Germain (Cornell Law School)


Journée Environnement, agriculture et éthique (aspects scientifiques, industriels, et sociétaux)

organisé par Claude Debru (ENS)

Journée organisée par le collectif Histoire-Philosophie-Sciences de l’Ecole normale supérieure.


Journée Environnement, agriculture, éthique

organisé par Claude Debru (ENS) et Bruce Velde (ENS)

Journée organisée par le Collectif Histoire Philosophie Sciences de l’École normale supérieure.


Journée GDR Dynamo à l’Institut Henri-Poincaré

organisé par Emmanuel Dormy (CNRS)

Le GDR Dynamo désire fédérer la recherche et les développements théoriques, numériques et expérimentaux en Magnétohydrodynamique (MHD) et sur l’effet dynamo dans les milieux naturels (planètes, étoiles, milieux interstellaires, galaxies, ...) ou tout autre milieu conducteur, effectués par les différentes équipes participants à ce thème de recherche.
Les rencontres du 12 et 13 novembre 2007 se sont tenues à l’Institut Henri Poincaré, Paris.


Journée Georges Bram 2011 (10ème journée de Conférences en Histoire des sciences et épistémologie)

organisé par Michel Blay (CNRS) et Clotilde Policar (ENS)


Journée Henri Cartan

organisé par François Loeser (ENS), Jean-Benoît Bost (univ. Paris XI) et Luc Illusie (univ. Paris XI)

Journée organisée en l’honneur de Henri cartan à l’occasion de son 100e anniversaire par le Département de mathématiques et applications de l’ENS.
Fils du grand mathématicien Élie Cartan, membre fondateur de Nicolas Bourbaki, Henri Cartan est l’un des principaux mathématiciens français du XXe siècle. En charge de l’enseignement des mathématiques à l’ENS de 1940 à 1965, il a joué un rôle essentiel dans le développement de l’école mathématique française de l’après-guerre. Il a ainsi formé, directement ou indirectement, plusieurs générations de normaliens. Les célèbres Séminaires Cartan – quinze éditions rédigées de 1948 à 1964 – ont eu une importance fondamentale dans le développement de sujets tels que la théorie des faisceaux, les variétés de Stein, les espaces analytiques, la topologie algébrique et la géométrie algébrique.


Journée Images, raison et raisonnement

organisé par Giuseppe Longo (CNRS) et Mitsuhiro Okada (Philosophy, Keio University, Tokyo)

Journée de conférences en anglais et en français sur Images, raison et raisonnement, du point de vue des mathématiques, des sciences cognitives, de la philosophie, de la logique, de la psychologie du comportement animal, des neurosciences, de l’informatique.


Journée Intrications philosophie-sciences de la nature

organisé par Claude Debru (ENS)

Journée du collectif Histoire-Philosophie-Sciences de l’ENS du 24 octobre 2003.
Aujourd’hui, sciences et philosophie ne peuvent plus se penser séparément. L’enjeu de cette journée est d’interroger les intrications qui constituent leur dynamique la plus actuelle.


Journée Jean Hyppolite : Entre structure et existence

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS) et Giuseppe Bianco (Lille III/univ. Trieste)

Journée d’études organisée par G. Bianco et F. Worms dans la série Passeurs pour le Centre International d’Etude de la Philosophie Française Contemporaine de l’École normale supérieure


Journée Jean Wahl, le multiple

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS) et Giuseppe Bianco (Lille III/univ. Trieste)

Journée d’études du Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine.


Journée Jules Verne et la vulgarisation scientifique

organisé par Béatrice Didier (ENS)

Journée d’étude organisée par le Département de littérature et langages.


Journée L’action : Délibérer, décider, accomplir

organisé par Francis Wolff (ENS)

En liaison avec le programme de l’agrégation, le département de philosophie de l’École normale supérieure organise une journée d’études sur « L’action : délibérer, décider, accomplir ».


Journée L’Europe face à sa constitution

organisé par Gilles Pécout (ENS) et Jean-Louis Halpérin (ENS)

L’Europe face à sa constitution : quelques lectures historiques et juridiques croisées.
Journée d’études organisée par la Section de droit du Département de sciences sociales et le Département d’histoire de l’École normale supérieure.


Journée L’histoire de l’art, de l’Université à l’École (INHA)

La décision d’inclure l’histoire de l’art dans les programmes des enseignements primaire et secondaire en France ne peut que satisfaire les historiens de l’art dans les universités, les écoles d’art et d’architecture, les musées, les centres de recherche et de documentation, le marché de l’art, l’édition ou la presse. Pourtant, jusqu’à présent ceux qui ont en charge ce projet à l’Éducation nationale ont été plutôt rétifs à l’idée de fonder la discipline scolaire sur la discipline universitaire, comme c’est le cas pour d’autres enseignements. Serait-ce en raison de la complexité des objets et des méthodes de l’histoire de l’art ?
L’étude des œuvres d’art à l’école, destinée à ouvrir l’esprit des élèves et à encourager leur curiosité, peut-elle conduire à apprécier la signification des œuvres ? Pour construire les bases d’une pensée personnelle chez l’élève, il faut simplifier : mais à partir de quel moment ce discours simplifié s’écarte-t-il de son but ?
C’est pour tenter de répondre à ces questions que le Département des études et de la recherche de l’INHA, en collaboration avec l’Association des professeurs d’histoire de l’art et d’archéologie des Universités (APAHAU), organise deux débats complémentaires. Ils traitent de cette complexité des objets et des méthodes de l’histoire de l’art auxquels le discours scolaire devra se confronter pour convaincre et des orientations qu’il conviendrait de donner aux futurs programmes.
En croisant ces deux thèmes et ces deux points de vue – celui de l’Université et celui de l’École – il s’agit aussi de rappeler les ambitions propres de l’histoire de l’art en matière de documentation et d’interprétation des œuvres, qui distinguent cette discipline de la critique et de l’esthétique. Les difficultés à faire comprendre sa nature ont partie liée avec les exigences qu’elle seule se fixe vis-à-vis des arts visuels. Toutefois, étant donné l’enjeu du projet d’enseignement – la culture et le sens critique que doivent maîtriser tous les jeunes à la fin de leur scolarité – il serait important que les avancées de la recherche soient formulées en des termes accessibles au plus grand nombre. C’est le cadre des deux débats proposés.


Journée La classification : Problèmes logiques et épistémologiques

organisé par Francis Wolff (ENS)

En liaison avec le programme de l’agrégation, le département de philosophie de l’École normale supérieure organise une journée d’études sur « La classification : problèmes logiques et épistémologiques »


Journée La justice, approches croisées

organisé par Emmanuel Breen (Paris VIII), Julien Cantegreil (univ. Paris I) et Céline Spector (univ. Bordeaux III)

Journées d’étude organisées par le Département de philosophie et le Département de sciences sociales (études juridiques) de l’ENS, le vendredi 11 et le samedi 12 janvier 2002.


Journée Le bijou, ses fonctions et ses usages de la Préhistoire à nos jours

organisé par Delphine Lesbros (EHESS) et Cécile Michaud (EHESS)

Journée d’études doctorale organisée le 10 décembre 2008 à l’École normale supérieure avec le soutien de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), du Centre Maurice-Halbwachs (CMH), du Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL) et de La Garantie, association pour le bijou.


Journée Le classicisme hollywoodien

organisé par Jean-Loup Bourget (ENS) et Jacqueline Nacache (univ. Paris VII)

Près d’un demi-siècle après la fin de la dream factory hollywoodienne, le cinéma américain de « l’âge d’or des studios » (D. Gomery) est considéré comme le cinéma classique par excellence ; à ce titre, il a pleinement trouvé place dans l’histoire esthétique, économique et culturelle du septième art, et plus généralement dans l’histoire de l’art et des idées. Pour autant le classicisme hollywoodien reste une notion complexe, offrant aux chercheurs un terrrain si ample qu’elle appelle un constant effort de redéfinition. Dans cette perspective, un séminaire hebdomadaire organisé à l’Ecole Normale Supérieure tout au long de l’année 2006-2007 a réuni des intervenants issus de tous les champs de recherche actifs dans le domaine des études cinématographiques et anglo-américaines. Au terme de cette réflexion collective, et pour en proposer une synthèse provisoire, la journée d’étude revient sur les grandes notions structurantes qui permettent d’appréhender la période classique d’Hollywood : acteurs et stars, genres, fiction, autorégulation, transferts culturels, évolution économique et technique du studio system, analyse du style classique et de son héritage.
L’enregistrement de la journée d’étude est réalisé en co-production par l’université Paris III Sorbonne nouvelle et l’École normale supérieure. Vous pouvez retrouver les interventions sur le site de Paris III.


Journée Le concept de ‘randomness’ : aléatoire et stochastique

organisé par Marie Farge (CNRS)

Journée d’études internationale sur The Concept of Randomness


Journée Les Principles of Psychology de William James et leur postérité scientifique aujourd’hui

organisé par Claude Debru (ENS)

Les Principles of Psychology de William James et leur postérité scientifique aujourd’hui.
Journée Scientifique organisée par le Collectif Histoire Philosophie Sciences de l’Ecole normale supérieure et le Centre d’Etudes sur le Pragmatisme et la Philosophie Analytique de l’Université de Paris I.
Au cours de cette journée, des scientifiques spécialistes de différents domaines des neurosciences cognitives d’aujourd’hui commenteront l’actualité scientifique des vues développées par William James dans ses célèbres Principles of Psychology en 1890, qui continuent à inspirer les recherches contemporaines.


Journée Les archives de l’enseignement supérieur français contemporain

organisé par Emmanuelle Picard (INRP) et Fabien Locher (INRP)

Journée d’étude du SHE - Programme d’histoire de l’enseignement supérieur
L’histoire de l’enseignement supérieur à l’époque contemporaine est un chantier encore peu investi par les historiens et les autres spécialistes des sciences sociales. Si les travaux d’histoire intellectuelle portant sur les disciplines scientifiques ont connu un véritable essor ces dernières années, l’histoire des établissements d’enseignement supérieur, tout comme celle de l’administration et de la politique éducative en direction du supérieur restent largement à écrire, à l’exception de quelques institutions ayant profité d’une commémoration pour réaliser un travail sur leur histoire.
Une des raisons à cette carence historiographique réside dans la difficile accessibilité des sources. Aux termes de la circulaire de 1970, les établissements d’enseignement supérieur publique ont l’obligation de déposer leurs archives aux archives départementales dont ils dépendent ; cette circulaire a été complétée dernièrement par un nouveau texte (instruction n° 2005-003 du 22-2-2005, publiée dans le BO n° 34 du 16 juin 2005 ) dont il conviendra de préciser les modalités. Physiquement, les archives peuvent être conservées au sein de l’établissement comme aux archives départementales, voire aux Archives nationales pour les établissements dépendants du Rectorat de Paris. Les dossiers qui constituent les fonds propres des établissements devraient ainsi être accessible aux chercheurs intéressés. Dans la pratique, cette disponibilité est exceptionnelle : seules cinq universités ont à ce jour effectué ou mis en chantier un travail de repérage, puis d’inventaire de leurs fonds et deux d’entre elles ont mis en ligne des inventaires (Toulouse 1 et Mulhouse). La très grande majorité des autres universités n’ont pas entamé le travail de traitement de leurs archives, ou sont encore dans les prémisses. La situation est identique en ce qui concerne les écoles d’enseignement supérieur public, soumises aux mêmes obligations que les universités en ce domaine. Rares sont celles qui, à l’occasion généralement d’une commémoration ou d’un déménagement, ont pris en charge leurs archives, soit par le classement et la mise à disposition des chercheurs au sein même de l’établissement (École Polytechnique, EHESS), soit par le dépôt aux archives départementales, ou aux archives nationales pour les écoles parisiennes (ENS Ulm, ENS Fontenay et Saint Cloud, EPHE).
En ce qui concerne les archives de la tutelle, celles-ci sont beaucoup plus aisément accessibles. Les inspections d’académie et les rectorats ont versé leurs fonds aux archives départementales. On retrouve donc aisément les dossiers concernant l’enseignement supérieur, même si la structure non thématique du fond W et l’absence d’inventaire récapitulatif entraîne un émiettement très fort de l’information. Le ministère, quant à lui, a versé ses archives aux Archives nationales. Les versements s’étant effectués de façon successive, les inventaires portent là encore la marque d’une forte atomisation des fonds. Le chercheur intéressé par une question doit alors effectuer un travail très méticuleux de lecture de l’ensemble des inventaires disponibles, avec le risque d’oublier des fonds qui seraient recensés dans d’autres inventaires.
Ce constat d’une accessibilité et d’une disponibilité réduite des sources de l’histoire de l’enseignement supérieur est à l’origine de plusieurs initiatives visant à produire des instruments synthétiques à destination de la communauté scientifique. Le travail s’est ainsi organisé selon des logiques administratives (enquêtes sur les fonds déposés dans les archives départementales), thématiques (répertoire des sources des AN concernant l’enseignement médical), ou encore institutionnelles (enquête sur les archives des MSH). Un centre de ressources consacré aux archives et aux mémoires étudiantes (CAARME) est en train de se mettre en place à Reims. C’est en collaboration avec celui-ci que le Service d’histoire de l’éducation de l’INRP élabore actuellement, en coopération avec la direction des archives de France (DAF), un projet d’enquête sur les archives des mondes étudiants et universitaires visant à opérer une forme de centralisation de l’information concernant les archives de l’enseignement supérieur ainsi que la mise en place d’instruments (bases de données, répertoires thématiques) destinés à une mise en ligne.
Dans ce cadre, le SHE a souhaité mettre en œuvre une journée d’étude consacrée aux archives de l’enseignement supérieur (XIXe-XXe siècles) autour de deux questions principales : la pluralité des sources mobilisables et leur valorisation.


Journée Lyrisme : Autour de Jonathan Culler

organisé par Michel Murat (Paris IV) et Jonathan Culler (Cornell University)

Jonathan Culler, professeur à l’université Cornell, est une figure majeure du courant structuraliste de la critique littéraire aux États-Unis. En avril 2008, il a donné une série de cours sur le lyrisme à l’École normale supérieure en tant que professeur invité au département "Littérature et Langages" (LILA).
La journée d’études du 4 avril 2008 est organisée avec lui et autour de son travail.


Journée Mathematical Foundations of Learning Theory

organisé par Gilles Stoltz (ENS), Patricia Reynaud-Bouret (CNRS), Pascal Massart (univ. Paris XI), Shahar Mendelson (The Australian National University & Technion, I.I.T), Alain Pajor (univ. Marne-la-Vallée) et Alexandre Tsybakov (univ. Paris VI)

The goal of the meeting is to bring together a diverse group of mathematicians and theoretical computer scientists working on all aspects of the theoretical analysis of machine learning techniques for prediction and other data analysis problems.
The talks will not necessarily be directly related to learning theory, but rather they will be devoted to interesting problems in mathematics that have had or are likely to have an impact on the development of the mathematical theory of learning. They will cover different areas of Analysis, Statistics, Probability, Game Theory, Information Theory, Optimization, and Computer Science.


Journée Michel Foucault : Travaux actuels

organisé par Francis Wolff (ENS) et Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS)

Journée d’étude organisée par le centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (CIEPFC) et le département de philosophie de l’Ecole Normale Supérieure en collaboration avec l’UMR Savoirs et Textes de l’Université de Lille III.


Journée Parsifal, une œuvre pour notre temps ?

organisé par François Nicolas (IRCAM) et Alain Badiou (ENS)

Si le XXe siècle a soustrait la création musicale à l’influence directe de Wagner – à l’exception notable de la musique de film –, des compositeurs comme Stockhausen, Boulez, Boucourechliev ont cependant, au crépuscule du sérialisme, réactivé la problématique wagnérienne pour y déceler de nouvelles possibilités en matière de vaste Forme musicale, de nouveau thématisme et de grande œuvre ouverte.
À différents titres, l’œuvre musicale de Wagner retrouverait-elle aujourd’hui un avenir possible ? Peut-elle stimuler une conception renouvelée de la variation musicale (dépassant la polarité altération/identification), de la pluralité des entités musicales (débordant le jeu classique des dualités), du développement musical (association plutôt que Durchführung), d’une dialectique musicale apte à se nourrir d’une intension poétique, etc. ?
Cette réouverture musicienne du « dossier Wagner » se déploiera autour d’une analyse renouvelée de Parsifal.


Journée Perspectives nouvelles en biologie théorique

organisé par Michel Morange (ENS) et Jean-Jacques Kupiec (Inserm)

Journée d’études du Centre Cavaillès, salle Dussane, 9h-17h.
Jamais le besoin d’une biologie théorique n’a été aussi sensible qu’aujourd’hui. Il se manifeste par l’émergence rapide de la biologie des systèmes. Cette journée sera l’occasion de confronter et de discuter quelques travaux allant dans ce sens.


Journée Pierre Hadot et la philosophie française contemporaine

organisé par Frédéric Worms (univ. Lille III, CIEPFC, ENS), Arnold Davidson (univ. Chicago et univ. Pise) et Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS)

Le Centre international d’étude de la philosophie française contemporaine (Ciepfc, ENS, Département de philosophie) dans le cadre de sa série « Passeurs » et en collaboration avec le centre Littérature et morale (ENS) organisent cette journée d’études Pierre Hadot et la philosophie française contemporaine : l’enseignement des anciens et l’enseignement des modernes.


Journée Pilotage, gouvernance, excellence

organisé par Pierre-Marc de Biasi (CNRS), Christophe Charle (univ. Paris I / CNRS), Michel Blay (CNRS), Michel Espagne (CNRS) et Barbara Cassin (CNRS)

Journée d’étude critique organisée le 6 décembre 2008 par les laboratoires CNRS SHS de l’École normale supérieure.


Journée publique de réflexion : Quelle éthique face au changement climatique ? Agir en situation d’incertitude

organisé par Pierre Léna (Académie des sciences), Philippe Bordeyne (Institut catholique de Paris), Michael Oborne (OCDE) et Françoise Praderie (Observatoire de Paris)

Colloque organisé le 27 janvier 2009 à l’École nationale de chimie, physique, biologie (ENCPB) par :
– l’Institut Pierre-Simon Laplace (IPSL/CEA),
– l’École normale supérieure (Paris),
– la Faculté de théologie de l’Institut catholique de Paris,
– l’Institut protestant de théologie-Faculté de Paris,
– la Faculté de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris.
Le changement climatique, aux effets déjà présents, aura un impact majeur. S’entremêlent ici des questions scientifiques, éthiques et politiques. Il s’agit de penser l’action et son éthique lorsque tout n’est pas certain, et pourtant agir. D’où viendra l’énergie morale nécessaire ? Ce colloque fera le point sur ce que sait et dit la science, sur les choix et les incertitudes à assumer. Les Églises chrétiennes, qui portent leur part de responsabilité dans les choix de nos sociétés, participent à cette journée qui se situe au carrefour des sciences, de la philosophie, de la théologie et de la politique.
Les actes du colloque sont publiés aux Éditions Le Pommier (2009).


Journée Regards insolites sur la sexualité

organisé par Anne Charlon (ENS)

Journée de rencontre-débat organisée par l’Association Pluridisciplinaire de Recherches et d’Etude sur la Sexualité.
Bureau de l’A.P.R.E.S. :
Président : Michel FEBVRE
Vice–Présidents : Michèle SAAL, Michel Lombard, Michel Bourguignon
Trésorière : Laurence SIROIT
Secrétaire : Catherine SOLANO
Organisation : Anne CHARLON


Journée Science et démocratie

organisé par Claude Debru (ENS)

Journée organisée par le Groupe transdisciplinaire Histoire Philosophie Science.


Journée Trois corps, classique-quantique, discret-continu

organisé par Giuseppe Longo (CNRS) et Thierry Paul (Ecole polytechnique)

Trois corps, classique-quantique, discret-continu
De la calculabilité physicomathématique à une philosophie et à des pratiques de la connaissance

Le problème à 3 corps classique et quantique (hélium) présente depuis plus d’un siècle une problématique sans cesse renouvelée. Pour le système classique l’étude des orbites périodiques est central; elle constitue aussi depuis plusieurs années une méthode de calcul signifiante du spectre de l’atome d’hélium.


Journée Visualization of High-Resolution 3D Turbulent Flows

organisé par Marie Farge (CNRS)

Journée d’études enregistrée avec le soutien du GDR Dynamo
The goal is to address and discuss together the problems encountered when visualizing high-resolution 3D turbulent flows, either computed by direct numerical simulation (DNS), or measured by particle image velocimetry (PIV). Progresses made recently by both techniques lead to the production of large datasets (typically 3D vector fields, up to 40963 for DNS and up to 1283 for PIV, this at each time step). The analysis of such high-resolution 3D turbulent flows requires advanced visualization tools, in particular to study the formation and evolution of coherent structures which emerge from random fluctuations. We consider important that numerical experimentalists, using DNS, and laboratory experimentalists, using PIV, apply the same visualization tools and graphic representations in order to compare their results. This should enhance the mutual validation and interpretation of DNS and PIV results in order to better understand 3D turbulence.
The National Center for Atmospheric Research (NCAR, Boulder, USA) is presently developing a new graphic package, called VAPOR (http://www.vapor.ucar.edu). It is based on orthogonal wavelets which allow to efficiently visualize high-resolution 3D flows on work stations. The authors of this package, John Clyne and Alan Norton, will present VAPOR and discuss with us the graphic needs of our community. The other invited speakers will address the visualization of different types of 3D turbulent flows encountered in fluid mechanics and astrophysics, together with the methods currently used for identifying coherent structures and understanding their dynamical properties.
The aim of this workshop is to assess the present state of the art and propose future developments for visualizing high-resolution 3D turbulent flows.
We are very grateful for financial support to:
CNRS-Sciences et Technologies de l’Information et de l’ingénierie (ST2I)
CNRS-Formation Entreprises
Institut Pierre Simon Laplace (IPSL)
European GDR Mechanics of Numerical Fluids
and GDR Dynamo


Journées d’études publiques du groupe MENS (Métaphysique à l’ENS)

organisé par Francis Wolff (ENS)

En 2005 : Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?
En 2007 : Qu’y a-t-il ? Les grands genres d’être


Journées Esthétique : histoire et théories

organisé par Danièle Cohn (EHESS) et Élise Marrou (ENS-Ulm/ EXeCO-PHiCo)

Si l’on peut s’accorder sur une définition de l’esthétique comme « étude des formes sensibles et de la façon dont celles-ci nous affectent », l’esthétique n’est pas un domaine – une discipline, un régime, un champ ? – dont les limites soient claires, les objets assurés, l’histoire linéaire. Quand et comment naît l’esthétique ? Pourquoi réécrire l’histoire de l’esthétique permet-il de préciser sa définition, son ancrage dans la philosophie et le lien privilégié qu’elle entretient dans ses différentes modalités d’écriture aux formes d’arts et aux œuvres singulières ? Les deux journées qu’organise le département de philosophie de l’Université Paris1 Panthéon Sorbonne en collaboration avec le département de philosophie de l’Ecole Normale Supérieure (Ulm) ont pour but de proposer à l’occasion de la préparation à l’agrégation une série d’interventions faites par les meilleurs spécialistes qui permettra de faire le point sur l’articulation de l’esthétique et de l’artistique aujourd’hui.


L’héritage scientifique de Jacques Herbrand

organisé par François Loeser (ENS), Françoise Delon (Paris VII) et Angus Macintyre (Londres)

Une journée spéciale, L’héritage scientifique de Jacques Herbrand, est organisée par le Département de mathématiques de l’ENS et l’Équipe de logique de Paris VII (Denis-Diderot) à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Jacques Herbrand. Le programme, que les organisateurs ont souhaité interdisciplinaire, couvre l’ensemble des domaines où l’influence des idées de Jacques Herbrand a été importante (théorie des nombres, logique, informatique, philosophie) et montre la grande diversité de son héritage scientifique. Les exposés sont prévus pour être accessibles à un large public.


La dynamique non linéaire du climat : journée scientifique en l’honneur de Michael Ghil

organisé par Fabio D’Andrea (ENS)


La philosophie française contemporaine en Asie

organisé par Arnaud François (ENS) et Hisashi Fujita (Université Kuyshu Sangyo, Japon)


La place du mécénat dans les institutions publiques : quelles contreparties ?

organisé par Laure Léveillé (ENS)

Agents d’une institution publique, membres d’une fondation ou acteurs du mécénat sont conviés par l’École normale supérieur à confronter et échanger leurs expériences.
Session 1
– 09h00, Accueil et introduction
Stéphane Hessel, Ambassadeur de France, Président d’honneur
Alain-Gérard Slama, Président de la Fondation de l’École normale supérieure
David Schreiber (bibliothèque Ulm-Lettres et sciences humaines) au nom de Laure Léveillé, directrice de la bibliothèque Ulm-Lettres et sciences humaines.
– 09h30, Perspectives philosophiques sur le don
Frédéric Worms, Directeur du Centre international d’études de la philosophie française contemporaine
– 09h45, Regards croisés : attentes et appréhensions
(table ronde animée par Joséphine de Bodinat Moreno, Fondation Grésigny, et Sabine Roux de Bézieux, Fondation ARAOK)
Béatrice de Durfort, Déléguée générale, Centre français des Fondations
Bénédicte Menanteau, Déléguée générale, Admical
Robert Fohr, Responsable de la mission mécénat, Ministère de la Culture et de la communication
Yannick Blanc, Consultant, ancien responsable des Fondations au Ministère de l’Intérieur
– 11h30 (non enregistré), Les fondations ont la parole : démarche et contreparties attendues
(table ronde animée par Valérie Aubier-Le Corre, Directeur des Services philanthropiques, UBS France)
Anne Postel-Vinay, Présidente de la Fondation Anne Henriette Doll, Présidente de l’Académie musicale de Villecroze
Armand de Boissière, Secrétaire général, Fondation Bettencourt Schueller
Catherine Ferrant, Déléguée générale, Fondation Total
Session 2
– 14h30, Les institutions publiques ont la parole : diversité et contour des partenariats
(table ronde animée par Jérôme Kohler, L’Initiative philantropique)
Florence Mahé-Dombis, Responsable des partenariats au Muséum d’histoire naturelle
Frédéric Cherbonnier, Secrétaire général, Fondation Jean-Jacques Laffont TSE
Céline Amet, Directrice du développement, Institut du cerveau et de la moelle épinière
Jean-Pierre Bourguignon, Institut des hautes études scientifiques
Brice Léthier, Lycée Feyder, Épinay-sur-Seine
– 15h50 (non enregistré), Panel franco-américain : expériences transatlantiques
(table ronde animée par Juliette Feeney-Timsit, French American Charity Trust)
Karen Weisblatt, Weisblatt & Associés
David Edwards, The Cloud Foundation, Boston, Le Laboratoire, Paris
– 16h30, Remarques, conclusions et perspectives
Gérard Toulouse, ENS, et Hélène Tournigand-Toulouse, Fondation La Ferthé


La psychothérapie en Europe, spécificités nationales et tendances communes

organisé par Françoise Champion (CNRS-Paris Descartes)

Although at its beginning, the development of “psychotherapy” (a category which includes psychoanalysis) had widely been carried out through transnational associations and networks, it rapidly exhibited strong local specificities. However, one can currently observe — especially with the increasing development of mental health public policies — a powerful tendency towards the homogenization of all its relevant aspects throughout Europe : psychotherapy is not outside of the current wave of globalization which has been shaping the whole world since the 1980s. Since globalization is a dialectic phenomenon, and not a linear one, and a process which structures both the global and the local in a complex pattern, this workshop will aim at understanding this homogenizing process of “psychotherapy” in Europe (which is actually more or less under American domination) and the reshaping of local psychotherapeutic identities as well. Following this perspective, the workshop will compare how a number of European countries deal with how the psychotherapy supply is being organized and regulated, along with professional issues and psychotherapeutic theories and methods/modalities at stake.


Le mois de la science-fiction de l’ENS

organisé par Michel Murat (Paris IV), Sylvie Allouche (univ. Paris I et Lyon I) et Simon Bréan (univ. Paris IV)

Tous les horizons de la science-fiction À l’occasion de la venue de Richard Saint-Gelais, à l’initiative du Département Littératures et Langages, avec le concours du Département de Philosophie, de la Passerelle des Arts, et de l’Association des Élèves de l’ENS (COF).
Le Mois de la SF veut offrir un espace de découverte et d’approfondissement de la connaissance de la science-fiction.
Encyclopaedia Galactica : l’Université de tous les Futurs
Des activités de recherche pour explorer les dimensions littéraire et philosophique de la science-fiction : trois conférences de Richard Saint-Gelais, auteur de L’Empire du pseudo : modernités de la science-fiction (prix Boréal de la meilleure production critique 2000) ; deux journées d’étude sur la littérature de science-fiction ; deux journées d’étude consacrées aux rapports de la philosophie et de la science-fiction.
Les auteurs de SF rêvent-ils de lecteurs électriques ?
Des rencontres-lectures permettront d’entendre des auteurs présenter leurs oeuvres, notamment Ugo Bellagamba, Pierre Bordage, Sylvie Denis, Claude Ecken, Serge Lehman et Roland C. Wagner, dans le cadre d’Écrivains d’aujourd’hui. Des tables rondes donneront à des auteurs, des spécialistes et des chercheurs l’occasion de discuter de différentes questions relatives à la science-fiction.
À l’initiative de Michel Murat, directeur du LILA
Organisation et coordination : Sylvie Allouche, Simon Bréan
Journées littéraires : Anne Besson, Irène Langlet
Journées philosophiques : Sylvie Allouche, Elie During, Frédéric Ferro


Le rayonnement oriental des Parthes

organisé par Charlotte Baratin (ENS)

L’expédition archéologique australo-karalpakienne co-dirigée par A. Betts (Université de Sydney) et V. Jagodin a mis au jour sur le site de Kazakli-yatkan, au Khorezm, un complexe palatial présentant un riche décor pictural dans lequel les fouilleurs proposent de reconnaître une forte influence parthe. L’exploitation des résultats spectaculaires de cette fouille pose la question du rayonnement de la culture dynastique des Parthes dans les confins septentrionaux et orientaux de leur empire. Cette question peut être étendue à l’étude des monnayages autonomes des souverains de Bactriane et des régions indo-iraniennes aux Ier siècle avant notre ère et Ier siècle de notre ère, ainsi qu’à celle de la culture du prince inhumé dans la nécropole de Tillia-tepe. La réflexion est d’autant plus intéressante que l’existence même d’un art proprement parthe, et plus généralement d’une culture parthe, a suscité de nombreux débats qui ne sont en rien résolus. En outre, en dehors du sud du Turkménistan, les régions formant la partie orientale de l’empire parthe lui-même – aussi incertaine que soit encore la limite orientale de la domination parthe – situées aujourd’hui à l’est de l’Iran, en Afghanistan et au Pakistan, sont aujourd’hui en grande partie inaccessibles. Il semble donc important, en attendant de nouvelles découvertes, de réfléchir dès à présent aux éléments que l’on peut isoler et identifier comme témoignant d’une présence, d’une domination ou encore d’une influence parthe.
Dans le cadre de la collaboration mise en place entre la mission australo-karalpakienne et la mission archéologique de Samarkand, une journée d’études est organisée à l’École normale supérieure par l’équipe "Hellénisme et civilisation orientale" de l’UMR 5846 (ENS-CNRS), avec le soutien de l’ENS et de l’EPHE. Les actes de cette discussion seront publiés dans un dossier de la revue Topoi.


Les chantiers de construction en Italie et dans les provinces romaines – III. L’économie des chantiers

organisé par Hélène Dessales (ENS), Stefano Camporeale (univ. Sienne) et Antonio Pizzo (Instituto de Arqueologia, Mérida)


Les inspirations françaises dans l’Empire ottoman et la Turquie moderne

organisé par Marie-Hélène Sauner-Leroy (Aix-en-Provence, Galatasaray), Semra Meral (MEDAM, Bahçeşehir), Kenan Gürsoy (Galatasaray Univ.) et Bekir Karlığa (Bahçeşehir Univ.)

Colloque organisé du 1er au 3 décembre 2009, dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, sous la responsabilité de son Excellence le Prof. Dr. Kenan Gürsoy, Ambassadeur de Turquie près le Saint Siège (Galatasaray Üniversitesi) et du Prof. Dr. Bekir Karlığa (Bahçeşehir Üniversitesi-MEDAM), par l’université Galatasaray, l’université Bahçeşehir, l’université de Provence, la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme, l’École normale supérieure, le MEDAM (Medeniyet Araştırmaları Merkezi), l’IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman, UMR 6568 CNRS-Université de Provence) et l’IDEMEC (Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative, UMR 6591 CNRS-Université de Provence-MMSH).
Coordination : Marie-Hélène Sauner-Leroy (Université de Provence, Université Galatasaray) et Semra Meral (MEDAM, Université Bahçeşehir).


Littérature et thérapeutique des passions : la catharsis en question

organisé par Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS)


Portrait de villes américaines à l’âge global

Organisée par l’équipe VAAM du département de Géographie Les villes sont généralement présentées et analysées comme des entités s’inscrivant dans un récit national et de ce fait relevant d’une trajectoire commune située à l’interface entre l’affirmation d’une identité nationale et le jeu d’une large diversité d’acteurs économiques. Ce cadre analytique s’avère moins pertinent à l’heure où la dynamique du capitalisme est moins cantonnée à l’échelle du territoire national et participe de l’espace des flux globaux se déployant souvent à l’échelle mondiale. Aussi à l’Age global, il revient aux villes et métropoles d’affirmer leur « avantage comparatif », de gérer les dynamiques spatiales indissociables de la métropolisation et de se donner les moyens d’assurer une certaine cohésion sociale. La séance du séminaire se propose de mettre en scène ces trois thématiques au travers de portraits de villes nord-américaines (Etats-Unis et Canada). Tout en mettant en évidence les spécificités de New York, Toronto, Los Angeles et Las Vegas, l’analyse insistera plus particulièrement sur les différentes échelles structurant l’espace politique. Programme * Marie-Fleur Albecker (Université Paris 1, Cités-Géographie) : New York, la restructuration des espaces péricentraux. * Guillaume Poiret (Université Paris IV, Enec) : Toronto, une aire métropolitaine de poids en quête de gouvernance. * Sarah Mekdjian (Université de Grenoble) : Los Angeles, clôturer et laisser faire : dispositifs de pouvoir et multiculturalisme. * Cynthia Ghorra-Gobin (CNRS, Creda) : Los Angeles/Las Vegas/New York. Des espaces publics urbains en quête d’un nouveau statut. Pour plus de renseignements : contacter magali.reghezza@ens.fr


Quatrième journée de protohistoire celtique : Le chercheur, le gisement archéologique et les problématiques de l’âge du Fer européen

organisé par Olivier Buchsenschutz (CNRS), Katherine Gruel (CNRS) et Thierry Lejars (CNRS)

Cette 4e journée de protohistoire celtique (2009) s’intègre dans la participation de l’équipe "Protohistoire celtique" de l’UMR 8546 du CNRS et de l’ENS, Archéologies d’Orient et d’Occident et textes antiques (AOROC), au Groupe de recherche européen du CNRS "Les Celtes en Europe", qui lie par convention plusieurs institutions de recherche et touche à travers elles l’ensemble des spécialistes de ce domaine.
Les études sur l’âge du Fer en Europe se sont développées dans un premier temps par une étude critique des textes. Les découvertes archéologiques et les progrès de la préhistoire ont conduit peu à peu les chercheurs à développer parallèlement une analyse des gisements et du mobilier. Depuis cinquante ans, ce sont les modèles interprétatifs qui ont changé, les évidences du terrain contraignant à une relecture critique des textes. Le séminaire cherchera à mettre en évidence par des exemples la démarche des chercheurs (D’Arbois de Jubainville, Jullian, Déchelette, Reinecke, Hubert, Hatt, Dehn, Hawkes, Kimmig, Rolley...), l’impact des grandes découvertes de terrain (Bibracte, Glastonbury, La Heuneburg, Le Glauberg...), l’évolution des modèles interprétatifs face à la montée exponentielle des données archéologiques.


Questions de phrasé


Réseaux sociaux, analyse et data mining

organisé par Françoise Soulié Fogelman (KXEN) et Emmanuel Viennet (Paris XIII)

Le groupe “Data Mining et Apprentissage” de la SFdS (Société française de statistique) organise cette journée d’études pour introduire le domaine de l’analyse des réseaux sociaux : problèmes posés par la fouille de données et l’estimation de modèles, nouveaux algorithmes, mise en œuvre industrielle et problématiques issues des nouvelles applications "Web 2.0". Les exposés de la journée permettront aux chercheurs et aux praticiens (statisticiens, analystes, exploitants de sites sociaux) de positionner les problématiques du domaine et d’identifier les avancées récentes et les problèmes ouverts.


Rencontres sur l’archéologie de la construction : les chantiers publics de l’Occident romain

organisé par Hélène Dessales (ENS), Évelyne Bukowiecki (univ. Provence - École française de Rome), Julien Dubouloz (univ. Aix-Marseille I - CNRS) et Françoise Dumasy (univ. Paris I)

En ayant pour objectif de présenter un état des données sur l’archéologie de la construction romaine, cette rencontre constitue la dernière étape des stages de formation organisé à Ostie antique depuis 2002 par l’École française de Rome, en collaboration avec la Surintendance archéologique d’Ostie et de l’École normale supérieure.
Ouverte aux stagiaires des différentes campagnes, la journée est organisée en deux temps : tout d’abord un bilan des études conduites à Ostie expose, à travers l’exemple du principal château d’eau de la ville, les différentes méthodes appliquées afin de restituer les étapes du chantier de construction et les phases successives de fonctionnement de ce bâtiment ; puis, dans une perspective comparative, différentes analyses de cas sont consacrées aux techniques de construction et modes de gestion des chantiers publics dans les provinces de l’Occident romain (Gaule, Lusitanie, Maurétanie Tingitane).


Round Table - GPC 2007 (Grid and Pervasive Computing)

organisé par Jean-Marc Pierson (univ. Toulouse III)

The Grid and Pervasive conference (GPC 2007) provided a high-profile, leading-edge forum for researchers and developers from industry and academia to report on the latest scientific and technical advances, discuss and debate the major issues, and showcase the latest systems in merging grid computing and the pervasive computing field. This year, a total of 217 high-quality papers were submitted by researchers and practitioners from about 20 countries. Based on the originality, significance, correctness, relevance, and clarity of presentation, 56 submissions were selected as regular papers and 12 were selected as short papers. GPC2007 was sponsored by Hewlett Packard through the strong support of Franck Baetke, Philippe Devins, and Jean-Luc Assor, by INRIA and the University of Paris XIII through the ‘Conseil Scientifique’, and also through Laboratoire de Recherche en Informatique de Paris Nord (LIPN - UMR CNRS 7030). GPC2007 is published by Springer Verlag as a Lecture Notes in Computer Science (#4459 – ISSN: 0302-9743).
GPC organizers were also delighted to be able to welcome four well-known international researchers, Thierry Priol (France) representing the European CoreGrid initiative, Minyi Guo, Professor at the School of Computer Science and Engineering, University of Aizu (Japan), Laurence T. Yang representing St. Francis Xavier University (Canada), and Franck Cappello (Research director of Grid’500 project at INRIA – France) who delivered the keynote speeches.
Last but not least in the list of GPC2007 scientific events, Jean-Marc Pierson (IRIT, Toulouse, France) and colleagues proposed to organize a special event to root the Pervasive Grid (PG) concept.


Séminaire ARC2 "Accumulation, régulation, croissance et crise"

organisé par Donatella Gatti (CEPN/Paris XIII)

Séminaire organisé par le CEPREMAP (Centre pour la recherche économique et ses applications, ENS), le GERME (Groupe d’études sur la régulation et les mutations des économies, Paris VII Denis-Diderot), l’IRISSO (Institut de recherche interdisciplinaire en sociologie, économie et sciences politiques, Paris IX Dauphine), le CEPN (Centre d’économie de l’université Paris-Nord, Paris XIII), l’ADIS (Analyse des dynamiques industrielles et sociales, Paris XI) et le MATISSE (Modélisation appliquée, trajectoires institutionnelles et stratégies socio-économiques, Paris I).
Séance du 15 décembre 2008 : Crise financière : crise de régulation ou crise du capitalisme ?


Semaine arabe 2011

organisé par Houda Ayoub (ENS)

Organisée depuis 2002 par les élèves arabisants de l’Ecole Normale Supérieure, la Semaine Arabe a pour vocation de promouvoir la culture arabe dans toute sa diversité, grâce à des interventions de spécialistes et des manifestations culturelles, témoignant de la vivacité et de la création contemporaine. L’édition 2011 aura lieu du 28 mars au 6 avril et portera sur le « Bilad al-Cham » ou « Pays de Cham » région moyen-orientale historique, qui comprend la Syrie, le Liban, la Palestine, une partie de la Turquie et de l’Irak. Conformément aux précédentes éditions, elle sera l’occasion d’une série de conférences de chercheurs invités, venant d’horizons et de disciplines diverses, dans la tradition d’interdisciplinarité de l’ENS. Cette année, le cinéma sera à l’honneur avec une série de projections et de rencontres avec de jeunes réalisateurs. Soirée musicale le lundi 28 mars Concert exceptionnel de musique soufie donné par les munshids de Damas, avec le Cheikh Abderrahman Abdel Mawla et Sattouf Mohammad Almustafa, ZiadMiner Kadi Amin, Samer Azzam Dalloul, Abdul Latif Abdullah Abdul Mawla,Khaled Mohammad Badie Almawlawi, Ramez Mamoun Ahalhoub, Hatem Aljamal. 21h, Gymnase, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris Entrée libre dans la limite des places disponibles. Conférences : 28 mars à 18h15, conférence de Hamit Bozarslan, directeur d’études à l’EHESS : "Configurations révolutionnaires dans le monde arabe, quelques éléments d’analyse" (Salle Dussane). 29 mars à 18h : Conférence de Bassma Kodmani (Chercheuse associée au CERI et directrice de l’Initiative Arabe de réforme) sur les révolutions arabes actuelles : "Les Arabes réinventent la relation entre l’Etat et la société". (Salle Jules Ferry, 29 rue d’Ulm). 31 mars : Maher Charif (historien, chercheur à l’Ifpo de Damas), sur les pionniers de la modernité sociétale dans le Bilâd al-Châm. 1er avril à 18h : Conférence de philosophie par Marwan Rashed (Professeur et chercheur à l’ENS) : " Le ’Bilad al-Cham’ entre Aristote et Descartes". (Salle des Actes) 4 avril : Julien Dufour (linguiste, Université de Strasbourg), sur les dialectes syro-libanais. 5 avril : Farouk Mardam-Bey (Directeur de la collection Sindbad chez Actes Sud), sur les pratiques alimentaires de la région. 6 avril : Laure Fourest (Doctorante à l’EHESS), sur le cinéma de la région. PROGRAMME CINEMA DE LA SEMAINE ARABE Mardi 29 mars 21h00 Projection de Terra incognita, Ghassan Salhab, Liban, 2003, 2h00 Le Beyrouth d’aujourd’hui est une ville sept fois détruite et sept fois reconstruite. Une ville en construction, mutante, à l’image des personnages principaux du film, Soraya, Leyla, Tarek, Nadim et Haïdar. Ciné- club ENS - Salle Dussane. Mercredi 30 mars 18h00 Projection de The One man village, Simon El Habre, Allemagne/Liban, 2008, 1h26. Simon El Habre observe la vie de son oncle, personnage excentrique et sympathique, unique habitant d’un village fantôme, abandonné pendant la guerre civile. Studio des Ursulines. 21h00 Projection d’Une vie suspendue, Jocelyne Saab, Liban, 1984, 1h25. Samar est née durant la guerre à Beyrouth. Nomade forcée, elle a grandi parmi les combattants. Elle a acquis à leur contact le goût du défi, ce qui contraste avec son attirance pour les films égyptiens dont l’abreuve la télévision. En présence de la réalisatrice, Jocelyne Saab. Studio des Ursulines Jeudi 31 mars 20h30 Soirée courts-métrages avec Muayad Alayan, réalisateur palestinien, et Valérie Fouques, ancienne attachée audiovisuelle à Jérusalem. Be quiet Sameh Zoabi - 2005 - 20 min. Lesh Sabreen Muayad Alayan - 2009 - 20 min. Ticket from Azrael Abdallah Al Ghoul - 2009 - 30 min. Rico in the night Mohanad Yaqubi - 2007 - 8 min. ENS - Salle Dussane. Vendredi 1 avril 18h00 Projection de Ecume, de Reem Ali, Syrie, 2009, 42’ Mohammad est handicapé mental, il a 50 ans et vit toujours chez sa sœur Asmahan. A travers ce qu’il nous raconte on découvre les souffrances endurées par sa sœur et son beau-frère, autrefois militants communistes en Syrie, pendant les années passées en prison. Studio des Ursulines. 21h00 Projection de Je suis celle qui porte les fleurs vers sa tombe de Hala Abdallah, Syrie, 2006, 1h45. Contrainte à quitter la Syrie en 1981 pour des raisons politiques, Hala - réalisatrice et narratrice du film- s’envole pour Paris avec son époux Youssef. Commencent alors les longues années de l’exil sous- tendues par le désir constant d’un retour au pays. Studio des Ursulines. Dimanche 3 avril 18h00 Projection-débat La fiancée syrienne, Eran Riklis, Israël, 2004, 1h36. C’est aujourd’hui que Mona, jeune fille d’origine druze, doit épouser une vedette de la télévision syrienne. Elle sait qu’une fois entrée en Syrie, où l’attend son futur mari, elle ne pourra plus jamais revenir chez elle, dans son village du Golan occupé par Israël depuis 1967. en présence de Laure Fourest, doctorante en cinéma à l’EHESS. Studio des Ursulines Lundi 4 avril 18h30 Projection de Lettres d’un temps d’exil, Borhane Alaouié, Liban, 1988, 52’ A Paris, Bruxelles, et Strasbourg, Borhane Alaouié saisit des moments de la vie de quatre hommes. Comme lui, et comme des milliers de Libanais, ils ont quitté leur pays plongé dans le chaos. Studio des Ursulines. 20h30 Projection-débat En attendant Abu Zayd, Mohammed Ali Atassi, Syrie, 2010, 1h22. Qui est Nasr Hamed Abou Zayd ? Théologien musulman égyptien de réputation internationale, il a publié des exégèses du Coran qui lui ont valu d’être condamné pour apostasie. Exil, divorce contraint, séparation d’avec son fils, telles sont les conséquences de ses écrits. En présence du réalisateur Mohammed Ali Atassi. ENS - Salle Dussane. Mardi 5 avril 20h30 Hommage à Omar Amiralay. Projection de Déluge au pays du Baas, 2003, France/Syrie, 43’. Il y a 33 ans, Omar Amiralay était un inconditionnel de la modernisation de son pays, la Syrie, au point de consacrer son premier film à la gloire d’un barrage "le barrge de l’ Euphrate", fierté du parti Baas au pouvoir. Aujourd’hui, il regrette cette erreur de jeunesse. L’effondrement d’un barrage et la révélation d’un rapport officiel prédisant le même sort à tous les barrages construits sous le règne du parti Baas l’incitent à retourner sur les lieux de son premier tournage. En présence de Farouk Mardam Bey. Mercredi 6 avril 20h30 Projection de Port of memory, Kamal al Jafari, Palestine/France, 2009, 1h02. Le réalisateur suit les membres de sa famille après qu’ils aient reçu l’ordre d’évacuer leur maison de Jaffa. Comme ils n’ont pas les moyens de se défendre, leurs vies basculent dans la confusion. Présenté par Laure Fourest. ENS - salle Dussane. Les horaires et les salles seront précisés ultérieurement. Pour vous tenir au courant du programme, vous pouvez vous rendre également sur le site dédié à la Semaine arabe 2011.


Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

organisé par Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Alors que nous avons commémoré en France les soixante ans de la libération d’Auschwitz (date choisie en France pour la commémoration de la Shoah), les étudiants de l’ENS ont souhaité commémorer ensemble, en associant les élèves de tous les départements, cette blessure ouverte de l’histoire de l’Europe et de sa mémoire, que chaque génération a désormais à assumer et à penser.


Semaine de l’Europe

organisé par Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Après les débats sur le traité constitutionnel et au lendemain des référendums français et hollandais émergea parmi certains d’entre nous l’idée d’approfondir, continuer et reprendre, au sein de l’École, les discussions et réflexions sur l’Europe, la construction d’une Europe politique au regard de l’idée d’Europe, ou plus largement l’avancée de l’Europe vers son unité.
Un tel projet n’allait pas sans présenter un certain nombre d’écueils. La première difficulté tenait à l’indétermination foncière de l’objet « Europe » : l’intégration européenne n’est-elle pas d’abord en cours de réalisation et de concrétisation ? S’il ne peut s’agir de se substituer à la volonté et à l’imagination créatrice des peuples, l’approfondissement et l’ancrage d’une démocratie à l’échelle de l’Europe apparaissent comme suffisamment impérieux pour qu’on décide de se confronter aux problèmes qu’ils soulèvent.
La deuxième difficulté touchait au poids de l’héritage des Européens : n’en déplaise à un certain présentisme, comment ne pas oublier que cette Europe à construire et à déterminer dans l’avenir n’est pas pour autant indépendante de son histoire, ou d’une sorte d’identité qui traverse la longue période de civilisation dont nous sommes les héritiers ? Retournant ainsi dans le passé du continent, comment imaginer une Europe oubliant son exigence d’universalisme sans se renier ?
Il fallait donc faire tenir dans la réflexion ces questions du présent, ces enjeux de l’avenir et ce long héritage européen, sans refuser un effort de décentrement face à nos problématiques et débats nationaux.
Partant donc d’une pluralité d’interrogations cadrées par ces quelques exigences, nous avons voulu centrer la semaine autour des perspectives suivantes :
- Envisager la gestation du processus d’intégration et d’unification de l’Europe, et partant les héritages historiques que les peuples d’Europe, de l’Est comme de l’Ouest, sont appelés à retenir, ainsi que leur(s) identité(s).
- Interroger la construction d’une Europe politique : depuis la question de la forme politique, entre avenir post-national et persistance de la forme Nation, jusqu’au modèle d’une politique étrangère pour l’Europe, éventuellement d’une Europe puissance.
- Examiner les voies de la construction européenne : unification par le droit et par des organes juridiques communs, unification par l’économie et la réalisation d’un marché intérieur dont les principes et la place dans le projet européen ne laissent pas d’interroger.
- Donner aussi à entendre la pluralité des voix européennes à travers les oeuvres littéraires et culturelles de différents pays.
Si nous avons décidé de consacrer un peu plus d’une semaine à ces réflexions, à ces discussions, à ces ouvertures vers des perspectives européennes indéfectiblement appelées à devenir de plus en plus quotidiennes, c’est que nous avons voulu prendre le temps d’examiner ces facettes et ces questions, en maintenant liés leurs enjeux communs, sans prétendre y apporter de réponse dogmatique et définitive, mais en invitant chacun à les envisager.
Jessika Bezolles, Charles Bosvieux, Yoann Dabrowski, Delphine Diaz, Mathilde Gaini, Martha Ganeva, Kinga Igloi, Jonas Kahn, Jacques Knight, Céline Mistretta, Claire Scotton


Semaine de l’histoire 2003 : L’histoire face à la demande sociale

organisé par Gilles Pécout (ENS)

Tour d’horizon annuel des études en Histoire à l’ENS et en France. L’histoire face à la demande sociale : réflexions sur la diffusion scientifique et la vulgarisation en histoire et sur le statut de l’historien comme expert dans la société actuelle (tables rondes sur les médias historiques - télévision et radio -, sur les revues et sur l’historien expert et juge).


Semaine de l’histoire 2006 : L’historien et les images

organisé par Gilles Pécout (ENS) et Nadeije Laneyrie Dagen (ENS)

Que peut faire l’historien avec les images ? Comment écrire l’histoire avec des images et comment faire également l’histoire des images, de leur production, de leur utilisation sociale et politique ? Ces questions, qui ont une actualité particulière à une époque où le pouvoir et la diffusion des images sont devenus des faits incontestables, sont au principe de la Quatrième Semaine de l’histoire du Département d’histoire de l’ENS.


Semaine de l’histoire 2007 : L’historien face à l’actualité de l’Antiquité à nos jours

organisé par Gilles Pécout (ENS), Sylvia Estienne (ENS) et Francis Prost (ENS)

Cinquième semaine de l’histoire organisée par le département d’histoire de l’École normale supérieure.


Semaine de l’histoire 2008 : L’historien et les modes

organisé par Sophie Coeuré (ENS) et Béatrice Joyeux-Prunel (ENS)

Sixième semaine de l’histoire, organisée par le Département d’histoire de l’École normale supérieure :
La mode, objet d’histoire ?
Au-delà de l’aspect "glamour" de la mode, la polysémie du terme met en question la pratique historienne. Si le métier de l’historien est de rendre compte du changement, la mode n’est-elle pas un objet privilégié pour lui ? Quelles approches adopter, cependant, pour échapper à la simple chronique et comprendre des phénomènes dont l’évolution semble s’accélérer depuis le XXe siècle (ainsi pour les modes vestimentaires) ? La mode est-elle un phénomène spécifiquement moderne ?
L’histoire sociale et économique, l’histoire du corps, l’histoire des représentations et des mimétismes, l’anthropologie, la philosophie vont se rencontrer pour aborder les modes, d’autant plus que l’historien comprend vite qu’il n’échappe pas lui-même au phénomène des modes intellectuelles. S’interroger sur la mode, c’est donc aussi porter un regard critique sur les paradigmes historiques, les choix intellectuels, les idées à la mode ou passées de mode...


Semaine de l’histoire 2009 : Histoire et fiction

organisé par Gilles Pécout (ENS), Antoine Lilti (ENS) et Nadeije Laneyrie Dagen (ENS)

Septième semaine de l’histoire, organisée par le Département d’histoire de l’École normale supérieure en collaboration avec le Département d’histoire et théorie des arts :
Faut-il irrémédiablement opposer histoire et fiction ?
Longtemps a prévalu le principe selon lequel l’histoire s’opposait à la fiction. Pourtant, les rapports entre histoire et fiction sont plus complexes qu’il n’y paraît de prime abord. La fiction comme invention créatrice est doublement présente dans la démarche de l’historien : au cœur de l’investigation, parce qu’il faut savoir inventer pour recréer le réel passé, et dans l’écriture, parce qu’il faut mettre en récit ce réel reconstitué.
L’ambition de cette 7e semaine de l’histoire est d’éclairer, à partir de la relation complexe entre histoire et fiction, la vivacité de la réflexion des historiens sur leur métier, leur production et leur place dans une société où le savoir est intégré à des circuits de communication de plus en plus vastes. Cette réflexion ne montre-t-elle pas qu’il faut aussi bien savoir s’affranchir des certitudes d’une histoire "positiviste" que savoir prendre ses distances à l’égard d’un "tournant linguistique" qui refuse tout statut scientifique à l’histoire définie comme seul genre littéraire ?


Symposium Facets of quantum physics at ENS

organisé par Werner Krauth (LPS, ENS), Yvan Castin (LKB-ENS) et Françoise Tarquis (LPS-ENS)

Le lauréat du Prix Nobel 1997, Williams Phillips (NIST, Gaithersburg, USA), récompensé pour ses contributions essentielles dans l’étude des atomes froids sera nommé Docteur Honoris causa de l’Ecole Normale Supérieure, mardi 16 novembre 2010. Le département de physique de l’Ecole normale supérieure organise le symposium "Panorama de laphysique quantique" en son honneur. A cette occasion, outre une conférence de William Phillips, une sélection de résultats obtenus par les chercheurs de l’ENS, en relation étroite avec les travaux de William Phillips, sera présentée. Le symposium sera présidé par Claude Cohen -Tannnoudji (LKB-ENS - Collège de France), lui aussi Prix Nobel 1997. Responsable du symposium : Yvan castin (LKB-ENS) avec le concours de Werner Krauth (LPS-ENS) pour les apsects scientifiques et par Françoise Tarquis pour les aspects techniques


The Journées 2010 "Systèmes de référence spatio-temporels"


Troisième congrès de la SPS : Sciences et décision

organisé par Daniel Andler (Paris IV/DEC ENS) et Thomas Pradeu (Paris IV)

Quels choix se présentent aux chercheurs et aux responsables des programmes scientifiques ? Sur quoi leurs décisions se fondent-elles ou devraient-elles se fonder ? Comment prendre de "bonnes" décisions à l’aide de connaissances scientifiques dans des situations d’incertitude ? Quand et selon quelles modalités est-il possible de décider "scientifiquement" ? Que sont les sciences de la décision et sur quoi se fondent-elles ?
Organisé par la Société de philosophie des sciences, ce congrès rassemblera des philosophes, des scientifiques, des médecins, des sociologues, des psychologues, des spécialistes des sciences de la décision pour analyser la prise de décision en sciences, la manière dont les décisions (notamment politiques et éthiques) peuvent être éclairées par les sciences, ainsi que les fondements des sciences de la décision.