Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

Séminaires de recherche

Atelier Apprentissage 2005–2006

organisé par Gilles Stoltz (ENS), Patricia Reynaud-Bouret (CNRS), Pascal Massart (univ. Paris XI) et Stéphane Boucheron (univ. Paris VII)

Le groupe de travail Apprentissage a pris la suite l’an dernier de celui plus spécifiquement destiné aux Support Vector Machines [SVM]. Cette année universitaire encore, nous visons à une ouverture plus large à d’autres types d’apprentissage statistique, même si le champ des méthodes de noyaux continuera à être exploré.
Après le mini-cours de l’an dernier, les séances seront de deux types cette année, des exposés de type séminaire, et un groupe de travail plus proprement dit, qui s’intéressera aux méthodes d’apprentissage en grandes dimensions.


Atelier Apprentissage 2006–2007

organisé par Gilles Stoltz (ENS), Patricia Reynaud-Bouret (CNRS), Pascal Massart (univ. Paris XI) et Jean-Michel Marin (INRIA Futurs)

Cette année encore, les séances seront de deux types, des exposés de type séminaire, et un groupe de lecture plus proprement dit, qui s’intéressera aux méthodes d’agrégation (séquentielle, bayésienne, etc.).


Atelier Mathématiques et biologie 2004–2005

organisé par Hatem Zaag (Département de mathématiques et applications de l’ENS), Gilles Stoltz (ENS), Patricia Reynaud-Bouret (CNRS), Vincent Rivoirard (univ. Paris XI), Magalie Fromont (univ. Rennes II) et David Holcman (École normale supérieure)

Le groupe de travail maths-bio a pour vocation d’explorer les interactions entre les mathématiques et la biologie, à l’attention d’un public d’initiés mais aussi de non-initiés.


Atelier Mathématiques et biologie 2005–2006

organisé par Hatem Zaag (Département de mathématiques et applications de l’ENS), Gilles Stoltz (ENS), Patricia Reynaud-Bouret (CNRS), Vincent Rivoirard (univ. Paris XI), Benoît Perthame (ENS - univ. Paris VI) et Vincent Calvez (ENS)

Ce groupe de travail a pour vocation d’explorer les interactions entre les mathématiques et la biologie, à l’attention d’un public d’inités mais aussi de non-initiés. Les exposés seront tour à tour des contributions d’élèves de l’ENS, des interventions plus du type séminaire, et des lectures de livres ou d’articles. Les méthodes mathématiques en jeu seront variées, et couvriront tout aussi bien par exemple les équations aux dérivées partielles que la statistique et les processus stochastiques.
Cette année, auront lieu en alternance un séminaire maths-bio et un groupe de lecture. Au premier semestre, le groupe de lecture portera sur des méthodes liées aux équations aux dérivées partielles.
Organisation scientifique :
Hatem Zaag, Benoît Perthame, Vincent Calvez, Patricia Reynaud-Bouret et Gilles Stoltz, ENS, Vincent Rivoirard, Univ. Paris-Sud.


Atelier Mathématiques et biologie 2006–2007

organisé par Hatem Zaag (Département de mathématiques et applications de l’ENS), Patricia Reynaud-Bouret (CNRS), Vincent Rivoirard (univ. Paris XI), Benoît Perthame (ENS - univ. Paris VI) et Vincent Calvez (ENS)

Ce groupe de travail a pour vocation d’explorer les interactions entre les mathématiques et la biologie, à l’attention d’un public d’initiés mais aussi de non-initiés. Les exposés seront tour à tour des contributions d’étudiants, des mini-cours, des interventions de type séminaire, et des lectures de livres ou d’articles. Les méthodes mathématiques en jeu seront variées, et couvriront tout aussi bien les systèmes dynamiques et les équations aux dérivées partielles, que les statistiques et les processus stochastiques.


Conférences du département d’Études cognitives

organisé par Daniel Andler (Paris IV/DEC ENS)

Conférences organisées par le Département d’études cognitives de l’Ecole normale supérieure.
Créé à la rentrée 2001, le Département d’études cognitives [DEC] a pour fonction de regrouper l’ensemble des activités d’enseignement et de recherche consacrées à la cognition, au sein de l’Ecole et dans les unités de recherche associées, qu’elles soient ou nom actuellement logées dans l’un des campus de l’Ecole. Le DEC est tout particulièrement chargé de développer la psychologie et les neurosciences cognitives, d’une part, la linguistique théorique d’autre part, disciplines qui ne sont que peu ou pas représentées ailleurs dans l’Ecole. Il est multidisciplinaire et s’adresse à titre égal aux élèves scientifiques et aux élèves littéraires.


Les lundis de la philosophie

organisé par Francis Wolff (ENS)

Séminaire hebdomadaire proposé par l’ensemble du département de philosophie de l’Ecole normale supérieure, destiné à présenter quelques aspects originaux de la pensée philosophique en train de se faire, que ce soit en philosophie générale ou dans quelques domaines spécialisés. Chaque séance comprend deux parties égales : un exposé, généralement par un invité, une discussion des thèses présentées.


Séminaire Archéologie des sanctuaires celtiques

organisé par Lionel Pernet (univ. Paris I et Lausanne) et Olivier Buchsenschutz (CNRS)

Séminaire 2006 de Olivier Buchsenchutz, UMR 8546 Archéologie d’Orient et d’Occident CNRS-ENS, coordonné par Lionel Pernet.


Séminaire Art, création, cognition

organisé par Claude Imbert (ENS)

Séminaire de philosophie et d’histoire de l’art organisé par Claude Imbert (département de philosophie de l’ENS).
Trois faits ont déterminé ce séminaire :
1) Un intérêt philosophique pour la peinture se manifeste dans les écrits de Merleau-Ponty, Foucault, Deleuze, et déjà Sartre, Benjamin, Valéry et Malraux. C’est là l’affleurement d’une lame de fond, venue de Baudelaire (Le peintre de la vie moderne). C’est là que le XIXe se noue philosophiquement à aujourd’hui, dans une rupture d’avec l’esthétique et la critique kantiennes. Ainsi, au milieu du XXe , cet épisode a joué un rôle analogue au linguistic turn. Sont-ils liés, comment et pourquoi ?
2) On constate également le développement d’une théorie de l’art qui outrepasse les limites d’une histoire de l’art ou d’une réflexion sur le goût. En fait, c’est un domaine qui réunit aujourd’hui à peu près toutes les sciences humaines, de l’anthropologie au symbolisme des couleurs, de l’histoire sociale à la muséographie, des manifestes d’avant-garde aux études cliniques.
3) Enfin, le développement des études cognitives a renouvelé l’analyse de l’émotion, de la plasticité, du schématisme et de la reconnaissance des formes.


Séminaire de l’ITEM : De l’archive manuscrite au scriptorium électronique

organisé par Aurèle Crasson (ITEM)

Séminaire général de l’ITEM, 2003-2004, sur De l’archive manuscrite au scriptorium électronique. Espaces électroniques d’échanges et d’édition savante du manuscrit de création.
L’entrée du manuscrit de création dans l’espace numérique sous-tend la question de sa représentation. Par "représentation", nous entendons à la fois la projection visuelle d’un manuscrit sur nos écrans et les différentes couches d’informations qui permettent de l’identifier et d’exploiter son contenu tant scripto-graphique que topologique ou perceptif.
Ce séminaire s’intéresse à la relation qui unit dans une sorte de triangle de la connaissance, la source et son accès, son exploitation et le savoir qui en est produit, la capitalisation de ces savoirs et la remise en lice de cette source enrichie.Dans cette perspective, nous serions ravis d’accueillir les principaux acteurs qui, depuis quelques années déjà, se confrontent à tous les enjeux, problématiques, contraintes que cette valorisation du savoir entraîne.


Séminaire de l’ITEM : Genèse et correspondances

organisé par Alain Pagès (univ. Paris III) et Françoise Leriche (univ. Grenoble III)

Une correspondance d’écrivain peut-elle être considérée comme un objet génétique ? Bien qu’elle ait été posée à différentes reprises, cette question n’a jamais fait l’objet d’une réflexion approfondie. C’est une telle lacune que ce séminaire voudrait s’efforcer de combler.
On réfléchira, avant tout, à la situation de la correspondance comme archive de l’œuvre littéraire : gardant la trace des documents utilisés, permettant de saisir les étapes suivies par l’élaboration d’une œuvre, offrant des commentaires de l’écrivain sur son propre travail d’écriture.
En dehors des cas dans lesquels la correspondance sert d’auxiliaire aux études de genèse, on s’intéressera aussi à des situations plus ambiguës, où la frontière s’estompe entre témoignage sur l’œuvre, brouillon même de l’oeuvre, avant-texte, moyen de diffusion : lettres où, oubliant son destinataire, l’écrivain se lance dans la première esquisse d’une œuvre, la première ébauche d’un passage ; lettres reprises ultérieurement dans l’œuvre ; lettres communiquant des textes inédits non publiés du vivant de l’auteur, posant à l’éditeur moderne la question du statut de ces textes…
Deux problèmes seront particulièrement envisagés :
- la confrontation du commentaire épistolaire portant sur l’œuvre en cours avec les éléments du dossier génétique ;
- la question du « rôle » des correspondants dans le dispositif génétique de l’écriture.
Les interventions faites au cours de ce séminaire examineront dans cette perspective les correspondances de Stendhal, de Tocqueville, de Balzac, de Flaubert, des frères Goncourt, de Zola et de Proust.


Séminaire de l’ITEM : Genèses théâtrales

organisé par Almuth Grésillon (ITEM), Dominique Budor (ITEM / univ. Paris III) et Marie-Madeleine Mervant-Roux (CNRS)

Séminaire général de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes) 2004-2005 et 2005-2006


Séminaire de l’ITEM : Genèses, récit d’auteur / récit de critique

organisé par Michel Contat (ITEM)

Séminaire général 2002-2003 de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes CNRS/ENS).
Toute genèse est un processus, ou, si l’on préfère, un mouvement, une dynamique. Mais la reconstitution d’une genèse, qu’elle soit faite de mémoire par l’auteur ou sur documents par le critique, emprunte nécessairement la forme d’un récit. Le propos de ce séminaire est de centrer la réflexion sur l’activité du critique généticien en tentant de mesurer, sur un même corpus, ou une même œuvre, l’écart qui peut exister entre le récit de l’auteur et le récit du critique. Quel est le sens de cet écart ? L’auteur connaît-il mieux la genèse de son texte sans avoir à la reconstituer en consultant ses brouillons ou, s’il les consulte, les interprète-t-il avec plus de pertinence ? Ou bien la distance du généticien par rapport au processus mental de la genèse ne l’oblige-t-il pas à en scruter les traces et à les interpréter de telle sorte qu’elles font apparaître un sens que l’auteur n’avait pas pu, ne pouvait pas apercevoir, comme on ne voit pas son visage dans la glace ? Ce n’est pas la subjectivité du témoignage d’auteur qu’il s’agira de confronter à la “scientificité” de l’étude génétique d’un dossier de travail, mais le rapport entre deux récits, la question étant bien : qu’est-ce qu’un récit de genèse ?


Séminaire de l’ITEM : L’écriture et le souci de la langue

Séminaire général 2001-2002 de l’ITEM (Institut des textes et manuscrits modernes CNRS/ENS).


Séminaire du Département de biologie

Conférences organisées par le département de biologie de l’Ecole normale supérieure.
Le département de biologie est composé par une trentaine d’équipes indépendantes regroupées en deux unités Inserm, six unités CNRS et deux Instituts Fédératifs de Recherche (IFR 101 et IFR 36).
Ces équipes et les services communs rassemblent environ 400 personnes. Les équipes se répartissent en quatre programmes de recherche :
- Génétique
- Biologie du développement
- Evolution et biologie végétale
- Neurosciences
Le Département mène des recherches en biologie fondamentale et des recherches dont les objectifs sont la lutte contre de nombreuses pathologies : cancer, maladies neurologiques, musculaires ou psychiatriques.


Séminaire du Département de chimie

organisé par Damien Laage (Chimie/ENS)

Le Département de chimie réunit, dans une fédération d’unités du CNRS, deux unités de recherches associées au CNRS et intitulées :
– Processus d’activation moléculaire,
– Processus sélectifs en chimie organique et bio-organique.


Séminaire du Laboratoire de géologie

organisé par Cécile Lasserre (ENS) et Julie Carlut (ENS)

Séminaire de recherche organisé par le Laboratoire de géologie, Département Terre-Atmosphère-Océan de l’ENS.
La Géodynamique couvre deux axes de recherche complémentaires. L’un concerne les grands processus affectant la lithosphère terrestre, c’est à dire les plaques se déplaçant à la surface du globe et se déformant là où s’érige des chaines de montagnes par exemple. Ces plaques ont une épaisseur allant de la dizaine à la centaine de kilomètres en domaine océanique, et de quelques 200 km sous les domaines continentaux les plus anciens. L’acquisition de données sur le terrain ou en mer, fait appel à des outils tels la sismique marine ou la géodesis spatiale et à des traitement numériques souvent très élaborés. Un effort similaire a été entrepris à partir de l’altimétrie satellitaire sur les océans, qui aboutit à des cartes du champ de gravité révélatrices de la structure des fonds marins.
Par ailleurs, la géodynamique est axée vers la compréhension des processus dynamiques profonds : convection globale du manteau et moteur des plaques, origine du volcanisme interplaque et stabilité des panaches thermiques sous-jacents, magnéto-hydrodynamique du noyau liquide et origine du champ magnétique. Ces investigations sont abordées grâce à des modèles réduits en laboratoire. A titre d’exemple, un modèle d’écoulement du manteau a été élaboré reliant les hétérogénéités de densité, vues par la sismologie, au géoide, aux vitesses de plaques et à la dérive observée géologiquement du pôle de rotation de la Terre.


Séminaire du Laboratoire de météorologie dynamique

organisé par Fabio D’Andrea (ENS)

Séminaire organisé par le Laboratoire de météorologie dynamique du CNRS (LMD).
Fondé en 1968, le LMD comprend environ 150 membres repartis sur trois sites : l’École Polytechnique, l’École normale supérieure, et l’université Pierre et Marie Curie. Le laboratoire a pour objet de recherche les mécanismes, l’évolution et la prévision des phénomènes météorologiques et du climat.


Séminaire du Laboratoire de physique statistique

Les activités et le programme de recherche du LPS s’organisent autour de quatre thèmes qui sont tous liés à l’ordre, au désordre ou à la transition entre ordre et désordre dans la matière. Ces quatre thèmes sont :
1. Turbulence et phénomènes non-linéaires
2. Physique statistique de la matière condensée
3. Systèmes moléculaires organisés
4. Physique tournée vers les systèmes vivants


Séminaire Environnement et société

organisé par Florence Weber (ENS) et Marie-Claire Daveu (AIGREF)

Ce cycle de conférences de 30 minutes, suivies d’un débat avec le public, est organisé en partenariat avec l’Association professionnelle des ingénieurs du génie rural, des eaux et des forêts (AIGREF) et avec l’Association des anciens élèves, élèves et amis de l’ENS (A-Ulm). Il a pour vocation de faciliter les rencontres entre les scientifiques (sciences de l’environnement et sciences de la société) et les professionnels en charge de la préparation, de la mise en œuvre et de l’évaluation des politiques publiques sur des questions d’actualité, tant dans le domaine de l’environnement que dans les domaines des politiques sociales.


Séminaire européen Sciences sociales et santé mentale

organisé par Samuel Lézé (Ett-CMH, ENS ; IRIS, EHESS)

Poursuivant une réflexion collective sur les enjeux méthodologiques des recherches en sciences sociales portant sur la psychiatrie, la psychologie ou la psychanalyse au sein du réseau national « santé et société », le séminaire de cette année s’attachera à
(i) Montrer comment dépasser les difficultés d’analyses spécifiques que posent ces thématiques.
(ii) Construire un cadre capable de penser les dynamiques du champ de la santé mentale comme l’expérience profane et professionnelle des acteurs impliqués.
Une ligne de travail sera plus particulièrement privilégiée : à partir d’analyses ethnographiques récentes et d’études de cas précis présentés par de jeunes chercheurs européens (français, espagnol, britannique, hollandais), il s’agit d’interroger les diverses options méthodologiques et théoriques qui animent un domaine de recherche (la sociologie et l’anthropologie de la santé mentale) profondément renouvelé ces dernières années par de nombreuses études empiriques. Finalement, la diversité des objets de recherche présentés ici, depuis les troubles alimentaires, l’expérience sociale de la psychose, la gestion de la souffrance des sinistrés ou de la dangerosité des personnes atteintes d’un trouble sévère de la personnalité, le développement personnel en entreprise, la professionnalisation de la psychologie du travail, l’institution du mouvement freudien et son impact social, l’idéal de citoyenneté et d’autonomie dans les soins psychiatriques, soulèvent une question aussi simple qu’élémentaire : qu’est-ce que la santé mentale ?

Le réseau national « santé et société » (MSH-Paris-Nord) soutient financièrement l’organisation du séminaire et rend possible sa dimension européenne.


Séminaire général du Département d’informatique

organisé par Giuseppe Longo (CNRS)

Le Département d’informatique organise un séminaire mensuel pour augmenter la circulation des idées au sein de ses différentes composantes thématiques, ainsi que dans le contexte plus large de l’ENS et de ses espaces scientifiques. Pour cette raison, il est demandé aux orateurs d’introduire leur domaine de recherche, voire leur travail (mais toujours dans un contexte relativement vaste), de façon accessible aux élèves et à des scientifiques travaillant dans d’autres domaines. La fréquence est en principe mensuelle, sauf exceptions annoncées à l’avance.
Le séminaire général du Département d’informatique de l’École normale supérieure est organisé par Giuseppe Longo (CNRS, ENS).


Séminaire général du Département de physique

organisé par Robson Ferreira (CNRS) et Emmanuel Dormy (CNRS)

Le Séminaire général du département de physique de l’ENS a lieu le jeudi à 13h30 en salle de conférence IV, 24 rue Lhomond, Paris 5e. Il est organisé
en 2010-2011 par Fabrice Gerbier et Pierre Lesaffre,
en 2009–2010 par Emmanuel Dormy et Robson Ferreira,
en 2008–2009 par Emmanuel Dormy et Robson Ferreira,
en 2005–2007 par Jacques Dupont-Roc et Christian Glattli,
en 2004–2005 par Edith Falgarone et David Bensimon,
en 2003–2004 par Edith Falgarone et Vincent Hakim,
en 2002–2003 par Vincent Hakim et David Guéry-Odelin,
Fédération de laboratoires dont les activités recouvrent un grand nombre de thèmes de recherche, le Département de physique a pour missions l’enseignement de la physique aux niveaux des second et troisième cycles ainsi que la formation à la recherche par l’encadrement de thèses de doctorat.
La physique à l’École normale supérieure s’est développée depuis la guerre autour de personnalités scientifiques exceptionnelles. Yves Rocard, Alfred Kastler, Jean Brossel, Pierre Aigrain ont formé chacun dans leur domaine une école riche et féconde, regroupant autour d’eux l’un des ensembles de recherche les plus dynamiques du pays. Cet ensemble s’est constitué en cinq laboratoires gérés conjointement par l’ENS et le CNRS, dont les thèmes se sont diversifiés.


Séminaire général du Département TAO

Le Département Terre, atmosphère, océan regroupe 2 laboratoires de recherche dans le domaine des sciences de la planète. Il a la responsabilité d’un enseignement interuniversitaire de second cycle (magistère) et participe a plusieurs enseignements du 3ème cycle.
Le laboratoire de géologie a été complètement réorganisé et réorienté entre 1984 et 1989 pour devenir une unité associée au CNRS : le laboratoire de géologie de l’ENS.
La géophysique interne (sismologie, magnétisme terrestre) et externe (physique de l’atmosphère) s’étaient développées parallèlement dans les années 1950-60 au sein des laboratoires de physique. Le laboratoire de Météorologie dynamique, unité associée au CNRS, a ainsi été créé en 1968.
En 1991, les collaborations scientifiques et pédagogiques entre les thématiques concernant la terre solide d’une part, et ses enveloppes fluides, d’autre part, favorisèrent la mise en place d’un Département TAO, rassemblant les 2 laboratoires.


Séminaire Histoire de l’enseignement supérieur français, XIX°–XX° siècles

organisé par Emmanuelle Picard (INRP) et Fabien Locher (INRP)

Séminaire organisé par le Service d’histoire de l’éducation (INRP-ENS)

2006-2007 : Pour une histoire des disciplines universitaires
La notion de discipline peut être définie comme un mode d’organisation des pratiques, des discours et des identités professionnelles par lequel ceux-ci se trouvent stabilisés, régulés, et transmis, dans le cadre d’une production de savoirs. Stabilisation, régulation et transmission sont alors assurés par le biais de dispositifs de publication « spécialisés », de dispositifs éducatifs organisant la transmission des savoirs explicites et implicites désignés comme constitutifs de la discipline (chaires, séminaires, travaux pratiques, manuels..), de dispositifs organisant la démarcation entre le spécialiste et le profane et créant les conditions d’un entre-soi (diplômes et rituels académiques, mythologie des « fondateurs » ou des « précurseurs », vocabulaire spécifique..).
Au XIXème et XXème siècles, l’émergence de l’Université comme l’un des lieux essentiels de la production et de la transmission des savoirs s’est largement faite par la structuration de disciplines universitaires. Ce double mouvement a impliqué un ensemble d’interactions complexes entre l’Université et des champs de production de savoirs existants ou en cours de formation. L’objectif du séminaire « Histoire de l’enseignement supérieur » sera en 2006-2007 de s’interroger sur la genèse et le développement des disciplines universitaires à l’époque contemporaine, autour de trois axes.
Il s’agira tout d’abord d’analyser les dynamiques disciplinaires à partir d’une lecture focalisée sur l’interaction entre l’Université et les autres « lieux de science » (le Laboratoire, l’Hôpital, le Terrain des sciences naturelles ou des sciences humaines..). La montée en puissance des disciplines universitaires s’effectue en effet via une redistribution et une co-transformation des pratiques et des discours à l’ouvre au sein de ces espaces, qu’ils leurs préexistent ou qu’ils se structurent concurremment à elles.
Puis nous nous concentrerons sur l’émergence, au XIXème et XXème siècles, de disciplines universitaires organisant une production et une transmission des savoirs concernant la Nature et les sociétés coloniales. Nous analyserons ce phénomène et le rôle qu’il joue dans l’appropriation des territoires d’outre-mer par les puissances occidentales, via la production de technologies sociales et matérielles spécifiques.
Enfin, nous considèrerons un ensemble de situations dans lesquelles des formes d’expertise savante se trouvent progressivement structurées -pour partie- sous la forme de disciplines universitaires. Il s’agira alors d’analyser les mécanismes de cette migration/transformation, en caractérisant notamment le système de relation entre ces nouvelles structures disciplinaires, les instances d’expertise existant en dehors de l’Université, et les demandes des « utilisateurs ».

2005-2006 : Sources, objets et méthodes de l’histoire de l’enseignement supérieur en France aux XIXe et XXe siècles
L’histoire de l’enseignement supérieur français a connu ces dernières années un renouveau, autour de travaux d’histoire sociale, d’histoire des sciences et de sociologie. La très grande diversité des objets, des sources et des approches a contribué à créer de nouvelles problématiques au croisement des différentes disciplines intéressées à cette question. L’histoire de l’enseignement supérieur a également suscité un intérêt très fort pour des questionnements qui empruntent à la géographie (inscription dans un territoire) comme à la science politique (politique publique).
L’objectif de ce séminaire est de présenter les travaux récents sur la question en insistant sur les dimensions méthodologiques des approches : construction de l’objet, invention des sources, comparatisme, usages des instruments statistiques. Il sera dans le même temps l’occasion d’une confrontation pluridisciplinaire autour de cet objet.


Séminaire Histoire et philosophie des mathématiques

organisé par Marco Panza (CNRS)


Séminaire Littérature et morale à l’âge classique

organisé par Jean-Charles Darmon (univ. Versailles/Institut universitaire de France/ENS)

Le propos de ce séminaire s’inscrit dans une réflexion sur les formes de la pensée morale à l’âge classique, poursuivie depuis quelques années dans le cadre des activités de l’équipe « Littérature et philosophie » du CELLF17-18 (Paris IV-CNRS-UMR8599).
Il s’agira notamment de réexaminer de ce point de vue la poétique et la pratique des différents genres littéraires, en s’interrogeant sur les types d’expériences morales et de questionnements axiologiques auxquels ils furent liés, à une certaine distance – fort variable selon les cas et les moments envisagés - des élaborations théoriques propres aux discours philosophiques contemporains. De façon plus générale, on voudrait s’attarder sur l’émergence, entre modèles anciens et horizons anthropologiques nouveaux, de divers types de relations entre éthique et littérature.
2009–2010
Parmi les questions abordées cette année, celle du "divertissement" et des enjeux moraux qui purent lui être liés d’un genre à l’autre sera l’objet d’une attention particulière.
2008–2009
Parmi les aspects abordés cette année, l’histoire de certains concepts moraux particulièrement féconds, et de leurs déplacements d’un genre à l’autre (ainsi, "vanité", "divertissement", "imposture"…) sera revisitée.
2006–2007
Parmi les aspects abordés cette année, la question du libertinage, entre « littérature » et « philosophie », pourra constituer, d’un genre à l’autre, une entrée éclairante. Autre objet d’étude privilégié (dans le sillage du colloque « Le moraliste, la politique et l’histoire : de La Rochefoucauld à Adorno » organisé par l’équipe) - : la constitution progressive d’un type de discours moral que l’on caractérisera - faute de mieux ? - comme celui du « moraliste », figure qui souvent s’oppose à celle du « philosophe », parfois la rejoint sans se confondre pleinement avec elle. On s’interrogera tout particulièrement, dans cette perspective, sur les relations que le « moraliste » entretient avec la politique et avec l’histoire.
2005–2006
Parmi les aspects abordés cette année, la question des passions, entre « littérature » et « philosophie », pourra constituer, d’un genre à l’autre, une entrée éclairante. Autre objet d’étude privilégié (dans le sillage du colloque « Le moraliste, la politique et l’histoire : de La Rochefoucauld à Adorno » organisé par l’équipe en 2004) - : la constitution progressive d’un type de discours moral que l’on caractérisera – faute de mieux ? - comme celui du « moraliste », figure qui souvent s’oppose à celle du « philosophe », parfois la rejoint sans se confondre pleinement avec elle. On s’interrogera tout particulièrement, dans cette perspective, sur les relations que le « moraliste » entretient avec la politique et avec l’histoire.


Séminaire Louis Pasteur de l’ENS : The design of photosynthesis

organisé par Damien Laage (Chimie/ENS)


Séminaire MHD (SEMHD)

organisé par Emmanuel Dormy (CNRS) et Patrick Hennebelle (ENS)

L’objectif du séminaire MHD, ou SEMHD, est de créer un lien entre les différentes communautés intéressées par le champ magnétique (origine, structure, influence) en Astrophysique et en Géophysique.
Ce séminaire mensuel regroupe la même matinée deux interventions complémentaires sur un même thème, l’une concernant l’approche observationnelle et les contraintes qui en découlent, l’autre présentant l’état de l’art sur la compréhension théorique et numérique de ces observations.


Séminaire Modélisation et méthodes statistiques en sciences sociales

organisé par Marion Selz (CNRS)

Créés à l’initiative de membres du Centre Maurice Halbwachs (ex LASMAS), les ateliers M2S3 s’adressent aux personnes travaillant sur des données quantitatives en sciences sociales. Ils ont pour objectif de leur permettre d’exposer leurs difficultés, de rencontrer des interlocuteurs, d’échanger sur des méthodes et de confronter différents points de vue afin de développer - indépendamment de l’utilisation d’un logiciel particulier - les recherches sur des modèles pour traiter des données en sciences sociales, les comparaisons de méthodes statistiques et l’aide à l’interprétation des résultats.
Les réunions sont ouvertes à toutes les personnes qui le souhaitent (sans inscription préalable et sans frais), utilisateurs de données, chercheurs, ingénieurs ou étudiants à partir du DEA. Le cadre de ces réunions est plutôt informel et les participants doivent se sentir libres d’y exprimer leurs difficultés et/ou d’y avancer des solutions même incertaines.


Séminaire Musique et mathématiques

organisé par Charles Alunni (ENS), François Nicolas (IRCAM) et Moreno Andreatta (Ircam)

2006-2007 : Intellectualités mathématique et musicale
Séminaire mamuphi Musique, mathématiques et philosophie 2005-2006 : Questions de logiques
Si, pour les musiciens, « logique musicale » se dit en différents sens (consistance autonome de la musique comme « monde » ou « langage », dialectique spécifique du discours musical, stratégie à l’œuvre…), si, pour les mathématiciens, « logique » ne profile plus seulement une norme pour leurs énoncés mais la dynamique même de leur travail d’énonciation (une logique du processus mathématicien tout autant que du résultat mathématique), peut-on activer aujourd’hui des raisonances entre ces conceptions des logiques à l’œuvre ?
Comment faire jouer leur hétérophonie par-delà tel ou tel projet plus spécifique de « mathématiser » la logique musicale ou de « musicaliser » la logique mathématique ?
2004-2005
Si musique et mathématiques s’avèrent un long compagnonnage, depuis l’origine commune des théories musicale et mathématique au VI° siècle av. J.-C. jusqu’à l’époque la plus contemporaine, si penser la musique avec les mathématiques est ainsi une longue histoire où interviennent tour à tour arithmétique (nombres) et géométrie (figures), algèbre (écriture) et topologie (gestes), il convient d’interroger l’état présent de ces rapports à partir des questions musicales les plus actives.
Que la philosophie pointe nécessairement son nez en ce croisement (comme en atteste toute une généalogie, de Parménide et Platon jusqu’à Husserl et Lautman en passant par Descartes et Leibniz) ne doit pas dispenser le musicien d’interroger directement les mathématiques de son temps pour discerner ce qui d’elles peut clarifier, catégoriser, profiler les enjeux présents et à venir de son art.
Pour cette première année, on partira des formes de conscience spécifiquement mathématiciennes des rapports possibles entre musique et mathématiques.


Séminaire Musique et philosophie

organisé par François Nicolas (IRCAM) et Alain Badiou (ENS)

Ce séminaire, dirigé par Alain Badiou et François Nicolas se tient à l’École depuis octobre 2004.


Séminaire Philosophie et mathématiques

organisé par Jean Petitot (CNRS), Pierre Cartier (CNRS/IHES-Paris), Giuseppe Longo (CNRS), Jocelyn Benoist (univ. Paris I) et Bernard Tessier (univ. Paris VII)

Séminaire fondé par Maurice Loi.
Année 2007 : Poincaré : mathématiques, physique, philosophie.
organisé par Pierre CARTIER, Jocelyn BENOIST, Giuseppe LONGO, Jean PETITOT, Bernard TEISSIER
Année 2006 : Le continu : mathématiques, physique, philosophie.
organisé par Pierre CARTIER, Jocelyn BENOIST, Giuseppe LONGO, Bernard TEISSIER.
Année 2004 : Kant, mathématiques, cognition
organisé par Pierre CARTIER, Jocelyn BENOIST, Giuseppe LONGO, Bernard TEISSIER


Séminaire Vision algorithmique et biologique

organisé par Olivier Faugeras (INRIA) et Romain Brette (ENS)

L’équipe de recherche Odyssée est un projet commun à l’INRIA, l’Ecole Normale Supérieure de Paris et l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (Laboratoire CERTIS). Elle est localisée à Sophia-Antipolis, à la rue d’Ulm à Paris et à Champs-sur-Marne aux environs de Paris.
Le thème scientifique du projet est l’étude conjointe de la vision algorithmique et de la vision biologique. Nous pensons qu’une meilleure connaissance des mécanismes de perception visuelle humaine et animale pourrait avoir un impact sur la conception d’algorithmes, sur l’évaluation des performances, sur la façon d’interfacer un système de vision artificielle avec des personnes, éventuellement handicapées.
De manière plus générale et à un autre niveau, la perception visuelle biologique, notamment des singes et de l’homme, est mal connue et modélisée. Faire progresser cette connaissance est un grand défi scientifique et philosophique qui constitue la toile de fond de notre projet.


Séminaire Vision artificielle / Équipe Willow

organisé par Jean Ponce (ENS)


Séminaire Visualiser et modéliser le cerveau

organisé par Olivier Faugeras (INRIA) et Thomas Deneux (Département d’informatique de l’ENS)

Le séminaire Visualiser et Modéliser le Cerveau est mis en place à l’ENS par l’équipe Odyssée du Département d’informatique.
Le thème scientifique du projet est l’étude conjointe de la vision algorithmique et de la vision biologique. Nous pensons qu’une meilleure connaissance des mécanismes de perception visuelle humaine et animale pourrait avoir un impact sur la conception d’algorithmes, sur l’évaluation des performances, sur la façon d’interfacer un système de vision artificielle avec des personnes, éventuellement handicapées.