Lien 
vers le site de l'ENS
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEUREPARIS
Lien vers l'accueil
lancer la recherche

» Conférences d’après mars 2011 : nouveau site

Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Projection-débat "DADVSI : Quelle liberté numérique ?"

organisé par Bastien Guerry (ENS) et Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Le groupe Pollens de l’École normale supérieure (Ulm) accueille la première projection du film DADVSI la culture m’était comptée... Cette projection est suivie d’un débat avec des intervenants représentants la diversités des acteurs engagés dans le débat autour de la loi DADVSI.


Séminaire d’élèves : Discussion et réflexion politiques à l’ENS

organisé par Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Le séminaire se fixe pour objectif de donner à chacun les moyens de se forger une opinion réfléchie et informée sur les problèmes politiques contemporains. Partant de l’idée qu’un travail actif de compréhension des enjeux publics est nécessaire à l’exercice actif du rôle de citoyen, ce séminaire propose à chacun de se former et de s’informer par la discussion collective et argumentée.
Il n’a en aucun cas vocation à devenir le lieu de joutes oratoires et rhétoriques, d’affrontement d’idéologies pré-constituées ou encore d’échange d’insultes politiquement correctes ou incorrectes. Son objectif n’est ni de proposer des « solutions » péremptoires ni de défendre des orientations partisanes déterminées a priori.
Espace de dialogue ouvert à tous, espace de confrontation amicale et réflexive en dehors des champs partidaire, syndical et associatif, il se réunit chaque semaine autour de questions variées du débat contemporain, de la réforme des institutions à la politique culturelle francaise, de la crise du logement à l’interrogation sur le genre...
En pratique, deux séances sont consacrées à chaque thème: Pour permettre à chacun de se former en connaissance de cause ses propres convictions, un groupe d’élèves prépare un dossier et amorce la discussion de la première séance. Les deuxièmes séances, pour leur part, permettent de prolonger notre démarche d’analyse désintéressée du présent grâce à l’ouverture qu’apporte l’intervention d’invités -intellectuels ou universitaires, responsables associatifs ou hauts fonctionnaires, magistrats ou journalistes. Il s’agit ainsi, face à « la montée de l’insignifiance », de retrouver le goût de la réflexion politique.


Semaine de commémoration et de réflexion sur la Shoah

organisé par Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Alors que nous avons commémoré en France les soixante ans de la libération d’Auschwitz (date choisie en France pour la commémoration de la Shoah), les étudiants de l’ENS ont souhaité commémorer ensemble, en associant les élèves de tous les départements, cette blessure ouverte de l’histoire de l’Europe et de sa mémoire, que chaque génération a désormais à assumer et à penser.


Semaine de l’Europe

organisé par Pollens (association d’élèves de l’ENS)

Après les débats sur le traité constitutionnel et au lendemain des référendums français et hollandais émergea parmi certains d’entre nous l’idée d’approfondir, continuer et reprendre, au sein de l’École, les discussions et réflexions sur l’Europe, la construction d’une Europe politique au regard de l’idée d’Europe, ou plus largement l’avancée de l’Europe vers son unité.
Un tel projet n’allait pas sans présenter un certain nombre d’écueils. La première difficulté tenait à l’indétermination foncière de l’objet « Europe » : l’intégration européenne n’est-elle pas d’abord en cours de réalisation et de concrétisation ? S’il ne peut s’agir de se substituer à la volonté et à l’imagination créatrice des peuples, l’approfondissement et l’ancrage d’une démocratie à l’échelle de l’Europe apparaissent comme suffisamment impérieux pour qu’on décide de se confronter aux problèmes qu’ils soulèvent.
La deuxième difficulté touchait au poids de l’héritage des Européens : n’en déplaise à un certain présentisme, comment ne pas oublier que cette Europe à construire et à déterminer dans l’avenir n’est pas pour autant indépendante de son histoire, ou d’une sorte d’identité qui traverse la longue période de civilisation dont nous sommes les héritiers ? Retournant ainsi dans le passé du continent, comment imaginer une Europe oubliant son exigence d’universalisme sans se renier ?
Il fallait donc faire tenir dans la réflexion ces questions du présent, ces enjeux de l’avenir et ce long héritage européen, sans refuser un effort de décentrement face à nos problématiques et débats nationaux.
Partant donc d’une pluralité d’interrogations cadrées par ces quelques exigences, nous avons voulu centrer la semaine autour des perspectives suivantes :
- Envisager la gestation du processus d’intégration et d’unification de l’Europe, et partant les héritages historiques que les peuples d’Europe, de l’Est comme de l’Ouest, sont appelés à retenir, ainsi que leur(s) identité(s).
- Interroger la construction d’une Europe politique : depuis la question de la forme politique, entre avenir post-national et persistance de la forme Nation, jusqu’au modèle d’une politique étrangère pour l’Europe, éventuellement d’une Europe puissance.
- Examiner les voies de la construction européenne : unification par le droit et par des organes juridiques communs, unification par l’économie et la réalisation d’un marché intérieur dont les principes et la place dans le projet européen ne laissent pas d’interroger.
- Donner aussi à entendre la pluralité des voix européennes à travers les oeuvres littéraires et culturelles de différents pays.
Si nous avons décidé de consacrer un peu plus d’une semaine à ces réflexions, à ces discussions, à ces ouvertures vers des perspectives européennes indéfectiblement appelées à devenir de plus en plus quotidiennes, c’est que nous avons voulu prendre le temps d’examiner ces facettes et ces questions, en maintenant liés leurs enjeux communs, sans prétendre y apporter de réponse dogmatique et définitive, mais en invitant chacun à les envisager.
Jessika Bezolles, Charles Bosvieux, Yoann Dabrowski, Delphine Diaz, Mathilde Gaini, Martha Ganeva, Kinga Igloi, Jonas Kahn, Jacques Knight, Céline Mistretta, Claire Scotton