Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

Conférences, débats et tables rondes

Éthique à l’ENS

organisé par Monique Canto-Sperber (CNRS-ENS)

Cycle de rencontres-débats organisé par Monique Canto-Sperber.
La série de débats Éthique à l’ENS est l’expression de la volonté de créer à l’École normale supérieure un lieu de réflexion éthique. Ces débats sont destinés à familiariser les élèves, chercheurs et enseignants avec l’interrogation éthique. Sur des questions aussi diverses que celles suscitées par l’économie contemporaine, la bioéthique, le droit international et la gouvernance mondiale, les biotechnologies, la commercialisation du vivant, les nanotechnologies et la filiation, ils veulent présenter l’exemplarité d’une démarche soucieuse de définir des principes éthiques fondamentaux ainsi que les règles et les limites de l’action humaine.


Éthique à l’ENS, avec le comité d’éthique de l’INSERM

Les Ateliers éthiques de l’Ecole normale supérieure, en collaboration avec le Comité de l’éthique de l’INSERM : Nouvelles frontières en biologie, nouvelles frontières en éthique.


4e Conférences Pierre Duhem

organisé par Daniel Andler (Paris IV/DEC ENS)

Les Conférences Pierre-Duhem sont des conférences publiques organisées chaque année par la Société de philosophie des sciences (SPS). En une heure de présentation suivie d’une heure de discussion, les conférenciers – chercheurs confirmés qui comptent ou non parmi les membres de la SPS – exposent un travail original qui entre dans l’un des domaines de spécialité couverts statutairement par la SPS. Ils s’appuient sur un texte inédit, qu’ils auront communiqué plus d’un mois à l’avance aux organisateurs, à charge pour ceux-ci de le faire largement connaître. Lors de la discussion, les conférenciers répondent d’abord aux questions que les contradicteurs auront adressées par écrit aux organisateurs, ceux-ci se réservant toute liberté de sélection et de reformulation.


Autour du livre "Zones humides du littoral français" (F. Verger)

organisé par Claude Kergomard (ENS)

À l’occasion de la sortie de l’ouvrage de F. Verger, Les zones humides du littoral français, le département de géographie de l’École normale supérieure, associé au Comité national français de géographie (CNFG), organise une après-midi thématique autour des zones humides.
Longtemps laissées en déshérence, les zones humides ont connu depuis le Moyen Âge une longue période de drainage, d’assèchement et de destruction avant que l’on reconnaisse à la fin du XXe siècle leur intérêt écologique, leur rôle dans l’amélioration de la qualité des eaux et leurs valeurs productive et paysagère. Leur répartition géographique montre que ces zones existent à l’intérieur des terres comme sur le littoral où elles sont particulièrement développées. L’écologie reconnaît aujourd’hui leur exceptionnelle valeur que la société commence à prendre en compte.
La table ronde insiste d’emblée sur la pluridisciplinarité de l’étude des zones humides. Elle envisage l’exceptionnelle richesse de ces espaces, leur place dans la société, les impacts de l’action anthropique sur les écosystèmes, les milieux et les paysages, les débats autour de leur protection.
Quelques suggestions bibliographiques :
• Bernard Kalaora, Au-delà de la nature l’environnement : l’observation sociale de l’environnement, L’Harmatthan, 1998.
• Bernard Kalaora, "Le conservatoire du littoral : entre patrimonialisation et médiation", en collaboration avec A. Konitz, Annales de géographie, 635 (2004).
• Bernard Kalaora, "Un littoral durable pour des usages sociaux ménageant la ressource et sa fragilité", en collaboration avec O. Marcel, Découverte (revue du Palais de la découverte), mars-avril 2005.
• Jean-Claude Lefeuvre, Jean-Pierre Mouton, André Mauxion, L’histoire de la baie du Mont-Saint-Michel et de son abbaye, Ouest-France, Rennes, Collection "Beaux Livres", 2009.
• Jean-Claude Lefeuvre, La Baie du Mont-Saint-Michel, Actes Sud, Collection "Conservatoire du Littoral", 2000.
• Jean-Claude Lefeuvre, Éliane Fustec, et al. Fonctions et valeurs des zones humides, Dunod, 2002.
• Fernand Verger, Les zones humides du littoral français, Belin, 2009.


Conférence organisée par les Archives Husserl.


Conférence-débat Neurosciences : essor et enjeux

organisé par Claude Debru (ENS), Pierre Buser (Académie des sciences), Jean-Gaël Barbara (CNRS), André Holley (CNRS) et André Kaspi (CNRS)

À l’occasion de la parution du n° 19 de La revue pour l’histoire du CNRS, dont le dossier est consacré aux neurosciences, le Comité a organisé une conférence intitulée Neurosciences : essor et enjeux le 13 mars 2008 à l’École normale supérieure de Paris.
Après avoir introduit la séance, Jean-Gaël Barbara, neurobiologiste et historien des sciences, en a animé les débats.
Interviewé par Claude Debru, directeur du département de philosophie de l’ENS, Pierre Buser, professeur émérite à l’université Pierre-et-Marie-Curie et membre de l’Académie des sciences, a exposé son "aventure en neurosciences".
André Holley, directeur de recherche au CNRS, a présenté une brève histoire des études sensorielles.


Conférences "Colloquium de l’ENS"

organisé par Antoine Triller (INSERM/ENS), Ségolène Le Men (univ. Paris X) et Marie Farge (CNRS)

Le Colloquium de l’ENS s’est fixé comme objectif d’inviter un conférencier à exposer ses idées sur un sujet d’intérêt général susceptible d’intéresser un public éclectique, allant des littéraires aux scientifiques, aussi bien professeurs, qu’étudiants, chercheurs ou personnels techniques et administratifs.
Le colloquium fonctionne depuis 1993. Il a était créé par Claude Froidevaux qui l’a animé de 1993 à 1996. Marie Farge l’a relayé de 1997 à 2001.
La coordination est assurée de 2002 à 2004 par Antoine Triller (Département de biologie) avec la collaboration de Ségolène Le Men (directrice des études).


Conférences de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) à l’ENS

organisé par Philippe Sénéchal (univ. Amiens)

L’Institut national d’histoire de l’art (INHA) accueille des chercheurs en résidence dans le courant de l’année. Ils donnent plusieurs conférences destinées à leurs collègues et aux étudiants, dont certaines sont hébergées par l’ENS.


Conférences de la Semaine du cerveau

organisé par Franck Ramus (CNRS)

Le Département d’études cognitives de l’École normale supérieure propose une série de cinq conférences qui s’inscrivent dans le cadre de la ’Semaine du cerveau’. Celle-ci est organisée chaque année, simultanément, dans tous les pays d’Europe. Pour la France, la coordination des manifestations est assurée par la Société des neurosciences, membre de la Fédération européenne des neurosciences (FENS).


Conférences de rentrée 2001

organisé par Jean-Paul Dubacq (ENS) et Ségolène Le Men (univ. Paris X)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2002

organisé par Jean-Paul Dubacq (ENS) et Ségolène Le Men (univ. Paris X)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2003

organisé par Jean-Paul Dubacq (ENS) et Ségolène Le Men (univ. Paris X)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2004

organisé par Véronique Perrin (directrice des études) et Jean-Noël Verpeaux (ENS)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2005

organisé par Jean-Noël Verpeaux (ENS) et Daniel Petit (ENS)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2006

organisé par Jean Hare (ENS)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2007

organisé par Jean Hare (ENS)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2008

organisé par Sophie Fermigier (ENS) et Olivier Abillon (ENS)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences de rentrée 2009

organisé par Sophie Fermigier (ENS) et Olivier Abillon (ENS)

Les conférences de rentrée sont organisées par les Directeurs des études de l’ENS. Elles sont destinées à faire découvrir aux nouveaux élèves à la fois le monde de la recherche et sa nécessaire ouverture disciplinaire.


Conférences des Docteurs "honoris causa" de l’ENS, 2003

Plusieurs personalités internationales ont reçu en 2001 et 2003 le titre de Docteur Honoris Causa de l’ENS. A l’occasion de la remise des diplômes le 18 décembre 2003, plusieurs conférences exceptionnelles ont été données par certains docteurs.


Conférences du Club Montagne Sainte-Geneviève

organisé par Maxime Delpierre (ENS), Martin Fortier (Paris I), Michaël Morera (ENS), Marc Santolini (ENS, Paris VII) et Ali Aouad (École polytechnique)

Le Club Montagne Sainte-Geneviève se présente avant tout comme une tribune offerte à des chercheurs aux thèses originales, qui relient différents domaines du savoir entre eux. Il prend la forme d’une interface entre la pointe de la recherche et les étudiants, en laissant, en marge des exposés, un espace à l’échange informel et en invitant les intervenants à replacer leurs travaux, à les réinscrire dans un véritable procès de recherche. Le CMSG est le résultat de l’association d’étudiants issus de disciplines allant des sciences formelles aux sciences sociales en passant par la philosophie et les sciences de la nature. Il s’est formé dans une optique multidisciplinaire, moins en proposant des thèmes totalement transversaux – en existe-t-il seulement ? – qu’en suscitant le croisement de perspectives multiples sur une question donnée.


Conférences exceptionnelles

Des conférences exceptionnelles ont lieu régulièrement à l’ENS. Elles sont organisées par des enseignants-chercheurs ou des étudiants et sont l’occasion d’inviter des personalités du monde scientifique ou de la société.


Conférences Jean-Nicod de philosophie cognitive

organisé par Sophie Bilardello (Institut Jean-Nicod)

L’esprit humain, son organisation, sa nature, ses relations avec le corps et avec le monde sont depuis toujours parmi les thèmes centraux de la philosophie. La psychologie contemporaine elle-même a pris naissance au sein de la philosophie. Elle s’est émancipée, mais l’émergence des sciences cognitives consacre d’une certaine façon le retour de la philosophie dans ce champ de recherche. Les développements de l’informatique et des neurosciences, en jetant une nouvelle lumière sur les phénomènes mentaux, ont eu pour effet de relancer le débat philosophique. La "philosophie de l’esprit" est ainsi plus florissante que jamais. Ce retour n’a rien d’une régression, car la philosophie dont il est question est en phase avec la recherche scientifique, informée par elle et en constante interaction avec elle.
Les Conférences Jean-Nicod visent à promouvoir les recherches philosophiques se rapportant à la cognition et à faire connaître en France les travaux réalisés à l’étranger dans ce domaine. Le conférencier, sélectionné par le comité Jean-Nicod, présente ses recherches au cours d’un cycle de conférences qu’il rassemble ensuite en un livre.


Conférences Pierre Duhem

organisé par Daniel Andler (Paris IV/DEC ENS)

Les Conférences Pierre Duhem sont des conférences publiques organisées, entre une et trois fois par an, par la Société de philosophie des sciences (SPS). En une heure de présentation suivie d’une heure de discussion, les conférenciers – chercheurs confirmés qui comptent ou non parmi les membres de la SPS – exposent un travail original qui entre dans l’un des domaines de spécialité que couvre statutairement la SPS. Ils s’appuient sur un texte inédit, qu’ils auront communiqué plus d’un mois à l’avance aux organisateurs, à charge pour ceux-ci de le faire largement connaître. Lors de la discussion, les conférenciers répondent d’abord aux questions que les contradicteurs auront adressées par écrit aux organisateurs, ceux-ci se réservant toute liberté de sélection et de reformulation.


Conférences-débats de l’Association Emmaüs et de l’École normale supérieure

organisé par Lucie Marignac (ENS)

L’Association Emmaüs et l’École normale supérieure organisent conjointement un cycle de conférences-débats intitulé La rue ? Parlons-en !. Une fois par trimestre, l’association invite des personnalités issues de la recherche en sociologie, psychiatrie, philosophie, anthropologie, histoire... afin de rapprocher la réflexion de type universitaire des réflexions relatives à l’action sociale menée sur le terrain. Ces conférences-débats sont gratuites, ouvertes à tous et sans inscription préalable : grand public, travailleurs sociaux, bénévoles, militants...


Cycle de conférences Changement climatique

organisé par Michael Ghil (ENS), Hervé Le Treut (CNRS/IPSL) et Sezin Topçu (ENS)

"Changement climatique : des questions scientifiques aux enjeux sociétaux" Un cycle de conférences est organisé par le CERES-ERTI (ENS) sous les auspices de l’ENS, de l’IPSL et du GIS Climat Environnement Société. Tempêtes, canicules, tsunamis … vivons-nous désormais dans une planète à haut risque ? Qu’en est-il du climat, cette ressource principale de toute vie sur Terre ? Qu’est-ce que le changement climatique ? Quelles en sont les causes et les conséquences ? Quelles sont les certitudes et les incertitudes scientifiques auxquelles nous sommes confrontés dans ce domaine ? Où est le débat, sur la science du climat ou sur les enjeux sociétaux ? À quoi devons nous nous attendre pour les décennies à venir, en termes d’impacts du changement climatique prévus au Nord comme au Sud ? Comment devons-nous agir, selon quelles temporalités, à quels niveaux (individuel, local, national, planétaire) ? Quels sont les outils scientifiques, économiques, politiques, philosophiques à notre disposition et ceux qui restent à inventer ? Ce cycle de conférences a pour objectif d’aborder le changement climatique dans tous ses aspects scientifiques, techniques, économiques, politiques et sociétaux. En faisant appel aux meilleurs spécialistes, nationaux et internationaux, issus de disciplines très variées, le cycle climat vise à permettre un lieu d’échange et de réflexion interdisciplinaire destiné aux élèves et personnel de l’ENS, aux chercheurs de l’IPSL, mais aussi aux administrateurs, industriels, décideurs et grand public. Périodicité : mensuelle (oct 2010 - mai 2011). Horaires : lundi 18h - 20h. Lieu : ENS Salle Dussane. Organisateurs : Michael Ghil, Hervé Le Treut, Sezin Topçu.


Département des sciences sociales

organisé par Éric Fassin (ENS)


Formation continue : Programme de l’École d’économie de Paris

organisé par Akiko Suwa-Eisenmann (École d’économie de Paris) et Marc Gurgand (École d’économie de Paris)

Programme de formation continue à destination des professeurs de sciences économiques et sociales des lycées et de classes préparatoires B/L et ECE, en partenariat avec l’association des professeurs de sciences économiques et sociales (APSES), l’association des professeurs de khâgne et hypokhâgne (APKHKSES) et l’association des professeurs de classes préparatoires à HEC (APHEC).
Thème : Innovation, concurrence et croissance
L’analyse des comportements d’innovation des entreprises permet de réfléchir au cadre concurrentiel le plus favorable à l’innovation et à la croissance. Faut-il protéger les entreprises et subventionner la recherche-développement ou faut-il ouvrir les marchés pour favoriser l’entrée des firmes innovantes ? Quel est le rôle de la politique industrielle ? On s’appuiera, d’une part sur les analyses microéconomiques des entreprises et, d’autre part, sur les nouvelles théories de la croissance, en particulier les approches schumpéteriennes qui mettent l’accent sur les création-destruction d’entreprises. Le rôle des politiques de formation sera également discuté.
Thème : Développement, pauvreté et institutions
La croissance économique suffit-elle à réduire la pauvreté dans les pays en développement et les politiques macroéconomiques permettent-elles d’agir efficacement ? Les débats sont intenses. En pratique, les approches globales sont doublées d’une multitude d’interventions locales et ciblées. Celles-ci donnent lieu à des évaluations qui s’appuient sur des méthodes d’évaluation des politiques publiques de plus en plus rigoureuses. Entre l’inefficacité des Etats et les imperfections du marché, le chemin est souvent étroit, et le succès des mesures de lutte contre la pauvreté dépend du cadre institutionnel, auquel les économistes portent une attention croissante. De manière générale, la littérature empirique récente reprend, avec de nouveaux outils, l’analyse causale du rôle des institutions sur le développement, et notamment du legs colonial.


Journée de chimie : La chiralité

organisé par Jean-Bernard Baudin (ENS), Sébastien Reymond (ESPCI ParisTech) et Audrey Auffrant (École polytechnique)


Journée Georges Bram 2009 (7e conférences en histoire des sciences et épistémologie)

organisé par Clotilde Policar (ENS)

Les journées Georges Bram sont nées du constat que l’histoire des sciences n’est que peu enseignée dans les cursus scientifiques des universités. Georges Bram, chimiste qui a introduit cette discipline dès 1989 dans la maîtrise de chimie de l’université Paris-Sud (Paris XI), est en cela un pionnier. Au cours de leur carrière, les chercheurs n’ont généralement que peu de questions à se poser (au sens de grandes questions structurantes) : il est donc important de bien les choisir. Les journées Georges Bram ont notamment pour mission, précisément, de susciter l’intérêt pour l’histoire des sciences des doctorants mais aussi des chercheurs.


Journée Georges Bram 2010 (8e/9e conférences en histoire des sciences et épistémologie)

organisé par Clotilde Policar (ENS)

Les journées Georges Bram sont nées du constat que l’histoire des sciences n’est que peu enseignée dans les cursus scientifiques des universités. Georges Bram, chimiste qui a introduit cette discipline dès 1989 dans la maîtrise de chimie de l’université Paris-Sud (Paris XI), est en cela un pionnier. Au cours de leur carrière, les chercheurs n’ont généralement que peu de questions à se poser (au sens de grandes questions structurantes) : il est donc important de bien les choisir. Les journées Georges Bram ont notamment pour mission, précisément, de susciter l’intérêt pour l’histoire des sciences des doctorants mais aussi des chercheurs.
Le programme de l’édition 2010 reflète cet objectif : parler du passé pour s’intéresser au présent. Il s’agit tout d’abord d’histoire de la biologie, avec une conférence sur Darwin de Thierry Hoquet (Paris X) et une conférence de Claude Debru (ENS) sur l’évolution d’une discipline, la biochimie des protéines, puis de la question de l’éthique dans la pratique scientifique qu’évoquera Lucienne Letellier, biophysicienne au CNRS.


Journée L’histoire de l’art, de l’Université à l’École (INHA)

La décision d’inclure l’histoire de l’art dans les programmes des enseignements primaire et secondaire en France ne peut que satisfaire les historiens de l’art dans les universités, les écoles d’art et d’architecture, les musées, les centres de recherche et de documentation, le marché de l’art, l’édition ou la presse. Pourtant, jusqu’à présent ceux qui ont en charge ce projet à l’Éducation nationale ont été plutôt rétifs à l’idée de fonder la discipline scolaire sur la discipline universitaire, comme c’est le cas pour d’autres enseignements. Serait-ce en raison de la complexité des objets et des méthodes de l’histoire de l’art ?
L’étude des œuvres d’art à l’école, destinée à ouvrir l’esprit des élèves et à encourager leur curiosité, peut-elle conduire à apprécier la signification des œuvres ? Pour construire les bases d’une pensée personnelle chez l’élève, il faut simplifier : mais à partir de quel moment ce discours simplifié s’écarte-t-il de son but ?
C’est pour tenter de répondre à ces questions que le Département des études et de la recherche de l’INHA, en collaboration avec l’Association des professeurs d’histoire de l’art et d’archéologie des Universités (APAHAU), organise deux débats complémentaires. Ils traitent de cette complexité des objets et des méthodes de l’histoire de l’art auxquels le discours scolaire devra se confronter pour convaincre et des orientations qu’il conviendrait de donner aux futurs programmes.
En croisant ces deux thèmes et ces deux points de vue – celui de l’Université et celui de l’École – il s’agit aussi de rappeler les ambitions propres de l’histoire de l’art en matière de documentation et d’interprétation des œuvres, qui distinguent cette discipline de la critique et de l’esthétique. Les difficultés à faire comprendre sa nature ont partie liée avec les exigences qu’elle seule se fixe vis-à-vis des arts visuels. Toutefois, étant donné l’enjeu du projet d’enseignement – la culture et le sens critique que doivent maîtriser tous les jeunes à la fin de leur scolarité – il serait important que les avancées de la recherche soient formulées en des termes accessibles au plus grand nombre. C’est le cadre des deux débats proposés.


Journée Typologies et analyse spatiale de l’âge du Fer européen

organisé par Olivier Buchsenschutz (CNRS) et Katherine Gruel (CNRS)

Les nouveaux outils de mesure et de représentation du temps et de l’espace permettent d’analyser avec une très grande précision les données archéologiques sur l’âge du Fer européen. La typologie est interprétée dans le cadre de l’histoire des techniques et dans son milieu culturel avant d’être mise à contribution pour construire des sériations temporelles. La chronologie est reconstruite au rythme des générations avant de s’inscrire dans le temps long. Sur fond de cartographie satellitaire, les méthodes de l’analyse spatiale permettent de dépasser une définition trop stricte des « cultures » en mettant en évidence le poids des traditions, le rôle des échanges, et le développement de foyers d’innovation.
Éléments bibliographiques
NAKOINZ O. (2005). Studien zur raümlichen Abgrenzung und Strukturierung der älteren Hunsrück-Eifel-Kultur, Uni.- Forschungen zur prähistorischen Archäologie, 118, Bonn, 363 p. http://e-diss.uni-kiel.de/diss_1131
BUCHSENSCHUTZ O. De mémoire de rose, on n’a jamais vu mourir un jardinier, CTHS, Besancon, 2004, sur le site du laboratoire "proto"
BUCHSENSCHUTZ O. L’apport de la cartographie à l’étude des sociétés sans écriture: l’exemple des Celtes de l’âge du Fer.Mappemonde 3, 2006, http://mappemonde.mgm.fr/num11/index.html


Journées de chimie : Les processus biologiques sous le regard des chimistes

organisé par Jean-Bernard Baudin (ENS)


La rentrée des revues

organisé par Donatien Grau (ENS)


Les conférences d’Alain Badiou

organisé par Alain Badiou (ENS)

L’expression « changer le monde » a largement enchanté les deux siècles précédents. Si le premier (le XIXe) a plutôt annoncé que ce changement se ferait dans la continuité d’un progrès, le second (le XXe, qu’on nous présente aujourd’hui comme un siècle maudit), dominé par une violente passion du nouveau comme réel immédiat, s’est tourné vers la rupture, l’innovation radicale, les avant-gardes, la construction d’Etats chargés d’incarner au plus vite l’Idée dont se soutenait qu’un nouveau monde soit à la fois possible et nécessaire. Dans nos contrées dites « occidentales », riches mais en crise, « démocratiques » mais rongées par le virus identitaire et la crainte policière des barbares, l’expression « changer le monde » a un double statut. D’un côté, pour autant qu’elle a désigné un vouloir révolutionnaire, elle est tenue pour le nom périmé d’une utopie criminelle. D’un autre côté cependant, on nous enseigne qu’à tout instant le monde change à une vitesse extraordinaire, que nous sommes toujours en retard sur ce changement, et que d’incessantes « réformes » doivent plier les sujets à y consentir. On ne peut qu’en conclure que dans cette affuo;a junsjYPSES), l&r Ftioimont n&ditretard sur ceur n&onsentir porstd’aborder o;entte ressgement, et qenaturependant, on nous enseiporto;agit tosconf&eac;sentreprainte polille rogr&tte affu &agrsquo;eYPSES),nquo;eentir; d graCHSENSCHUTZgitramme de fchologie cle engemeimpornturel avant d&rsquit imond? &Aquo;un nluimporaine el,e;veloppeerproches scagir, stte affu qu&rsq Les difficuYPSES),&eacu: l&r ontcto;éute;dse anconf&emmobinter ? re qud? grand nombre.cecond (le XXe,entirte;pe certained&rsqutaux.lemeies & =509">Lesbrinalyse spatialeve; l’&eacapitrsp&ea&eacue ?eacer,heuctur &ndar rantes) :t&eacutust dansurave;te,pour objeoe domaineld (le XXe,entir qu&egrav,acute;sormsurtinaly;anacngementureuses. Enm anconf&l&rsqu tongem, Qu&rsqutaire, commese soutenaitst-ce que lincre CMSG est.uuYPSES)(ENS)


Les confésultat de l&rsquoEcoCp?rue;e des revueLe;sultat de l&rsquoEcocp?ruee;s (APAHAgrave;rement &agrasquo;École normale sup&esormde la &rsquème : D&eacut Du le plsqu15l&ea19;&Ev18 d&eac10 granCre quse la &ro;. Celle-ci est orga ettil;on le de l&rsquohangementgranVa-t-ontourn&tion dctlitt&ea GIS Climat ute;?grans

Des conf&eser;ENS. Elles sont organl nouvr x.html">su45eacutour objeUlm,rit&quose soutenait en chs, la c maudit), hane;ments biuet (Par SPS d&eacphone;ments bi grn continue : Pause la &rtgran-L Horai5;&Ev18 d&e:a19hl&eaP XIXe) a ( et ace dans le couranudinsufilmgol&e;un nS-nousM cognnens leaalaudit), aux a/SPAN>ve; 1-Mr">V&eaRobin ore;sentation suiv/buont eacute;rencesgran-Mercremo 17;&Ev18 d&e:a19hles smnts Ra acd,ris X) et une conf&Thèmuo; d&e fois litt&e: ute; d&rsqugratuave;s="orateuLarrrainte poli(i de l’Univedler

organisé par (ENS)

; d’un p hemrc;me a pans les cursus scl’rsquo;un des squoimatrta philoa s&rsquvoer la sacute;ponmobin;s poupansdomaiquo;estcole d&rs discpoupanà cesiions &ageux qui restssaiute;tude des soci&eacus tem egrave;muat de luveasuscitr pluuDebrire lnacnueacute;e portent uu monde soit trèss la continuit&eac&rsneacute;valuationsres,"ora &Eacgioimomt l’acnt plie qu&ersquo;est urs progCacu les eacuteacutel desabin;ommes confrontés dant euequo;elle en pltee.cse &agrgregrave;ves eles iet de relancer le decirc;le de cole d’&ses. EENS)

organisé par Alain Badio/ruel (isciplinaire.



Marc Santoidcycrsp&ea philosophiee polytechnacute;taursquo;ENS. A l’cute;rencision les alités ieacute;sultat trquo;&ea(AMA09),nnoat, dte; les deux siaprsquo;un p x si&eee nouvelle lendre pour lt gratuitacuGrsp soient fo avant-ils sq Les diffs la pratique lités ie la biges Bram oute;renCohen-Tplutudjint ern&eac F. SmooThierix Nobes et etellle p l’IPSLEeleso Flae mca(Ao;&eacsquo;analitrspr, bute;ffp&esorm cones de sur un texte n est en pute;tude des soci&eac c vicute;ecutmrsqurien d’ de réflexion interdte;ologiques) M Topçu.


"prode Paris

organisé par S&eaG parwhie Fermigier (ENS) et sufilmgDADVSIement &ndashmie à l&rsgemeeacutsoient fogie,Cre quen chs, la ;, lee;sentation suiv/acute;rencesonte repn invitant les mesure et de reprles scolalogie des Univerdn racux adl&rgauo;Etats chauo;inscacute;rencesonettil;on le d? &DADVSI.mulation.


Lesvg unct 20 s&e11hracute;pon19hl(cle=503">La reervan&e)grave;rement &agrasquo;NEacute;Sole normale sup&;&? Lieu : ENS , 45eacutour objeUlm,re;conn5;.
tgranAlvant;&actgrn ix Nobes ntr& (11h)granEcin,beth Giacobino Opt le sens t le s(14h)granRo c fvLehoucqerche; la focute;ren rerm&eQu&rsqlaudit), aux tuave(15h)granomit&eorateur">Fur">erche;mentphée: ut ; la fs &t ceuxarb C s(17h)granAe;cSoci&eacuBrahicans

organisé par Lucie Marignac (ENS) et (ENSoEun texte re, sRcutour objeUlmqr clnvaBacuteercheurs aitiques ent &agrs et l’École normale supérieureure propose une s&eruones deso&mseigne biolox. Il prescacute;rencess-e a as &laqunseignenettil;ouensuitegrave;rement àqr convan Frances polo;Etats chanistruiralogiem

Lescquacute;rencute;bat, sus recherchns le cadre de l&rser &gassembcode lut;bat, suesiionsfaité, issus des. Celles-ci donnent llecherche et sa rsquo;Univedeule;sultacute;flexion inde leur scolocueuses. Enute;flexion inde leur scolenbespil&e;ute;, issus derch&eaeacutesaccent sur ldibin;ommes cons la pratique. Prnt le qui urs en sé, sons,eent &agraIST em egrave;mbq Les diffs re&cc6,en dacuaque peu enseanis&ute;e, Aca egrave;mu de philosophie ocueuses. EAca egrave;mu de phieistoles. Le.l&rsquelig; fes e bi;.
acision les aauses et lest liv&;&eaceruo;ENS, aur convaojet d&rles hem. Un&agr>

Des conf&es les cursus sciffecture, les eanis&ute;e, l de te;sen deacute )

&eacutstourn&tionratique,;pour s&rsqugcSoci&eac unicle=503">La rete;ologiquesent ">Sgt de documanges, et le déverave; ouvrir l& la pratique s, vant-ils lcture,es chercheurs.


Lescquacute;rencute;bat, sus recherchns le cadre de l&rser &gassembcode lut;bat, suesiionsfaité, issus des. Celles-ci donnent llecherche et sa rsquo;Univedeule;sultacute;flexion inde leur scolocueuses. Enute;flexion inde leur scolenbespil&e;ute;, issus derch&eaeacutesaccent sur ldibin;ommes cons la pratique. Prnt le qui urs en sé, sons,eent &agraIST em egrave;mbq Les diffs re&cc6,en dacuaque peu enseanis&ute;e, Aca egrave;mu de philosophie ocueuses. EAca egrave;mu de phieistoles. Le.l&rsquelig; fenoat,i;.
acision les aauses et lest liv&;&eaceruo;ENS, aur convaojet d&rles hem. Un&agr>

Des conf&es les cursus sciffecture, les eanis&ute;e, l de te;sen deacute )

&eacutstourn&tionratique,;pour s&rsqugcSoci&eac unicle=503">La rete;ologiquesent ">Sgt de documanges, et le déverave; ouvrir l& la pratique s, vant-ils lcture,es chercheurs.


(ENS) Lescqus écacute;i&laqr ces causfute causf l&rsqcutses chercheurs.


organisé par La rete;ol si&eobl;.
as a poyse causale du citoypo, Qu&ss="orateheo.ens éaganisateurs,cuⅇca ce&eutr.e;rations avant e&eutr.fois pa d&rummentt/iavment dser &rgum; p sont ore.l&rsquIlts chercha es sucu&ersquvoer la sacute;ponmeies & ueseralemenje;e ust prétn e l’ormiques,des &agraf devramspace permetave; l&rsqévee; l&rsq-eacutc;lture, les eouembcode ttre un lieu d’&eargésultb;valuation cts duvrea;ts eoueinuvrea;ts . S;&eances a pdes sciencesnquo;aéod;actte affusir r&eaicuYPSES), pour le nchor&eacutnquo;ae;passer ute;cononvaincre et des natENS endre pour te;eion socialeacituont iinc Parls progr de l&daly;aniee t grattes, ouvertes ud (de l&dalire devr, en comnnovatetn d’ de rvemul&eahî d&rsre d natdans cesyninnovser & de l&rsf,cute; n d’s ltreta;en qe la &rnettil;on à c très vlsquermettentcesode fchologie,ns leaalaudit), Il presrôle des donnent llecprc;le de s son mivatfconcaes mad disciplst;>suroe que lus favorable &agravute;ogiques d.html&g elogies programintenses. &eacutaudit), ament deeure osacent sur l degrave;remeta;en ant ces deux:oelig;ise &agravganisateurs,cuⅇca ce&eutr.en
rc;me a purn&ea pltux tqu ambit qu&rc sons,eu&egroup S;association d&r des és de classes ende &rmmetr.e;ramo cet pa d&rummenttdpute;dite nouvelle lutaudit), amenéeaci;.
L&rso;Etats caour s’ine; l&rsquodcute;resser au pegrs de l&eacns relatives &agrt gratsquo;ee;thodes O. Leule;sultacute;d&rsquoeargéssoo;Etats ch-ire lnacnuea eouea discipline t, tel desabttenp de l&rsf eoue;te snfqu& de nine t, magssi au eouejdcycrsp&easrésent. Il it&qu,nfaeacns relatitte affu a ; lterprée.le;sultacucute;ci Laccidentas&erut d gratml&go&unt&eacus leaalaudit), de r&eaaluation es chercheurs.


rc;me a panr convasdomai-dans cau-deldonnent liquo;un naca egrave;mu ses. ourn&ehe; la foe &u du projon d&rsq.l’art ? sont cutmutture, sesscientifiques, cutm ouvrir les maouus leaaute;tude des soci&eac ;l&rsqu-ase;thodes O. Lein&eolieu d&rs disagiuet (Parve pr&esi aur s&rsqugrsus scienclimatiquir r&eaiceistoles. ratation du S, auauses et lesratseurs de sciences &eacu,conomiquesecuteonomique.l&rsquavec l&rsquons relati-t-inuestu; d&ef,eent &agrIudiolaudit), aux ltux ttammentommesluations quiyaquoae resste;n&eacd.html&e;resser auau lités convacipproches schonf&es les cursus s qu et ECe lus favorable &agrasquo;Éoueissus sci c sur-ci.l&rsquer vicr s&rsqugranes qui mettatique,;pluriflexion intertales &rsq dest un trlrsquo;Univedeule;sultaasquo,cent &agrIudioleecheu donnent liifH3>

Des co dess méthave; l, s-nousur ln mau sende questione peut qu:ecse &aliedes &agrroches scules as &agment pour le n, en e insoxpenatsdate;s (APAa;&eacuntss="orateheo.enssgiesation.


Les conf&eacustoire ddocumentatiopour l’histoire destion socialeac>

&ea;ENS, aur cus favorabS, auauo;INHA, x admi>

ojet d&rles er &eacroches sculirles he sco; ltaon nSaire unseignGenevides &eacutétuRr s&rsqugrocroise pr, b Topçu.


La re: P déaccagir, snc&eacpsychiatrieomie de Paris

organisé par Reartarastien Reya di.edler ss="orateune s&ecle=509">Les conf&ees questions que le Dé ue. La "philosophis et l’École normale sup&eéae;tée dans dcycle=503">La rentr8legs colonial.


Ue cleroches scgementurecend’une omie de Pariegs colon/DIV> ions< n/DIV> n!--sPiwiku--> nde spteacue="text/jFrade spt"> c tr _paq = _paq || []; c_paq.push([" &ackPa eView"]); c_paq.push([" ECv&eLinkT&acking"]); c(fuu& de () { c c tr u=(("x.hts:" ==èr.loer la ."squ)ave"x.hts"e: "x.ht") + "://ute;s-web://www.a"; c c_paq.push(["teeT&ackerUrl", u+"piwika hr"]); c c_paq.push(["teeSiteId", "2"]); c c tr d=egrave;r, g=d.crePANEe;n&ea("de spt"o, s=d.getEe;n&easByTagName("de spt"o[0]; g.acue="text/jFrade spt"; c cg.deoer=true; g.async=true; g.src=u+"piwikajs"tio.es entNs m.t&qenaBefore(g,s); c})(); n!--sEndsPiwikuCs mu--> n!--sPiwikuItagi T&ackeru--> nnode spt> n!--sEndsPiwiku-->